Bombardements en Syrie : la stratégie russe inquiète les Occidentaux

En lançant les premiers raids aériens russes en Syrie, ce mercredi 30 septembre, Vladimir Poutine entend replacer Bachar el-Assad au centre de la résolution de la crise syrienne. Une recomposition des alliances qui se joue au grand dam des Britanniques, Américains et Français, qui réclament des gages sur le fait que les cibles sont bien des jihadistes et ont réaffirmé leur opposition à une solution politique incluant le président syrien, qualifié de « bourreau » par Laurent Fabius.
Sur la Syrie, la Russie est à l’offensive militaire, mais aussi diplomatique. Les frappes de l’aviation russe, ce mercredi, ont touché les provinces de Hama, Homs et Lattaquié. Selon Moscou, les cibles visées étaient des positions du groupe Etat islamique. Vladimir Poutine les a aussitôt justifiées, lors d’une intervention télévisée, par la nécessité de « prendre de vitesse » les jihadistes en les frappant « sans attendre qu’ils arrivent chez nous ».

Le président russe a également affirmé que cette intervention était conforme au droit international, rapporte la correspondante de RFI à Moscou, Muriel Pomponne. Car, si la Russie n’a pas obtenu une résolution des Nations unies, Moscou s’appuie sur une demande officielle d’aide émise par la présidence syrienne. « Nos partenaires agissant en Syrie, n’ont ni l’un ni l’autre », a souligné Vladimir Poutine, fustigeant une fois de plus la position des Occidentaux qu’il accuse d’avoir aggravé la situation. « Le conflit en Syrie a des racines profondes, son origine vient de plusieurs facteurs, qui ont été aggravés par l’ingérence sans gêne de l’étranger dans les affaires de la région », a accusé le président russe.
Main tendue à Bachar el-Assad

Vladimir Poutine a conclu sa déclaration par un message au président syrien Bachar el-Assad, à qui il demande d’ouvrir un dialogue avec les forces « saines » du pays. Autrement dit, l’opposition tolérée. « Le règlement définitif et durable du conflit en Syrie n’est possible que sur la base d’une réforme politique et d’un dialogue avec toutes les forces saines du pays. Je sais que le président Assad le comprend et est prêt à un tel processus », a affirmé Vladimir Poutine, qui affirmait déjà début septembre que Bachar el-Assad serait prêt à organiser des élections anticipées. « Nous comptons sur le fait qu’il adoptera une position active et flexible, et qu’il sera prêt au compromis au nom de son pays et de son peuple. »

Le président russe se présente comme celui qui, sur la scène internationale, tend la main. « Tous nos partenaires ont été informés des plans de la Russie », a-t-il insisté, invitant une nouvelle fois les Occidentaux à participer au centre de coordination mis sur pied à Bagdad par la Syrie, l’Iran, l’Irak et la Russie.

Un projet de résolution incluant l’armée fidèle au régime

Moscou doit d’ailleurs présenter dans les heures qui viennent un projet de résolution en ce sens devant le Conseil de sécurité des Nations unies. S’exprimant devant le Conseil de sécurité, Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, a jugé « indispensable de mettre au point une coordination de toutes les forces qui combattent les terroristes ». Il a par ailleurs réaffirmé que la Russie a « informé les autorités des Etats-Unis et d’autres Etats membres de la coalition formée par les Américains ».

Le ministre russe des Affaires étrangères a également détaillé les contours de cette coalition que Moscou entend voir naître contre le groupe Etat islamique. « Les forces armées syriennes, irakiennes, les milices kurdes, et les détachements armés de l’opposition syrienne patriotique, en un mot, tous ceux qui, sur cette terre, combattent l’organisation Etat islamique », a-t-il décrit. « Cela concerne aussi les acteurs extérieurs qui, d’une manière ou d’une autre, soutiennent les actions antiterroristes dans la région. Il est important qu’une telle coordination soit fondée sur les décisions du Conseil de sécurité en adéquation avec la Charte de l’ONU ». Sergueï Lavrov a également assuré que les bombardements de l’aviation russe menée ce mercredi matin en Syrie ne visaient que des bases du groupe Etat islamique.

Pour Fabius, Bachar el-Assad « n’est pas l’avenir » de la Syrie

Sur ce dossier, la France tente de contrer la stratégie de la Russie de remettre Bachar el-Assad au centre du jeu, aussi bien sur le plan diplomatique que judiciaire, avec l’ouverture d’une enquête pour « crimes de guerre » à Paris à l’encontre de Bachar el-Assad. A la sortie du Conseil de sécurité, Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, s’est cependant dit ouvert à une coopération avec les Russes... Mais sous conditions. « La première condition, c’est que les frappes soient dirigées contre Daech et contre les groupes terroristes, seulement. Et il faudra vérifier si les frappes russes intervenues aujourd’hui respectent ou non cette première condition », a posé le ministre français.

Deuxième condition posée par Laurent Fabius : « Il faut mettre fin aux bombardements de populations civiles avec des barils d’explosifs qui sont lâchées depuis des hélicoptères ». Il a également plaidé pour « traiter la crise à la racine » : « Il faut une transition de nature politique qui dise clairement au peuple syrien que son bourreau, c’est-à-dire Bachar el-Assad, n’est pas son avenir ».

Le chef de la diplomatie britannique, présent à l’ONU, s’est lui aussi montré prudent. Quelques heures après l’annonce des frappes menées par la Russie, Philip Hammond a réclamé une confirmation sur les cibles touchées. « Nous avons dit clairement que nous aurions de sérieuses inquiétudes si la Russie devait frapper des zones où il n’y a pas d’opérations de l’EI et de (groupes) affiliés à al-Qaïda », a pour sa part prévenu le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, qui a réaffirmé la ligne américaine du « ni-jihadistes, ni-Bachar » : « Nous ne mélangerons pas notre combat contre l’EI avec le soutien à Assad [...] Les Etats-Unis sont prêts à travailler avec toutes les nations y compris la Russie pour résoudre le conflit mais Assad ne pourra jamais devenir un dirigeant légitime à l’avenir. »

« Tout est en place pour que la donne change »

Mais avec les bombardements menés par la Russie ce mercredi matin, en coordination avec l’armée syrienne, « tout est en place pour que la donne change », analyse le général Dominique Trinquand, ancien chef de la mission militaire française auprès de l’ONU. L’intervention russe est un « changement majeur », selon lui, car le président syrien « a aujourd’hui du soutien, à la face du monde ».

« On se posait la question après l’entretien entre Barack Obama et Vladimir Poutine, lundi aux Nations unies : jusqu’où irait le soutien de Moscou à Bachar el-Assad… Il semblerait qu’ils veuillent aller très loin, alors que le reste de la coalition veut aller vers une porte de sortie pour Bachar el-Assad », estime le militaire français. Et pour le général Dominique Trinquand, ces bombardements russes entrent dans la stratégie globale déployée par la Russie ces dernières semaines.

Les étapes de cette stratégie ? « Déployer ses pièces sur le terrain, ensuite faire un discours auprès de l’Assemblée générale des Nations unies, obtenir une demande de la Syrie, qui légitimait son action, ensuite faire des actions sur le terrain, puis proposer une résolution. Là, la boucle est bouclée aussi bien sur le plan diplomatique que tactique », expose le général français.

Un axe « russo-chiite » se dessine

Une analyse partagée par Jean-Sylvestre Mongrenier, chercheur associé à l’institut Thomas More. Pour lui, l’objectif immédiat de la Russie est « d’empêcher la chute du régime de Bachar el-Assad et de consolider leur position en Syrie, avec un certain nombre d’actifs géostratégiques ».

Au-delà de cet objectif à court terme, Moscou cherche, selon le chercheur, à « reconstituer un système d’alliances » au Proche et au Moyen-Orient. « Ce qui est particulièrement important, c’est la mise en place d’un front russo-chiite. Ces dernières années on parlait d’un axe chiite - Téhéran, Damas, le Hezbollah -, et là, ce que l’on voit se mettre en place, c’est une cellule de coordination entre la Russie, la Syrie, l’Iran l’Irak, et derrière, le Hezbollah. C’est ça le fait le plus important », souligne Jean-Sylvestre Mongrenier. RFI




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES