Bousculade mortelle à La Mecque : incertitudes et inquiétude en Afrique

Le mouvement de foule meurtrier a provoqué la mort jeudi de 717 personnes, faisant également plus de 850 blessés. Parmi ces victimes, des pèlerins africains dont on ignore encore le nombre exact.

Au lendemain de la bousculade meurtrière qui a coûté la vie à plus de 710 personnes, l’inquiétude est grande au sein des États ayant des ressortissants participant traditionnellement au hajj. Alors que l’identification des corps se poursuit à La Mecque, peu d’informations ont encore filtré sur la nationalité des victimes. Mais il est désormais certain que des pèlerins africains sont morts jeudi dans le premier lieu saint de l’islam.

Cette année, les pèlerins africains se sont en effet rendus en nombre à La Mecque pour le hajj, comme l’illustre cette infographie

Mohammed VI s’est entretenu avec le roi Salmane

Premier pays africain à déplorer des victimes, l’Algérie a fait état jeudi soir de trois morts parmi ses ressortissants. La mission algérienne, dont le ministre des Affaires religieuses sur place, travaille en collaboration avec les autorités sanitaires saoudiennes pour tenter d’identifier de potentielles nouvelles victimes algériennes.

Au Maroc, le roi Mohammed VI s’est entretenue par téléphone avec le Roi Salmane Ibn Abdelaziz Al Saoud jeudi pour lui présenter ses condoléances. Les autorités marocaines ont de leur côté annoncé qu’aucun de ses pèlerins n’avait trouvé la mort lors du mouvement de foule. Selon elles, quelques Marocains auraient légèrement été blessés, comme l’affirme Salaheddine Mezouar, le ministre des affaires étrangères sur Twitter :

Quant à la Tunisie, les autorités religieuses ont fait part de leur inquiétude et ont dépêché une cellule de crise pour effectuer sur place le suivi des ressortissants tunisiens présents à La Mecque. Béji Caïd Essebsi a également adressé un message de condoléances au roi d’Arabie saoudite. Fayçal Hafiane, vice-président de la délégation officielle, a déclaré jeudi qu’aucune information n’était pour l’instant disponible. Aucune victime tunisienne n’a donc pour l’heure été déclarée.

Des victimes au Niger et au Sénégal, angoisse au Mali

L’inquiétude prévaut également au Niger, où des milliers de pèlerins se sont également rendus à La Mecque. Joint par Jeune Afrique, le ministre des Affaires religieuses, Massaoudou Hassoumi, confirme des victimes nigériennes, possiblement « des dizaines ».

Selon une nigérienne présente à La Mecque jointe par RFI, beaucoup de victimes seraient de nationalité nigérienne, « mais pour le moment on ne peut pas dire combien de Nigériens sont morts ».

Au Sénégal, le général El Hadj Amadou Tidiane Dia, commissaire général au pèlerinage, a pour sa part évoqué cinq victimes, relaye l’Agence de presse sénégalaise. « Nous vous tiendrons informés de leur évolution, mais nous prions tous que cela s’arrête à ces cinq morts » a-t-il poursuivi auprès de l’APS.

Même silence et inquiétude du côté des autorités maliennes, qui avaient déjà eu à déplorer la mort de plusieurs de leurs ressortissants lors de l’effondrement de la grue, le 11 septembre, dont le célèbre prédicateur Karamoko Bêfo. Pour les médias malien comme Malijet, il ne fait cependant pas de doute que des Maliens figurent parmi les victimes. Selon un journaliste de France 24, le ministère malien des affaires religieuses a d’ailleurs affirmé à la chaîne qu’une dizaine de Maliens avaient été tués jeudi.

Incertitudes en Côte d’Ivoire et en Afrique du Sud

Le président sud-africain par intérim, Cyril Ramaphosa a également présenté ses condoléances aux familles des victimes, annonçant que l’Afrique du Sud attendait également des nouvelles de ses propres ressortissants.

Même attente en Côte d’Ivoire. Comme au Mali, les médias ivoiriens se montrent ce matin particulièrement inquiets, évoquant des morts, et pointant l’insécurité des fidèles musulmans à La Mecque.

Des pèlerins en provenance du Nigeria ou encore du Tchad participaient également jeudi au hajj. Un lieu saint de l’islam à nouveau endeuillé par un mouvement de foule meurtrier, le pire bilan enregistré depuis la gigantesque bousculade de 1990, qui avait alors tué près de 1 500 pèlerins




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES