Burundi et la République du Congo : Moustapha Niass mouillé dans un scandale de corruption

Un investisseur français, fraudeur du fisc, qui fait la « danse du ventre » aux ministres africains ; son ami et associé, vieux routard de la vie politique sénégalaise et ancien représentant de l’ONU, qui rafle de juteux marchés pétroliers. Arcanes d’un scandale de corruption dans plusieurs États d’Afrique.
Une affaire judiciaire peut en cacher une autre. Le businessman français Pierre Achach a été condamné le 3 décembre 2015 par la XXXIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris dans le cadre des investigations lancées par le parquet financier sur les fraudeurs du fisc des listings HSBC d’Hervé Falciani (Mediapart s’en est fait l’écho ici). Mais l’intérêt de ce dossier de fraude fiscale réside également dans son volet corruption, qui lève le voile sur les pratiques en Afrique centrale d’une société d’exploration pétrolière européenne. Plusieurs investisseurs de renom sont mêlés à ce scandale, au premier rang desquels figure Moustapha Niasse, actuel président de l’Assemblée nationale sénégalaise et ancien envoyé spécial de l’ONU en République démocratique du Congo. La société d’exploration pétrolière au coeur de la tourmente a vu le jour en septembre 2004. Son nom : Surestream Petroleum. Fondée par Moustapha Niasse et son bras droit et ami Pierre Achach, l’entreprise remporte aisément en 2006 et 2008 d’importants marchés l’autorisant à explorer les sous-sols du grand lac Tanganyika, territoire à cheval sur le Burundi, la République du Congo, la Tanzanie et la Zambie, convoité par les plus grandes firmes mondiales.
La célérité avec laquelle Surestream a pu s’implanterdans la région a toujours paru étrange, mais le résultat des investigations menées dans le cadre des révélations sur les comptes de la banque HSBC depuis mars 2011 dépeint aujourd’hui les pratiques corruptrices de cette entreprise opaque. Plusieurs écoutes téléphoniques – dont Mediapart a pu consulter les retranscriptions – montrent notamment comment Pierre Achach, directeur général adjoint de Surestream, a agi auprès du gouvernement burundais afin de renouveler deux contrats d’exploration accordés en 2008 et 2009 par le président Pierre Nkurunziza, qui n’avait jusqu’ici jamais délivré de licence pétrolière.
Au printemps 2011, l’homme d’affaires français s’active avec Ildephonse Rurimirije, son directeur général au sein de la filiale Surestream Petroleum Burundi, basée dans les îles Vierges britanniques, pour le renouvellement du permis d’exploration du bloc D, zone de 562 km2 au nord du lac Tanganyika, qui arrive à échéance sept mois plus tard. Rurimirije n’a pas de mandat politique mais est proche du pouvoir de Bujumbura par des relations familiales, selon Barry Morgan, correspondant en Afrique du magazine spécialisé Upstream. avril 2011, il indique à M. Achach avoir rencontré le ministre de l’énergie et des mines, Moïse Bucum, lequel souhaite que Surestream lui paie un billet d’avion pour pouvoir se rendre à une conférence à Paris. Achach accepte, bien que conscient de l’illégalité de la démarche : « Rappelle le ministre, tu lui dis qu’on va organiser ça mais qu’il faut qu’on fasse un tout petit peu attention parce qu’une (…) société privée n’a pas le droit de payer un billet pour le ministre. »
Pour éviter d’éventuelles poursuites, Achach propose de réaliser les achats « avec l’agence de Dubaï » de Surestream, tout en suggérant « que le ministère nous fasse (…) une sorte (…) de demande, une demande de contribution pour la formation d’un agent ou quelque chose comme ça tu vois et puis nous on organise le truc ». Achach insiste également pour que Rurimirije choisisse Damien Riragony, le conseiller du ministre Bucum, qui doit rédiger la lettre de prolongation de la concession. Le 7 avril, Il dephonse Rurimirije confirme avoir sollicité Riragony : « Oui, oui ; j’avais déjà préparé ça [la lettre – ndlr], j’ai déjà dit à Damien (...) parce que c’est lui, en fait qui doit faire la lettre. »
Réponse de Pierre Achach, visiblement satisfait : « Ah d’accord, donc il travaille en coordination avec toi pour qu’on en reçoive vraiment une bonne lettre hein. » Le permis sera finalement renouvelé par décret le 25 novembre 2011.
À l’audience, les avocats de M. Achach – lequel concède que « les pays avec lesquels je travaille sont des pays corrompus » – font valoir que « l’instruction n’a pu identifier aucune contrepartie au prétendu paiement du billet d’avion » mais, pour le tribunal, pas de doute : ces éléments montrent l’environnement de corruption dans lequel le billet a été acheté pour Moïse Bucumi. Condamné à 30 mois de prison avec sursis et 1,5 million d’euros d’amende pour fraude fiscale, blanchiment de fraude fiscale et corruption active, l’homme d’affaires a interjeté appel, selon les informations de Mediapart.
L’affaire Achach égratigne aussi sérieusement d’autres investisseurs africains. L’ombre de Moustapha Niasse, vieux routard de la vie politique sénégalaise, plane ainsi sur tout le dossier. Troisième homme de la présidentielle de 2012, Niasse, ancien premier ministre d’Abdou Diouf en 1983 puis d’Abdoulaye Wade en 2000, a été élu la même année à la présidence de l’Assemblée nationale après s’être rallié à Macky Sall. Un poste qu’il occupe encore aujourd’hui. Homme d’affaires redoutable au patrimoine considérable, Niasse a toujours flairé les bons coups, notamment avec Pierre Achach, qu’il considère comme son « fils », au point d’en être l’exécuteur testamentaire.
Une concession achetée à bas prix et des délais d’attribution très courts. Du jamais vu
Au Burundi, en parallèle des investissements pétroliers, Niasse et Achach se lancent en juin 2009 dans le microcrédit en signant un contrat avec la Mutec, le leader national alors dirigé par Jean- Marie Rurimirije, conseiller spécial du président Nkurunziza. En 2010, lorsque Pierre Achach se sait visé par la publication des listing HSBC de Falciani, Moustapha Niasse propose même de le couvrir. Dans un courrier daté du 15 mars, l’ex-émissaire de l’ONU reconnaît ainsi être le seul actionnaire et seul bénéficiaire économique de Basic International, société localisée en Suisse et dans les îles Vierges britanniques par l’intermédiaire de laquelle Achach a dissimulé le produit de sa propre fraude fiscale.
La lettre ne sera finalement pas utilisée auprès des services fiscaux business de Surestream ne s’est pas arrêté aux frontières du Burundi. La société pétrolière a aussi remporté d’importants marchés en République démocratique du Congo. La proximité de Moustapha Niasse avec Joseph Kabila, aux rênes du pays depuis le décès de son père Laurent-Désiré Kabila en janvier 2001, est notoire. Mandaté par Kofi Annan pour accompagner la transition jusqu’aux accords de Pretoria du 17 décembre 2002, Moustapha Niasse est en bons termes avec Kabila qui l’invite à son mariage en 2006. Il est ainsi présenté comme un « ami intime » du président lorsqu’il intègre, le 23 janvier 2006, le conseil d’administration de MagIndustrie, société basée à Toronto qui compte alors « poursuivre le développement d’importants projets industriels en République démocratique du Congo » dans les domaines de l’énergie et de l’exploitation de minerais.
Dans leur entreprise au Congo, Niasse et Achach prennent aussi le soin de s’associer à un enfant du pays, Baudouin Ebeli Popo, puissant homme d’affaires qui a ses entrées au palais présidentiel. À 56 ans, Ebeli Popo présente un CV long comme la carrière d’un dictateur : ancien administrateur de la banque centrale du Congo, membre de la direction de l’inspection des banques, conseiller du premier ministre, propriétaire de la chaîne de télévision Business Radio Television Africa… Ce lobbyiste touche-à-tout vend sans complexe son entregent : « La connaissance profonde du rouage de l’administration est un atout me permettant à tout moment d’assister à ma juste valeur (sic) tout celui qui veut se tailler un chemin dans ce grand chantier qu’est la RD Congo. » Il s’associe à Surestream en prenant des participations dans la filiale nationale Surestream Petroleum RDC.
Sans surprise, Surestream RDC signe en novembre 2005 un contrat pour l’exploitation de trois blocs congolais du lac Tanganyika. Le montant de la concession interpelle : 125 000 dollars, là où le gouvernement l’estime aujourd’hui à dix fois plus (1,25 million de dollars). Les délais d’attribution également : à peine quatre mois seront nécessaires à la signature d’un décret présidentiel en février 2006. Du jamais vu. « C’est la seule société pétrolière ayant conclu un accord d’exploration avec le gouvernement de transition qui obtiendra l’aval du chef de l’État quasi immédiatement », écrit le chercheur Benjamin Augé dans sa thèse de doctorat sur l’Afrique médiane.
La situation se complique en revanche en 2011, quand les autorités s’opposent au renouvellement immédiat des trois autorisations d’exploration. Après trois ans d’attente, le gouvernement donne finalement son feu vert à une prolongation des recherches pour les blocs de Yema et Matamba-Makanzi, où Surestream s’est associé avec Glencore, prix du Public Eye Awards de la multinationale la plus irresponsable en 2008 pour, entre autres, « ses pratiques agressives d’évasion fiscale ainsi que sa propension à tirer profit d’une régulation étatique faible ». Le dossier du bloc de Ndunda, pour lequel Surestream s’est associé en 2010 avec le géant italien ENI, est, lui, toujours à l’arrêt.
La situation est en passe de se résoudre pour Ndunda, assure à Mediapart Beaudouin Ebeli Popo, qui voit dans ce contretemps des difficultés administratives : « Les gens qui doivent expliquer les choses à la haute hiérarchie du pays sont les fonctionnaires, mais j’ai toujours condamné l’administration. On ne sait pas exactement ce qu’il s’est passé. L’État voulait jouer sur la rétroactivité de nouvelles lois sur les coûts de renouvellement. C’est pas facile de travailler ici. » Contacté par Mediapart, ni Moustapha Niasse ni le cabinet de Joseph Kabila n’ont répondu à nos sollicitations. Au téléphone avec un interlocuteur non identifié,
Pierre Achach, alors sur écoute, a, lui, donné en 2011 une tout autre explication à ces blocages : « Ben c’est à-dire que tu sais euh ils ont une longévité qui est faible les ministres en Afrique tu vois par exemple au Congo j’en suis à mon 8e ministre depuis 5 ans et demi. (…) Tu vois donc ça c’est un problème parce que ben c’est que c’est compliqué parce que chaque fois qu’il y en a qui arrive il faut recommencer la même danse du ventre, euh le même truc tu vois donc. » Une « danse du ventre » qui « coûte » selon Achach, sauf si l’on compte parmi les siens Moustapha Niasse : « Soit il faut payer, soit il faut Moustapha Niasse. On ne demande rien à M. Niasse. » Cette affirmation prend une résonance particulière dans le contexte politique actuel : alors que la Cour constitutionnelle congolaise a invalidé en septembre le calendrier électoral et que le pays est en proie à de vives tensions, le président Joseph Kabila a proposé fin novembre le nom de Moustapha Niasse comme l’un des quatre médiateurs des Nations unies pour assurer une nouvelle mission de médiation. « On ne demande rien à M. Niasse »… PAR ANTTON ROUGET
ARTICLE PUBLIÉ LE VENDREDI 18 DÉCEMBRE 2015



AFRIQUE-MONDE

logo article

Législatives allemandes : un député noir en lutte contre le racisme

19/09/2017 par :

En campagne pour sa réélection, Karamba Diaby, premier député noir d’Allemagne élu dans une (...)

logo article

Présidentielle au Cameroun : Christopher Fomunyoh enfin dans l’arène ??

19/09/2017 par :

Alors que la présidentielle doit se dérouler en octobre 2018, le nom du natif du Nord-Ouest (...)

logo article

En Algérie et dans le reste du Maghreb, des tabous freinent le don d’organes

19/09/2017 par :

En lui offrant un rein, Nawel a permis à son mari Boubaker d’en finir avec 16 ans de dialyse, (...)

logo article

Le geste gênant de Donald Trump envers Melania

18/09/2017 par :

On ne peut pas dire que ça respire l’amour fou. Vendredi soir, Donald Trump et son épouse Melania (...)

logo article

Gangstérisme à Kédougou, trois attaques armées en trois jours

18/09/2017 par :

La région de Kédougou est secouée depuis la semaine dernière par une série d’attaques armées (...)

logo article

Sénégal : le mouvement anti-franc CFA de retour dans la rue

18/09/2017 par :

Plusieurs centaines de manifestants se sont réunis samedi 16 septembre dans plusieurs villes (...)

logo article

Fatick : un homme de 87 ans meurt par pendaison

18/09/2017 par :

Un homme âgé de 87 ans s’est pendu dans la nuit de samedi à dimanche à Fatick, a appris l’APS de (...)

logo article

Une ministre se déguise pour démasquer des corrompus

18/09/2017 par :

Sarah Opendi, la ministre ougandaise de la santé, a révélé qu’elle s’est déguisée en patiente pour (...)

logo article

Une double attaque dans le sud de l’Irak atteint 50 morts

14/09/2017 par :

Au moins 50 personnes, dont des Iraniens, ont été tuées jeudi dans une double attaque près de (...)

logo article

Rohingyas : Aung San Suu Kyi va enfin s’exprimer

14/09/2017 par :

La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi souhaite finalement s’exprimer devant la nation sur (...)

logo article

Raila Odinga : « La communauté internationale doit s’impliquer, sinon le Kenya va glisser vers une grave crise »

12/09/2017 par :

Dans un entretien accordé à Jeune Afrique, Raila Odinga, candidat de l’opposition à la (...)

DEPECHES

18 juin 2017

Trump tweets : "Je suis enquêté pour avoir tiré le directeur du FBI par l’homme qui m’a dit de déclencher le directeur du FBI. Chasse aux sorcières !"

18 juin 2017

Le Chili bat le Cameroun pour son premier match en Coupe des Confédérations

19 mai 2017

VIOLENT ACCIDENT SUR L’AUTOROUTE : PAS DE MORT ; QUE DES DÉGÂTS MATÉRIELS IMPORTANTS

3 mai 2017

Sénégal : Khalifa Sall et ses co-détenus restent en prison

12 avril 2017

Un élève de Limamoulaye kidnappé et tué

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES