CONTRIBUTION : Affaire Diack : Par devoir de vérité ! (Par Maïmouna Bousso)

Dans ce que l’on peut appeler désormais l’affaire Lamine Diack, les Sénégalais méritent de connaitre la vérité et rien que la vérité. Depuis le début de cette affaire qui n’a pas encore livré tous ses secrets, un choc moral s’est abattu sur la conscience du peuple qui se sent trahi, abusé, avili. Comme pour ajouter du mal à son malheur, le président de la République essaie de bâillonner son peuple avec l’interpellation tous azimuts d’opposants et de journalistes.
Un peuple trahi par un de ses fils dont il se glorifiait et qui, il ya quelques semaines seulement avait nié avec véhémence devant la presse et devant des guides religieux toute implication dans la sordide affaire de dopage dont il serait impliqué. Lamine Diack avait assuré que c’était une cabale contre sa personne et qu’au bout de la procédure il sera blanchi. Mais au finish, M. Diack, a, avec ses aveux, amorcé sa dégringolade, emportant dans sa chute l’honneur et la crédibilité du Sénégal. Quel que soit par ailleurs son passé Lamine Diack, avait fini par devenir une fierté nationale et africaine. Sa nomination à la tête de l’IIAF était ressentie comme un honneur par tous les Sénégalais et par delà tous les Africains. Dans ses incroyables aveux il a trainé le nom de son pays dans la boue et déshonoré ses compatriotes et tous les Africains. Les aveux de MR Diack divulgués dans Le Monde et dans lesquels il explique les raisons qui l’auraient conduit à commettre ces malversations sont honteuses. En éclaboussant la classe politique sénégalaise plus précisément l’opposition de Abdoulaye Wade en 2012 ainsi qu’une partie de la société civile, il a mis en doute la crédibilité de nos hommes politiques. Ses déclarations reprises par Le Monde sont claires et précises et ne souffrent d’aucune contestation. Et comme MR Diack a soutenu avoir aidé l’opposition, il existe un doute légitime, celui de savoir si le président Macky Sall a bénéficié de cet argent, oui ou non ? Il est clair que le Président de la République bénéficie de la présomption d’innocence et tant qu’il n’y a pas de preuves tangibles il reste innocent. Mais par devoir de vérité à son peuple souverain il doit l’édifier sur les tenants et les aboutissants de cette affaire, il y va de l’honneur et de la crédibilité du Sénégal. D’autant plus qu’il avait laissé entendre que sa gouvernance serait sobre, vertueuse et transparente. Donc au lieu d’essayer d’intimider la presse et l’opposition par des arrestations tous azimuts, le Président Macky Sall devrait rester serein et tirer cette affaire au clair. Il en a les moyens et le pouvoir. Il a le devoir d’envoyer des commissions rogatoires partout dans le monde pour laver son honneur et par la même occasion l’honneur de tout le peuple Sénégalais. Ne serait ce que par devoir de vérité. Car ce scandale va au delà de Lamine Diack parce qu’il remet en cause la légitimité et la crédibilité des élections présidentielle dans notre pays en 2012. Cela est extrêmement grave, et aucune arrestation, aucune menace, aucune intimidation ne peuvent détourner l’opinion nationale de l’essentiel. Le pays réclame la vérité et toute la vérité. Les interrogations sont légitimes. A qui a profité l’argent de cette corruption ? Quelle incidence cet argent a-t-il eu dans les activités citoyennes pendant cette période ? Devant une affaire aussi grave comment le président Macky Sall peut il commettre des abus de pouvoir aussi flagrants que la tentative de musellement de la presse ? Il faut dire que le président Macky Sall n’en est pas à son coup d’essai. Depuis qu’il est au pouvoir, il ne cesse d’intimider son peuple avec un discours au ton menaçant ; il n’arrête pas de violer les libertés de l’opposition par des interdictions de rassemblement ,il excelle dans les arrestations arbitraires et il n’a pas hésité a réactiver la CREI, qui n’est rien d’autre qu’ un tribunal d’exception pour écarter un opposant politique Karim Wade . Aujourd’hui le peuple sénégalais est amer, déçu et désorienté par les actes du Président de la République qui sont aux antipodes de la rupture, de la gouvernance sobre et vertueuse tant vantée et chantée. Ce qui est constant, c’est que Lamine Diack a affirmé avoir financé l’opposition lors de la présidentielle de 2012 qui a abouti à la victoire de Macky Sall. Donc même s’il n’a pas directement reçu cet argent sale de MR Diack, il reste certain qu’il y a contribué car c’est lui le vainqueur de ses urnes. Qu’il le veuille ou non sa victoire sera d’une manière ou d’une autre entachée par ces révélations. A moins qu’il dise à son peuple la vérité, toute la vérité, rien que la vérité. Et pour cela il faut l’ouverture d’une information judiciaire pour que jaillisse la lumière.
Maimouna Bousso présidente du MVT XALASS




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES