Burkina Faso : le chef des putschistes et un ancien baron du régime Compaoré inculpés

Le général Gilbert Diendéré, leader du putsch avorté au Burkina Faso, et Djibrill Bassolé, ex-ministre des Affaires étrangères du président déchu Blaise Compaoré, ont été inculpés pour "attentat à la sûreté de l’État".

Le général Gilbert Diendéré, leader du putsch avorté du 17 septembre au Burkina Faso, et l’ex-ministre des Affaires étrangères de l’ancien président Blaise Compaoré, Djibrill Bassolé, ont été inculpés, mardi 6 octobre,"d’attentat à la sûreté de l’État", a appris l’AFP de sources judiciaires concordantes.

Onze chefs d’inculpation dont "attentat à la sûreté de l’État", "collusion avec des forces étrangères pour déstabiliser la sécurité intérieure", "meurtre", "coups et blessures volontaires", "destruction volontaire de biens" ont été retenus contre les deux hommes, de sources proches des dossiers. Dix personnes ont été tuées lors du coup d’État, de source officielle.

Depuis plusieurs jours, les autorités judiciaires – justice militaire d’une part, et commission d’enquête d’autre part – s’activent. Lundi soir, après de nombreuses arrestations, dont celles d’une quinzaine d’officiers putschistes et notamment du général Diendéré, deux hommes politiques ont été interpellés.

Léonce Koné, deuxième vice-président du parti de Blaise Compaoré, et Hermann Yaméogo, président de l’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD), ont été placés en garde à vue après avoir été "auditionnés dans le cadre des enquêtes sur le coup d’État", selon la gendarmerie. Ce sont les premiers civils à être interpellés dans l’affaire du putsch avec Djibrill Bassolé, arrêté le 29 septembre.

Cérémonie symbolique de "désarmement"

Les inculpations interviennent alors que le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), à la tête duquel le général Diendéré avait mené le coup d’État contre les autorités de transition, a été officiellement démantelé mardi lors d’une cérémonie symbolique de "désarmement".

Plusieurs centaines de personnes venues assister aux "festivités" ont longuement applaudi le Premier ministre, le lieutenant-colonel Isaac Zida, et ont scandé des slogans contre le chef des putschistes, le général Gilbert Diendéré : "Diendéré, assassin" ou "Diendéré à la CPI [Cour pénale internationale]", a-t-on pu entendre.

"Ce coup de force, dont les conséquences ont été tragiques, aurait pu entraîner notre pays dans une crise bien plus grave", a estimé Isaac Zida, ex-numéro deux du RSP dont il était devenu la bête noire depuis son arrivée à la tête du gouvernement.

Le RSP comptait quelque 1 300 hommes. Sa dissolution était demandée depuis des années par la société civile, mais même les institutions de transition n’osaient pas s’attaquer à cette "armée dans l’armée" qui effrayait militaires comme civils.

Avec AFP




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES