Bouali Mbarki : « Il faut décréter un état d’urgence socio-économique en Tunisie »

Les revendications sociales portées par les jeunes chômeurs de Kasserine ont embrasé la Tunisie, amenant le gouvernement à décréter le couvre-feu nocturne sur l’ensemble du territoire. Bouali Mbarki, secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), la plus grande centrale syndicale du pays, répond aux questions de Jeune Afrique.

Depuis le 17 janvier, la Tunisie vit au rythme de contestations sociales rappelant celles qui ont conduit à la chute de Zine el-Abidine Ben Ali en 2011. Démarré à Kasserine, le mouvement s’est étendu dans d’autres villes, obligeant le gouvernement à décréter un état d’urgence dans tout le pays. Quelles solutions concrètes apporter au problème du chômage et des inégalités sociales ? L’analyse de Bouali Mbarki, secrétaire général adjoint de l’UGTT.

Jeune Afrique : Depuis cinq jours, le mouvement de revendications sociales qui a débuté à Kasserine s’est étendu à tout le pays. Quelle est votre analyse ?

Bouali Mbarki : À l’UGTT, nous comprenons que les jeunes ne puissent plus attendre. Durant des années, tout leur a été promis mais rien ne leur a été donné. Ils sont touchés dans leur citoyenneté et dans leur droit au travail. Leurs revendications sont on ne peut plus légitimes et le gouvernement doit y répondre. L’exécutif est dans l’obligation de proposer des solutions et des programmes. Il faudrait décréter un état d’urgence socio-économique. En tant que centrale syndicale, nous souhaitons un débat national autour de ces questions, qui rassemblerait la société civile, les partis politiques, les institutions de l’État et le gouvernement. C’est une priorité pour préserver les équilibres précaires du pays.

Comment évaluez-vous la réponse du gouvernement ?

Nous avions averti l’exécutif que le mois de janvier serait chaud. Mais face à la crise et à cette flambée protestataire, les mesures avancées sont des solutions de raccommodage. Elles ne peuvent pas résoudre efficacement des problèmes ancrés dans des régions exclues du développement depuis des décennies. Ce n’est pas ainsi qu’on peut réduire la fracture sociale et régionale.

Nous mettons en garde les jeunes afin qu’ils ne soient pas influencés par ceux qui ne veulent aucun bien à la Tunisie et cherchent le chaos
Certains assurent que ce mouvement est manipulé. Quel est votre sentiment ?

Ces manipulations existent effectivement. Dans le monde entier, toutes les manifestations sont sujettes à des tentatives de récupération ou d’instrumentalisation. Nous mettons en garde les jeunes afin qu’ils ne soient pas influencés ou guidés par ceux qui ne veulent aucun bien à la Tunisie et cherchent le chaos. Il peut s’agir de contrebandiers, de terroristes, ou peut-être les deux.

À quoi doit-on s’attendre dans les prochains jours ?

Il faut rassurer, être à l’écoute et ouvrir un dialogue pour calmer les esprits. Le gouvernement doit agir et dire la vérité aux Tunisiens sur la situation du pays mais également s’engager sur des programmes concrets pour que la paix sociale revienne.

Frida Dahmani




AFRIQUE-MONDE

logo article

Yahya met le cap sur Malabo : le film des trois heures d’escale de l’ex-président gambien à Conakry comme si vous y étiez !

22/01/2017 par :

Il est 20 heures à l’aéroport de Conakry ce vendredi 21 janvier 2017. Un petit groupe de badauds (...)

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES