Bouali Mbarki : « Il faut décréter un état d’urgence socio-économique en Tunisie »

Les revendications sociales portées par les jeunes chômeurs de Kasserine ont embrasé la Tunisie, amenant le gouvernement à décréter le couvre-feu nocturne sur l’ensemble du territoire. Bouali Mbarki, secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), la plus grande centrale syndicale du pays, répond aux questions de Jeune Afrique.

Depuis le 17 janvier, la Tunisie vit au rythme de contestations sociales rappelant celles qui ont conduit à la chute de Zine el-Abidine Ben Ali en 2011. Démarré à Kasserine, le mouvement s’est étendu dans d’autres villes, obligeant le gouvernement à décréter un état d’urgence dans tout le pays. Quelles solutions concrètes apporter au problème du chômage et des inégalités sociales ? L’analyse de Bouali Mbarki, secrétaire général adjoint de l’UGTT.

Jeune Afrique : Depuis cinq jours, le mouvement de revendications sociales qui a débuté à Kasserine s’est étendu à tout le pays. Quelle est votre analyse ?

Bouali Mbarki : À l’UGTT, nous comprenons que les jeunes ne puissent plus attendre. Durant des années, tout leur a été promis mais rien ne leur a été donné. Ils sont touchés dans leur citoyenneté et dans leur droit au travail. Leurs revendications sont on ne peut plus légitimes et le gouvernement doit y répondre. L’exécutif est dans l’obligation de proposer des solutions et des programmes. Il faudrait décréter un état d’urgence socio-économique. En tant que centrale syndicale, nous souhaitons un débat national autour de ces questions, qui rassemblerait la société civile, les partis politiques, les institutions de l’État et le gouvernement. C’est une priorité pour préserver les équilibres précaires du pays.

Comment évaluez-vous la réponse du gouvernement ?

Nous avions averti l’exécutif que le mois de janvier serait chaud. Mais face à la crise et à cette flambée protestataire, les mesures avancées sont des solutions de raccommodage. Elles ne peuvent pas résoudre efficacement des problèmes ancrés dans des régions exclues du développement depuis des décennies. Ce n’est pas ainsi qu’on peut réduire la fracture sociale et régionale.

Nous mettons en garde les jeunes afin qu’ils ne soient pas influencés par ceux qui ne veulent aucun bien à la Tunisie et cherchent le chaos
Certains assurent que ce mouvement est manipulé. Quel est votre sentiment ?

Ces manipulations existent effectivement. Dans le monde entier, toutes les manifestations sont sujettes à des tentatives de récupération ou d’instrumentalisation. Nous mettons en garde les jeunes afin qu’ils ne soient pas influencés ou guidés par ceux qui ne veulent aucun bien à la Tunisie et cherchent le chaos. Il peut s’agir de contrebandiers, de terroristes, ou peut-être les deux.

À quoi doit-on s’attendre dans les prochains jours ?

Il faut rassurer, être à l’écoute et ouvrir un dialogue pour calmer les esprits. Le gouvernement doit agir et dire la vérité aux Tunisiens sur la situation du pays mais également s’engager sur des programmes concrets pour que la paix sociale revienne.

Frida Dahmani



AFRIQUE-MONDE

logo article

Législatives allemandes : un député noir en lutte contre le racisme

19/09/2017 par :

En campagne pour sa réélection, Karamba Diaby, premier député noir d’Allemagne élu dans une (...)

logo article

Présidentielle au Cameroun : Christopher Fomunyoh enfin dans l’arène ??

19/09/2017 par :

Alors que la présidentielle doit se dérouler en octobre 2018, le nom du natif du Nord-Ouest (...)

logo article

En Algérie et dans le reste du Maghreb, des tabous freinent le don d’organes

19/09/2017 par :

En lui offrant un rein, Nawel a permis à son mari Boubaker d’en finir avec 16 ans de dialyse, (...)

logo article

Le geste gênant de Donald Trump envers Melania

18/09/2017 par :

On ne peut pas dire que ça respire l’amour fou. Vendredi soir, Donald Trump et son épouse Melania (...)

logo article

Gangstérisme à Kédougou, trois attaques armées en trois jours

18/09/2017 par :

La région de Kédougou est secouée depuis la semaine dernière par une série d’attaques armées (...)

logo article

Sénégal : le mouvement anti-franc CFA de retour dans la rue

18/09/2017 par :

Plusieurs centaines de manifestants se sont réunis samedi 16 septembre dans plusieurs villes (...)

logo article

Fatick : un homme de 87 ans meurt par pendaison

18/09/2017 par :

Un homme âgé de 87 ans s’est pendu dans la nuit de samedi à dimanche à Fatick, a appris l’APS de (...)

logo article

Une ministre se déguise pour démasquer des corrompus

18/09/2017 par :

Sarah Opendi, la ministre ougandaise de la santé, a révélé qu’elle s’est déguisée en patiente pour (...)

logo article

Une double attaque dans le sud de l’Irak atteint 50 morts

14/09/2017 par :

Au moins 50 personnes, dont des Iraniens, ont été tuées jeudi dans une double attaque près de (...)

logo article

Rohingyas : Aung San Suu Kyi va enfin s’exprimer

14/09/2017 par :

La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi souhaite finalement s’exprimer devant la nation sur (...)

logo article

Raila Odinga : « La communauté internationale doit s’impliquer, sinon le Kenya va glisser vers une grave crise »

12/09/2017 par :

Dans un entretien accordé à Jeune Afrique, Raila Odinga, candidat de l’opposition à la (...)

DEPECHES

18 juin 2017

Trump tweets : "Je suis enquêté pour avoir tiré le directeur du FBI par l’homme qui m’a dit de déclencher le directeur du FBI. Chasse aux sorcières !"

18 juin 2017

Le Chili bat le Cameroun pour son premier match en Coupe des Confédérations

19 mai 2017

VIOLENT ACCIDENT SUR L’AUTOROUTE : PAS DE MORT ; QUE DES DÉGÂTS MATÉRIELS IMPORTANTS

3 mai 2017

Sénégal : Khalifa Sall et ses co-détenus restent en prison

12 avril 2017

Un élève de Limamoulaye kidnappé et tué

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES