Chine-Afrique : une coopération décomplexée

Les temps changent dans le domaine de la coopération, comme en témoignent le sixième sommet Chine-Afrique, qui s’est tenu les 4 et 5 décembre à Johannesburg, et surtout les annonces qui y ont été faites.

L’Afrique du Sud accueille le premier sommet Chine-Afrique sur le continent
Rappelons tout d’abord que ce genre d’événements – Chine-Afrique, Inde-Afrique, Turquie-Afrique, etc. – se multiplie. Cela traduit une vision optimiste du décollage sinon effectif, du moins à venir, du continent, en même temps que le retard pris par les pays émergents dans l’appréhension de la complexité du monde africain, au-delà de la convoitise supposément suscitée par ses richesses naturelles.

Mais avec la Chine, nous changeons de dimension. Les initiatives et montants annoncés sont à la hauteur du gigantisme qui la caractérise : une enveloppe de 60 milliards de dollars [plus de 56 milliards d’euros] annoncée par le président Xi Jinping, dont 5 milliards de prêts à taux zéro et 35 milliards de prêts à taux préférentiels ; un vaste projet comprenant un réseau ferroviaire à grande vitesse, un réseau autoroutier et un réseau régional d’aviation ; la formation de 200 000 techniciens africains, dont 40 000 iront sur le territoire chinois ; l’octroi de 30 000 bourses à des étudiants africains et l’invitation annuelle en Chine de 200 chercheurs africains.

Mais, bien plus que les sommes en jeu, c’est la façon dont les choses se déroulent qui retient l’attention. Un proverbe togolais dit : « La manière dont on donne vaut plus que ce que l’on donne. » Un adage plus que jamais d’actualité car, avec la Chine, il n’y a pas cette leçon de morale surannée qui donne un parfum d’humiliation à tout accord de coopération entre l’Occident et l’Afrique. Il n’y a pas non plus foison d’expressions aussi maladroites qu’insincères telles que « nos amis africains » ou « il nous a fallu plusieurs siècles pour apprendre la démocratie ». Enfin, pas de courses de fond sans fin des dirigeants africains pour la mobilisation effective des montants promis, courses qui font souvent apparaître les aides comme des jeux de dupes, eu égard à la faiblesse des sommes effectivement décaissées.

Les pays développés à économie de marché (PDEM) ont promis durant des décennies d’octroyer 0,7 % de leur revenu national brut (RNB) aux pays les moins avancés (PMA). Las ! Ils n’ont jamais dépassé 0,15 % à 0,2 % de leur RNB. Dans le cadre des objectifs du développement durable (ODD), ils se sont encore engagés à mobiliser les fameux 0,7 % au titre de l’objectif 17 : « Renforcer les moyens du partenariat mondial pour le développement durable et le revitaliser ». Si l’engagement de 0,7 % est respecté, l’aide publique au développement en faveur des PMA passera de 30 milliards de dollars actuellement mobilisés à 250 milliards de dollars d’ici à 2030.

Les États africains ne devraient pas se laisser impressionner par les tartufferies de ceux qui, durant des siècles, ont eu le privilège du monopole sur l’Afrique
Dans un tel contexte, le pragmatisme de l’aide chinoise à l’Afrique suscite des cris d’orfraie de la part de ceux qui, leur bonne conscience en bandoulière, préfèrent donner des leçons plutôt que de jouer les exemples. Les États africains ne devraient pas se laisser impressionner par les tartufferies de ceux qui, durant des siècles, ont eu le privilège du monopole sur l’Afrique mais n’ont pas réussi à lui impulser le moindre début de transformation structurelle.

Pour produire, il faut du capital et du travail. La Chine aide l’Afrique à rattraper son retard en capital, notamment dans les infrastructures, et on ne peut que l’en remercier. C’est à nous, Africains, de bien gérer cette manne afin que son utilisation soit optimale pour le bien-être des populations. Notre défi est d’établir une véritable coopération gagnant-gagnant avec l’empire du Milieu, fondée sur la transparence et le primat de l’intérêt général sur les intérêts particuliers.

Nous voyons naître les prémices d’une coopération décomplexée, qui discrédite par son dynamisme les discours plaintifs des cassandres qui ne veulent pas voir se dérober sous leurs pieds le monde ancien, fait de paternalisme et de bons sentiments.

En matière d’aide publique au développement, nous sommes tenté de dire : « Cette fois-ci, c’est différent… »
par Kako Nubukpo
Ancien ministre de la Prospective et de l’Évaluation des politiques publiques du Togo, Kako Nubukpo est Global Leader Fellow à l’université d’Oxford, Royaume-Uni.

JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

DEPECHES

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES