CONTRIBUTION : Benoit Sambou, l’estampille de la médiocrité est la méchanceté

Socrate aimait dire que nul n’est méchant volontairement, car celui qui fait le mal croit viser son bien. Ce dont le méchant ne se rend guère compte c’est que le mal causé à autrui pour assouvir soit une soif de vengeance, soit sa cupidité finit toujours par se retourner contre lui. Il mobilise énergie négative et passion pour atteindre sa cible et pendant ce temps il oublie de se parfaire dans le chemin de l’excellence et du bien. Le méchant est rongé par la jalousie et la haine de tout ce qui est brillant. Il ne fait rien pour devenir meilleur ; au contraire il s’égosille, se torture et s’épuise dans de basses intrigues pour freiner ceux qui le dépassent en qualités intellectuelles et morales. En proposant une révision de la loi électorale sur la double nationalité avec comme nouvelle disposition un temps de stand-by de cinq année pour celui qui aura renoncé à sa nationalité étrangère avant de pouvoir briguer le suffrage des Sénégalais, M. Sambou oublie l’essence de la loi. La loi est de portée générale et impersonnelle : une république qui se permettrait de légiférer sur les particuliers cessait d’être une république. Ce monsieur oublie que, comme le dit Rousseau, « la puissance législative appartient au peuple, et ne peut appartenir qu’à lui » et que le peuple ne peut se permettre de traquer des cas individuels sous peine de cesser d’être un peuple. Il ne faut pas franchir la ligne rouge : notre unité nationale est la richesse la plus précieuse que de grands hommes d’État nous ont léguée.

La malédiction du Sénégal avec ce régime de Macky Sall n’est pas seulement les scandales à répétition, c’est surtout le fait que ceux qui jouent les premiers rôles et qui ont l’outrecuidance de prétendre défendre les aventures de ce régime sont incompétents. Tandis que dans d’autres démocraties on s’efforce de réconcilier légitimité politique et exemplarité, dans la nôtre on persiste à faire de l’agressivité, de la méchanceté et du chauvinisme les seuls baromètres de la politique. Le pire pour un homme de valeur c’est de nourrir sa famille par la rente du mensonge, de la calomnie et de l’ostracisme. Nous ne pouvons qu’avec amertume rappeler que ce sont de raccommodages de ce genre qui ont plongé la Côte-d’Ivoire dans une crise politique dont les conséquences et les séquelles sont toujours douloureuses. Abdoul Mbaye avait la double nationalité lorsque Macky Sall le choisissait comme premier ministre ! Karim Wade avait la double nationalité quand Macky Sall siégeait à ses côtes dans le même gouvernement ! S’il faut, chaque qu’il faut se débarrasser d’un adversaire politique instrumentaliser la loi, on finira par avoir des lois pour chaque catégorie d’opposant.

C’est vrai quand on est foncièrement incapable de faire valoir la moindre victoire électorale dans sa base et qu’on est radicalement dépourvu de toute forme de savoir-faire technocratique, on n’a pas d’autre combat politique à mener que la vindicte, le commérage, et le bellicisme à ciel ouvert. Ce genre d’initiative et le type de discours qui le sous-tend sont une flétrissure pour la république. M. Sambou montre par cette triste trouvaille toute la platitude de son univers mental et la trivialité répugnante de ses idées. Il faut cesser de faire de la loi et de la république les appendices des intérêts personnels et des contingences partisanes ; il faut s’abstenir de faire de la démocratie le théâtre d’expression de la médiocrité et de l’affrontement des passions. Notre pays a besoin d’idées fécondes et d’union des cœurs, il n’a aucun intérêt à instaurer un cycle d’inquisition qui se nourrit des cendres de ses fils. Le combustible de la haine ne doit jamais être attisé, car il finit toujours par dévorer le mal et le bien dans le même feu incandescent de l’intolérance.

Et s’il faut légiférer sur les binationaux pourquoi s’arrêter à ces deux cas ? Qui est Sénégalais et à quelle condition perd-on sa « sénégalité ? A moins d’emprunter à Sarkozy et aux Le Pen leurs catégories démoniaques, M Sambou ne peut pas élaborer un raisonnement argumenté qui puisse justifier sa perfide proposition.

Alassane K. KITANE, professeur au Lycée Serigne Ahmadou Ndack Seck de Thiès.




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES