Budget au point mort et crise monétaire au Nigeria : Buhari critiqué pour son immobilisme

Le président nigérian Muhammadu Buhari est de nouveau critiqué pour son immobilisme face à une grave crise économique et monétaire qui frappe le pays et menace de faire fuir les investisseurs.

Celui qui a mis presque six mois à nommer un gouvernement, après son élection l’an dernier à la tête de la première puissance économique africaine, n’est pas prêt de se défaire du surnom de « Baba Go Slow » – « le vieux qui prend son temps » – dont l’ont affublé les médias nigérians.

Les cours mondiaux du pétrole ont chuté de 70% depuis 2014, privant le Nigeria, premier producteur de brut du continent, de sa principale source de revenus et faisant dégringoler à la fois la croissance et la monnaie locale, le naira.

Malgré ce contexte morose, M. Buhari a annoncé en décembre un budget record de 6.080 milliards de nairas (environ 27 milliards d’euros) pour 2016, soit une augmentation des dépenses publiques de 20%, financé en partie par des emprunts. Ceci afin d’investir dans de coûteuses infrastructures dont le pays a cruellement besoin, pour stimuler les investissements et la croissance.

Mais de grossières erreurs ont été décelées dans le projet de budget, retardant son adoption par le Parlement.

Les mêmes dépenses de véhicules, ordinateurs et meubles apparaissent à 24 reprises, pour un montant total de 46,5 milliards de nairas, une porte ouverte à la corruption, dénonce Oluseun Onigbinde, co-fondateur de BudgIT, une organisation nigériane qui oeuvre pour plus de transparence dans l’action publique.

Période de crise

« Les Nigérians traversent une période de crise, avec le prix du pétrole qui a plongé en-dessous de 30 dollars, donc le budget devrait être plus en phase avec l’humeur du moment », estime M. Onigbinde.

M. Buhari a renvoyé cette semaine le directeur général chargé du budget et a nommé à sa place un banquier, Tijjani Abdullahi.

Le projet de budget doit maintenant faire l’objet de révisions importantes avant qu’il puisse à nouveau être validé par le président et voté par le Parlement, un processus qui pourrait prendre des mois.

Paralysie

La controverse sur le budget n’est pas pour rassurer les investisseurs, déjà refroidis par la crise monétaire en cours. Le Nigeria, dont une grande partie des réserves en devises provenaient du pétrole, voit le naira s’écrouler au marché noir.

Vendredi, il s’échangeait à plus de 360 pour un dollar — contre 250 il y a quelques semaines.

Au lieu de dévaluer, comme le recommande le Fonds monétaire international, le gouvernement a décidé de maintenir le même taux officiel (entre 197 et 199 nairas pour un dollar) mais d’interdire l’importation de certains produits et de protéger les réserves en devises restantes.

Faut-il « tuer le naira » ?

« Les investisseurs ne sont pas en confiance parce qu’on n’a pas l’impression d’aller de l’avant », estime Nema Ramkhelawan-Bhana, analyste pour Rand Merchant Bank Africa. Et « le pire scénario possible est la paralysie, comme ce qu’on a vu pour la Banque centrale et la politique de change ».

M. Buhari dit ne pas vouloir « tuer le naira » pour protéger les plus pauvres, qui risquent d’être touchés de plein fouet par la hausse des prix, dans un pays où la plupart des produits de base sont importés.

Mais dans les rues de Lagos, la capitale économique, les prix ont déjà augmenté.

« Une assiette de riz, qui coûtait 200 nairas en décembre, en coûte maintenant 350. Les clients se plaignent parce que les portions ne sont pas les mêmes qu’auparavant », explique Mary Idowu, qui vend ses plats préparés aux passants.

Le sac de 50 kg de riz est passé de 9.000 nairas à 13.000, et le sac de haricots de 12 à 15.000 nairas, détaille-t-elle.

Le taux d’inflation annuel est passé à 9,6% en janvier, au-dessus de l’objectif de la Banque centrale.

Pat Utomi, professeur d’économie politique à la Lagos Business School, dénonce la lenteur des autorités « à résoudre des problèmes aussi importants ».

« Le gouvernement doit réaliser qu’il ne peut pas continuer à protéger le naira, parce qu’il n’a pas les réserves pour le faire. Et au final, le naira finira par trouver sa juste valeur, qu’on dévalue ou pas ». JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES