CRASH DE AÉRONEF DE SENEGALAIR : Ce rapport qu’on cache...

Plus de trois semaines après la disparition de l’aéronef de Sénégalair, ni les recherches et encore moins l’enquête n’ont permis de faire la lumière sur les circonstances véritables de cet accident. Mais certains éléments importants ayant précédé ce drame viennent gonfler le voile qui entoure cette affaire. Il s’agit principalement d’un rapport de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique (ASECNA) sur l’état de navigabilité de l’aéronef qui aurait dû le clouer au sol.
Nos sources bien introduites dans le milieu complexe de l’aviation civile sont formelles. L’ASECNA, qui gère principalement la gestion des espaces aériens de ses pays membres, avait vu venir la catastrophe étant donné la non-fiabilité de certains instruments de bord de cet aéronef de Sénégalair.
Au-delà de ce constat, l’ASECNA a saisi l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) dont les experts ont pu prendre connaissance du contenu des trouvailles de leurs collègues de l’ASECNA. Nos sources indiquent que ce sont surtout les problèmes liés à l’altimètre de l’aéronef qui inquiétaient déjà les experts de la navigation aérienne qui ont posé les yeux sur les conclusions de l’ASECNA. Presque tous s’accordaient sur le fait que cet appareil de Sénégalair deviendrait un danger volant s’il reprenait les airs.
L’argument de massue est qu’en réalité, l’aéronef en question signalait aux contrôleurs et aux autres appareils une position où il n’était pas. En clair, il pouvait bien voler à une altitude qui n’est pas la même que celle indiquée par les appareils de mesure. Si bien que les erreurs de calculs inhérents à cette défaillance de l’altimètre l’exposent à des risques plus qu’imminents de collision avec d’autres appareils comme cela semble avoir été le cas le samedi 5 septembre dernier.
D’ailleurs, bien que toutes les données analysées montrent que cet appareil a été bien pris en charge à son départ de Ouagadougou jusqu’à Bamako et ensuite par la tour de contrôle de Dakar, tous ces services aéroportuaires et l’armada militaire et civil mobilisés pour le trouver restent vains puisque sa dernière position exacte échappe à tous les calculs effectués jusqu’ici.
Et les mêmes questions qui se sont posées dès le début de l’accident restent jusqu’ici sans réponse, à savoir : "Qui a bien pu autoriser un tel appareil à prendre les airs, qui plus est, à transporter un malade, lui-même étant « dangereusement malade ? » « Dans un contexte mondial marqué par des mesures de sécurité aéroportuaires au sol et dans les appareils qui frisent parfois la paranoïa, comment en est-on arrivé à un tel laxisme au Sénégal ? »
Aucun de nos interlocuteurs ne veut s’aventurer sur le terrain glissant que présentent les réponses potentielles à nos questions. Car, c’est un secret de polichinelle de dire que l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) est compétente pour apprécier le niveau de sécurité à bord des vols signalés comme étant très éloignés des standards admis, surtout après l’alerte documenté de l’ASECNA. En effet, l’ANACIM est officiellement chargée de la gestion des activités de l’aviation civile et de la météorologie ainsi que de l’élaboration de la réglementation technique applicable, tout comme il lui échoit la supervision de la sécurité et de la sûreté de l’aviation civile au Sénégal.
C’est pourquoi nous avons joint M. Maguèye Marame Ndao, Directeur général de l’ANACIM, pour savoir s’il a bien reçu un rapport documenté de l’ASECNA alertant du danger que constitue cet avion de Sénégalair. Sa réponse est sans équivoque : « Je n’ai jamais vu un quelconque rapport de ce genre. » Et lorsque nous le relançons pour demander si l’ANACIM n’a pas reçu un document sur l’état de l’appareil de Sénégalair, la réponse de M. Ndao est la suivante : « Je ne peux me prononcer sur un quelconque rapport à la seule condition de le voir. Il m’est impossible de vous dire quoi que ce soit parce que vous avez eu vent d’un rapport. »
Puisque l’ombre épaisse qui plane sur cette affaire reste loin d’être élucidée, tous les espoirs des familles des victimes reposent sur les conclusions de l’enquête en cours avec l’assistance des techniciens français du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA). Au demeurant, le rapport de l’équipage de Ceiba qui a frôlé l’aéronef de Sénégalair, provoquant sa chute, a déjà été épluché par les enquêteurs.
EnQuête DAKARACTU




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

DEPECHES

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES