Budget au point mort et crise monétaire au Nigeria : Buhari critiqué pour son immobilisme

Le président nigérian Muhammadu Buhari est de nouveau critiqué pour son immobilisme face à une grave crise économique et monétaire qui frappe le pays et menace de faire fuir les investisseurs.

Celui qui a mis presque six mois à nommer un gouvernement, après son élection l’an dernier à la tête de la première puissance économique africaine, n’est pas prêt de se défaire du surnom de « Baba Go Slow » – « le vieux qui prend son temps » – dont l’ont affublé les médias nigérians.

Les cours mondiaux du pétrole ont chuté de 70% depuis 2014, privant le Nigeria, premier producteur de brut du continent, de sa principale source de revenus et faisant dégringoler à la fois la croissance et la monnaie locale, le naira.

Malgré ce contexte morose, M. Buhari a annoncé en décembre un budget record de 6.080 milliards de nairas (environ 27 milliards d’euros) pour 2016, soit une augmentation des dépenses publiques de 20%, financé en partie par des emprunts. Ceci afin d’investir dans de coûteuses infrastructures dont le pays a cruellement besoin, pour stimuler les investissements et la croissance.

Mais de grossières erreurs ont été décelées dans le projet de budget, retardant son adoption par le Parlement.

Les mêmes dépenses de véhicules, ordinateurs et meubles apparaissent à 24 reprises, pour un montant total de 46,5 milliards de nairas, une porte ouverte à la corruption, dénonce Oluseun Onigbinde, co-fondateur de BudgIT, une organisation nigériane qui oeuvre pour plus de transparence dans l’action publique.

Période de crise

« Les Nigérians traversent une période de crise, avec le prix du pétrole qui a plongé en-dessous de 30 dollars, donc le budget devrait être plus en phase avec l’humeur du moment », estime M. Onigbinde.

M. Buhari a renvoyé cette semaine le directeur général chargé du budget et a nommé à sa place un banquier, Tijjani Abdullahi.

Le projet de budget doit maintenant faire l’objet de révisions importantes avant qu’il puisse à nouveau être validé par le président et voté par le Parlement, un processus qui pourrait prendre des mois.

Paralysie

La controverse sur le budget n’est pas pour rassurer les investisseurs, déjà refroidis par la crise monétaire en cours. Le Nigeria, dont une grande partie des réserves en devises provenaient du pétrole, voit le naira s’écrouler au marché noir.

Vendredi, il s’échangeait à plus de 360 pour un dollar — contre 250 il y a quelques semaines.

Au lieu de dévaluer, comme le recommande le Fonds monétaire international, le gouvernement a décidé de maintenir le même taux officiel (entre 197 et 199 nairas pour un dollar) mais d’interdire l’importation de certains produits et de protéger les réserves en devises restantes.

Faut-il « tuer le naira » ?

« Les investisseurs ne sont pas en confiance parce qu’on n’a pas l’impression d’aller de l’avant », estime Nema Ramkhelawan-Bhana, analyste pour Rand Merchant Bank Africa. Et « le pire scénario possible est la paralysie, comme ce qu’on a vu pour la Banque centrale et la politique de change ».

M. Buhari dit ne pas vouloir « tuer le naira » pour protéger les plus pauvres, qui risquent d’être touchés de plein fouet par la hausse des prix, dans un pays où la plupart des produits de base sont importés.

Mais dans les rues de Lagos, la capitale économique, les prix ont déjà augmenté.

« Une assiette de riz, qui coûtait 200 nairas en décembre, en coûte maintenant 350. Les clients se plaignent parce que les portions ne sont pas les mêmes qu’auparavant », explique Mary Idowu, qui vend ses plats préparés aux passants.

Le sac de 50 kg de riz est passé de 9.000 nairas à 13.000, et le sac de haricots de 12 à 15.000 nairas, détaille-t-elle.

Le taux d’inflation annuel est passé à 9,6% en janvier, au-dessus de l’objectif de la Banque centrale.

Pat Utomi, professeur d’économie politique à la Lagos Business School, dénonce la lenteur des autorités « à résoudre des problèmes aussi importants ».

« Le gouvernement doit réaliser qu’il ne peut pas continuer à protéger le naira, parce qu’il n’a pas les réserves pour le faire. Et au final, le naira finira par trouver sa juste valeur, qu’on dévalue ou pas ». JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

logo article

Rapport McLaren : le sport russe sous le signe du dopage

09/12/2016 par :

Près de cinq mois après les premières révélations du rapport McLaren sur le « système de dopage (...)

logo article

À Ceuta, 400 migrants forcent la frontière entre le Maroc et l’Espagne

09/12/2016 par :

La barrière entourant l’enclave autonome espagnole de Ceuta, à la frontière marocaine, a été forcée (...)

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

DEPECHES

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES