Bouali Mbarki : « Il faut décréter un état d’urgence socio-économique en Tunisie »

Les revendications sociales portées par les jeunes chômeurs de Kasserine ont embrasé la Tunisie, amenant le gouvernement à décréter le couvre-feu nocturne sur l’ensemble du territoire. Bouali Mbarki, secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), la plus grande centrale syndicale du pays, répond aux questions de Jeune Afrique.

Depuis le 17 janvier, la Tunisie vit au rythme de contestations sociales rappelant celles qui ont conduit à la chute de Zine el-Abidine Ben Ali en 2011. Démarré à Kasserine, le mouvement s’est étendu dans d’autres villes, obligeant le gouvernement à décréter un état d’urgence dans tout le pays. Quelles solutions concrètes apporter au problème du chômage et des inégalités sociales ? L’analyse de Bouali Mbarki, secrétaire général adjoint de l’UGTT.

Jeune Afrique : Depuis cinq jours, le mouvement de revendications sociales qui a débuté à Kasserine s’est étendu à tout le pays. Quelle est votre analyse ?

Bouali Mbarki : À l’UGTT, nous comprenons que les jeunes ne puissent plus attendre. Durant des années, tout leur a été promis mais rien ne leur a été donné. Ils sont touchés dans leur citoyenneté et dans leur droit au travail. Leurs revendications sont on ne peut plus légitimes et le gouvernement doit y répondre. L’exécutif est dans l’obligation de proposer des solutions et des programmes. Il faudrait décréter un état d’urgence socio-économique. En tant que centrale syndicale, nous souhaitons un débat national autour de ces questions, qui rassemblerait la société civile, les partis politiques, les institutions de l’État et le gouvernement. C’est une priorité pour préserver les équilibres précaires du pays.

Comment évaluez-vous la réponse du gouvernement ?

Nous avions averti l’exécutif que le mois de janvier serait chaud. Mais face à la crise et à cette flambée protestataire, les mesures avancées sont des solutions de raccommodage. Elles ne peuvent pas résoudre efficacement des problèmes ancrés dans des régions exclues du développement depuis des décennies. Ce n’est pas ainsi qu’on peut réduire la fracture sociale et régionale.

Nous mettons en garde les jeunes afin qu’ils ne soient pas influencés par ceux qui ne veulent aucun bien à la Tunisie et cherchent le chaos
Certains assurent que ce mouvement est manipulé. Quel est votre sentiment ?

Ces manipulations existent effectivement. Dans le monde entier, toutes les manifestations sont sujettes à des tentatives de récupération ou d’instrumentalisation. Nous mettons en garde les jeunes afin qu’ils ne soient pas influencés ou guidés par ceux qui ne veulent aucun bien à la Tunisie et cherchent le chaos. Il peut s’agir de contrebandiers, de terroristes, ou peut-être les deux.

À quoi doit-on s’attendre dans les prochains jours ?

Il faut rassurer, être à l’écoute et ouvrir un dialogue pour calmer les esprits. Le gouvernement doit agir et dire la vérité aux Tunisiens sur la situation du pays mais également s’engager sur des programmes concrets pour que la paix sociale revienne.

Frida Dahmani



AFRIQUE-MONDE

logo article

Quand Melania refuse de prendre la main de Donald Trump

23/05/2017 par :

Melania Trump est une épouse discrète, mais dont les réactions non verbales sont parfois plus (...)

logo article

Les services de sécurité pensent avoir identifié l’auteur de l’attaque

23/05/2017 par :

Les services de sécurité pensent avoir identifié l’auteur de l’attentat perpétré lundi soir lors du (...)

logo article

Trump promet de faire "tout son possible" pour un accord de paix au Proche-Orient

23/05/2017 par :

Le président des Etats-Unis Donald Trump s’est engagé mardi à Bethléem en Cisjordanie occupée à (...)

logo article

Des pirates liés à la Corée du Nord très probablement derrière WannaCry

23/05/2017 par :

Le groupe de pirates informatiques Lazarus, soupçonné d’avoir partie liée avec la Corée du Nord, (...)

logo article

Attentat de Manchester : Au moins 22 morts

23/05/2017 par :

Un attentat suicide a fait au moins 22 morts, dont des enfants, et 59 blessés à l’issue d’un (...)

logo article

L’Iran dénonce le "show" de Ryad et rejette les accusations de Trump

23/05/2017 par :

Le président iranien Hassan Rohani a répondu lundi aux attaques des Etats-Unis et de l’Arabie (...)

logo article

Soudan du Sud : Salva Kiir annonce un cessez-le-feu

23/05/2017 par :

Le président sud soudanais a déclaré un cessez-le-feu unilatéral qui selon lui était effectif à (...)

logo article

Un sniper abat un terroriste de l’EI à 2,4 km de distance

22/05/2017 par :

Selon le Daily Mail, un sniper de l’armée britannique a utilisé "le fusil le plus puissant du (...)

logo article

Des centaines de personnes arrêtées dans un club gay en Indonésie

22/05/2017 par :

La police de Djakarta a investi un club gay de la capitale indonésienne et procédé à 141 (...)

logo article

KIM JONG-UN DIT QU’IL N’EST PAS KADHAFI, ET QUE LES OCCIDENTAUX NE PEUVENT RIEN CONTRE LUI

21/05/2017 par :

Dépeint par les médias occidentaux comme un personnage excentrique, personnage qui lâche les (...)

logo article

Gabon : les millions bloqués du lobbyiste américain qui portait les valises d’Ali Bongo

21/05/2017 par :

Ce sont plus de 8 millions de dollars qui auraient transité par les comptes de Joseph Szlavik, (...)

DEPECHES

19 mai 2017

VIOLENT ACCIDENT SUR L’AUTOROUTE : PAS DE MORT ; QUE DES DÉGÂTS MATÉRIELS IMPORTANTS

3 mai 2017

Sénégal : Khalifa Sall et ses co-détenus restent en prison

12 avril 2017

Un élève de Limamoulaye kidnappé et tué

10 avril 2017

RDC : les manifestations de l’opposition prévues ce lundi interdites par la police

10 avril 2017

Égypte : le président al-Sissi déclare l’état d’urgence pour trois mois après les attentats de l’EI contre des Coptes

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES