Burkina : Soro, Zida, les « koglweogo »… Ce que Roch Kaboré a dit sur les sujets qui fâchent

Le président burkinabè a tenu une conférence de presse dimanche à Bobo-Dioulasso, seconde ville du pays, pour revenir sur ses cent premiers jours à la tête de l’État. Et s’est exprimé, pour la première fois, sur plusieurs dossiers sensibles.

Le cas de Yacouba Isaac Zida
Mi-mars, le président de la République a abrogé le décret de nomination d’Isaac Zida comme ambassadeur du Burkina Faso à Washington. Actuellement à Ottawa, au Canada, auprès de sa famille, l’ancien Premier ministre est par ailleurs pointé du doigt pour des allégations d’actes de corruption lorsqu’il était à la tête du gouvernement. Alors que tout le monde s’interroge sur l’avenir de l’ex-homme fort du régime de transition, Roch Marc Christian Kaboré a rapidement été questionné sur le sujet lors de sa conférence de presse sur ses 100 premiers jours au pouvoir, dimanche 3 avril à Bobo-Dioulasso.

« À aucun moment, le conseil des ministres n’a nommé le Premier ministre comme ambassadeur aux États-Unis. Ça a été une très grande surprise pour nous de découvrir cela dans le Journal officiel. Nous devons mettre fin à cette manipulation et cela appartient aux prérogatives du chef de l’État que je suis », a affirmé Kaboré. « Le général Zida a demandé une permission qui a expiré depuis le 19 mars. Il n’est pas encore rentré. En tout état de cause, il n’a pas d’autre choix que de rentrer (…) Nous n’avons pas besoin de lui donner des injonctions pour cela. Quelqu’un qui assume de hautes responsabilités de l’État doit s’assumer et faire face à ses responsabilités (…) Il doit voir la nécessité lui-même de rentrer d’ici avril pour pouvoir lever le voile de nuages qui plane sur sa gestion et sur les différents points qui ont été évoqués. »

La gestion des Koglweogo
Roch Marc Christian Kaboré a également été interrogé sur la gestion des Koglweogo, ces milices d’autodéfense qui ont essaimé ces derniers mois dans les campagnes, pour, selon elles, palier les lacunes d’un État incapable d’assurer la sécurité dans leurs villages. Seul problème : elles agissent hors de tout cadre légal, procèdent à une justice expéditive et certaines commettent de graves violations des droits de l’homme.

« Nous sommes en République, personne n’est au dessus des lois. S’ils doivent eux même rendre la justice, prendre des taxes, je pense qu’ils seront traduits devant la justice, a asséné le président. En ce qui concerne l’État nous n’allons pas laisser se poursuivre les dérives qui vont à l’encontre des droits de l’Homme (…) Il faut des passerelles pour qu’ils comprennent que leur rôle n’est pas d’être des justiciers ou de prendre des taxes. »

Le mandat d’arrêt international contre Guillaume Soro
Accusé d’être impliqué dans la tentative de coup d’État contre le régime de transition, à la mi-septembre 2015, à Ouagadougou, Guillaume Soro est visé depuis le début de janvier par un mandat d’arrêt international émis par la justice militaire burkinabè. Suspecté d’avoir soutenu les putschistes, le président de l’Assemblée nationale ivoirienne nie catégoriquement.

Lors de son point presse, Roch Marc Christian Kaboré a indiqué que le mandat d’arrêt contre Guillaume Soro – tout comme celui contre Blaise Compaoré – était toujours « en vigueur ». Mais il a aussi rappelé qu’il n’avait pas totalement enterré la voie diplomatique. « Les mandats d’arrêts ne doivent pas altérer les rapports d’amitié et de fraternité entre les peuples ivoirien et burkinabè. Malgré cela nos rapports sont excellents. Même si nous voulions faire la bagarre avec la Côte d’Ivoire, nous serions tous les deux perdants. »

« Le seul problème a été qu’en tant que président du Faso, je n’ai pas été saisi de l’émission d’un mandat d’arrêt dans ce sens, a ajouté Kaboré. C’est de retour de Cotonou, où je suis allé à la conférence des chefs d’État de l’UEMOA, que j’ai appris comme tout citoyen qu’il y avait un mandat d’arrêt contre le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire (…) Il aurait été bon, dans le cadre de la coopération entre les institutions, que nous soyons au moins informés avant que ces actes ne puissent être posés. »

Sa visite à Paris et la coopération sécuritaire avec la France
Attendu à Paris du 5 au 7 avril pour sa première visite officielle hors d’Afrique, Roch Marc Christian Kaboré a été interrogé sur ce déplacement rapide chez l’ancien colonisateur, affirmant qu’il ne faisait qu’honorer l’invitation adressée par le Premier ministre français, Manuel Valls, lors de sa visite au Burkina après l’attentat de Ouagadougou, le 15 janvier. « Nous n’avons d’allégeance vis-à-vis de personne. Nous y allons parce que nous discutons des intérêts du Burkina Faso. Cela doit être clair. C’est vrai que nous avons des relations qui datent de la colonie avec la France, mais il est hors de question pour nous d’y aller en termes d’allégeance. »

Le chef de l’État est aussi revenu sur l’annonce par Bernard Cazeneuve, le ministre français de l’Intérieur, d’un déploiement d’une unité du Groupement d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) à Ouagadougou après l’attentat de Grand-Bassam, en Côte d’Ivoire. Tandis que les autorités burkinabè affirmaient ne pas être informées d’une telle décision, les autorités françaises ont rapidement rétro-pédalé, évoquant finalement des discussions en cours pour mettre en place une équipe réduite de formateurs à Ouaga et non une unité complète d’intervention comme l’avait laissé entendre Cazeneuve.

« Concernant le déploiement du GIGN, nous avons eu cette information comme vous sur France Inter. Nous avons considéré que nous ne nous sentions pas concernés. Le minimum dans cette matière, c’est d’informer les plus hautes autorités du pays et de voir s’il y a la possibilité ou non de le faire. Toute information que nous apprenons par la radio n’engage que ceux qui font leurs déclarations et ne nous engagent pas, puisque de façon officielle, nous n’avons pas été saisis sur ce déploiement. Et nous avons d’ailleurs, le même jour, dit à l’ambassadeur de France tout notre mécontentement sur cette procédure. »
JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

logo article

L’état d’urgence « devrait être prolongé jusqu’à l’élection présidentielle »

13/11/2016 par :

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le premier ministre souhaite que les mesures d’exceptions restent en (...)

DEPECHES

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

29 octobre 2016

ACTUALITE : Monsieur Gorgui Ndong, Spécialiste en Gestion des Ressources humaines, précédemment membre du Collège du Fonds de Développement du Service Universel des Télécommunications (FDSUT), est nommé Ministre délégué auprès du Ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, chargé de la Restructuration et de la Requalification des banlieues, en remplacement de Madame Fatou Tambédou.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES