CRISE AU BURKINA : L’analyste politique Babacar Justin Ndiaye corrige la démarche de Macky

Invité dans l’émission "Remue ménage" de Alassane Samba Diop, le politologue et analyste Babacar Justin Ndiaye est revenu sur la situation de crise qui secoue le Burkina Faso.

A la question de savoir si cette situation était prévisible, Babacar Justin Ndiaye répond en ces termes : "Vous savez, dès que le loup militaire s’introduit dans la bergerie politique, il est devenu extrêmement difficile de l’en exclure. Le problème qu’on a au Burkina est le même qu’on a eu et qu’on continue d’avoir au Togo. C’est à dire la garde prétorienne de la présidence et plus précisément, du président de la République. Ces gardes sont habituellement hors état-major et hors intendance. Ce sont des gardes qui sont autonomes à tout point de vue avec leurs poudrières et leurs minutions et qui sont attachés exclusivement à une personne plutôt que les instances de décision de l’Etat.
Alors quand il y a des cas comme ça, il est difficile de les corriger ou de les changer en un temps record. Au Togo comme au Burkina, la garde, elle est trentenaire ; c’est à dire 25 ou 30 d’existence. Alors ça devient difficile de renverser la vapeur, d’abord sur le plan psychologique, chez les éléments de la garde et sur le plan politique, la garde reste un écueil capable de briser toutes les transformations et les révolutions et c’est qu’on a vu au Burkina. Alors c’était prévisible !"
Avant d’ajouter que "ce qui a été fait après le départ de Blaise Campaoré à la tête du pays était du bricolage. Le RSP a parachevé le travail et cela a amorti le choc de la révolution".

Néanmoins, le politologue reconnait que les acteurs politiques et militaires, mais aussi la population, ont manqué de fitness politique dans ce cas".
Sur les chances de la médiation des médiateurs de la CEDEAO, Babacar Justin Ndiaye se veut clair : "je ne le cache pas, je suis pessimiste. J’ai le sentiment que le président Macky Sall a été piégé par Diendéré. Je suis frappé par le degré zéro du savoir-faire. Nous avons des diplomates chevronnés, on a un conseiller diplomatique à la présidence, on a un ministère des Affaires Etrangères truffé de diplomates valeureux, on a un protocole très ancien et très rodé incarné par son patron Bruno Diatta, ça c’est connu de tous. Alors, un coup d’Etat intervient au Burkina, la légitimité est engloutie par le putsch à l’exception du CNT qui est l’équivalent du parlement de transition présidé par Chérif Sy, alors le CNT est dans la clandestinité, son président est introuvable car il veut pas être arrêté et tué par les militaires.

La transition avait une once de légitimité et de l’autre côté Diendéré qui opère un coup de force, qui lui aussi n’a pas de légitimité. Si j’étais conseiller du président Macky Sall, je lui dirais, Monsieur le président, donnez des instructions à votre Ambassadeur établi à Ouagadougou, exigez un minimum protocolaire, c’est à dire que je devrais être accueilli à l’aéroport par le Préfet de Ouagadougou, par le directeur de protocole et par le Secrétaire général de la présidence du Burkina Faso. Et c’est d’autant plus nécessaire et judicieux que c’est Diendéré lui-même qui a dit que le gouvernement est dissous, les ministres sont congédiés, les secrétaires généraux des ministères sont chargés de l’exécution des affaires courantes. Alors à partir de ce moment, moi, je vais au Burkina avec un Diendéré qui n’est pas légitime, le CNT dans la clandestinité, le gouvernement dissous, en gros un pays en désert de légitimité.

Du point de vue protocolaire quand j’y arrive, je dois travailler avec les hauts fonctionnaires qui s’occupent des affaires courantes et incarnent l’Etat permanent. Mais le piège de Diendéré qui s’est refermé sur la médiation sénégalaise, est que le président Macky Sall débarque à l’aéroport, Diendéré qui n’est pas président de la République car il est simplement Commandant du RSP, il ne commande même pas toute l’armée Burkinabé parce que le RSP c’est 1300 hommes et l’armée burkinabé c’est 13 000 hommes, et le président Macky Sall qui est un chef d’Etat bien informé ne peut pas perdre de vue que les régions bougent. Et que la police, le reste de l’armée et la gendarmerie sont discrètes et ne gênent pas les manifestants. Arrivé dans ces conditions, le président Macky Sall, médiateur, ne devrait donner aucune forme de bénédiction à Diendéré. Mais qu’est ce qui s’est passé ? Il débarque à l’aéroport de Ouagadougou et c’est Diendéré qui l’a accueilli et Macky Sall lui donne l’accolade. Comment on peut donner l’accolade à une putschiste ? Ensemble, ils passent en revue la troupe.
C’est là que Diendéré a obtenu gain de cause ! La caution est là. Et Macky Sall semble perdre de vue qu’en donnant cette caution à Diendéré, ce n’est pas seulement le Sénégal qui la lui donne, mais 15 états africains regroupés dans la CEDEAO. Diendéré, tout ce qu’il a à faire, c’est se frotter les mains, il est content parce qu’il a obtenu ce qu’il voulait. Il a gagné la première manche. C’est la raison pour laquelle je me dis qu’on va vers l’impasse. La médiation, elle est maladroite, quelque part elle est même molle parce que le mot qui sort le plus souvent est l’équilibre entre des pustchistes et des démocrates. Cet équilibre là est maléfique... DAKARACTU




AFRIQUE-MONDE

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES