BURKINA : Yayi Bony s’était démarqué de Macky pour éviter l’humiliation (RFI)

Le rejet, par les Burkinabè, du premier projet d’accord proposé par la Cédéao est-il un affront pour le président Macky Sall ? Les Burkinabè n’ont pas à s’en excuser, car lorsque le destin de la patrie est en cause, il n’y a pas de déférence qui vaille.

Anthony Lattier : La Cédéao a réinstallé Michel Kafando dans son fauteuil. Les éléments du RSP, la garde prétorienne de Blaise Compaoré, ont regagné leurs casernes et le pays peut, à nouveau, se tourner vers l’avenir. Dans l’immédiat, ce sont les élections, avec, probablement, des candidats du parti du président déchu. C’était une des revendications des putschistes. Peut-on conclure que la Cédéao a réussi sa médiation, sans que, finalement, son président ne perde trop la face ?

Jean-Baptiste Placca : L’objectif des Burkinabè n’était certainement pas de faire perdre la face à qui que ce soit. Ce peuple, pour reconquérir sa liberté, a payé le prix fort : le prix du sang. Il refuse tout autant la loi de la jungle du général Diendéré, que le diktat d’une organisation sous-régionale à la crédibilité chancelante. Pour le reste, les Burkinabè prendront le temps d’oublier ce qui a pu leur paraître, à un moment donné, sinon comme une connivence des médiateurs avec les putschistes, en tout cas comme une tentative de légitimation du putsch et du RSP.

Il y a bien eu un peu d’embarras, y compris chez les chefs d’Etat de la sous-région, lorsque a été affiché comme projet d’accord, un document dont le contenu n’avait manifestement été négocié ni avec le Président Kafando, ni avec les partis politiques, encore moins avec les organisations de la société civile burkinabè. D’où sortait donc un tel projet, qui aurait pu être conçu par le seul général Diendéré ? Débarquer dans un pays qui s’est tant battu pour sa liberté et qui voit sa transition démocratique contrariée par un coup d’Etat. Aller recueillir les revendications des seuls putschistes comme base d’un projet d’accord est un tout petit peu affligeant. La lutte de ce peuple méritait sans doute un peu plus de respect.

La suite a d’ailleurs prouvé à quel point une telle démarche est une grave erreur d’appréciation sur la détermination du peuple burkinabè. Le rejet du projet d’accord a été tellement violent que beaucoup y ont vu un désaveu personnel, forcément humiliant pour le chef de l’Etat sénégalais. On observera que le Béninois Boni Yayi s’était subrepticement éclipsé pour regagner Cotonou, ce que certains ont analysé comme sa façon de prendre ses distances avec l’approche de Macky Sall. Enfin, même les mouvements citoyens, au Sénégal, ont estimé que la démarche de leur président était comme une mauvaise manière faite au peuple burkinabè.

La médiation partait pourtant d’une intention louable. Ne trouvez-vous pas que Macky Sall est plutôt mal payé, en retour ?

Le tout petit effort que l’on demande aux chefs d’Etat africains, lorsqu’ils s’en vont soumettre de telles offres aux populations de pays autres que le leur, c’est de se demander si, en tant que simple citoyen, ils accepteraient cela pour eux, pour leur propre pays et pour leur peuple. Si le Sénégal s’était trouvé face à un dilemme similaire à celui auquel était confronté le Burkina, au lendemain du putsch, le citoyen Macky Sall concevrait-il que des médiateurs guinéens ou mauritaniens, viennent brandir devant le peuple sénégalais un projet d’accord tel que celui que lui, Macky Sall, a présenté aux Burkinabè comme base pour une sortie de crise ?

Les problèmes sont vite et mieux résolus, lorsque les acteurs prennent en compte l’amour-propre et la dignité des peuples au chevet desquels ils accourent. Tous les peuples aspirent à plus de justice, tous sont affectés par l’iniquité. Mais il arrive si souvent que les solutions que proposent certaines organisations internationales frisent le mépris, sans compter la suffisance de nombreux représentants de ce que l’on appelle la communauté internationale.

Les médiateurs qui représentent ces institutions sont aussi des êtres humains capables de se tromper, et même, de se tromper lourdement.

Justement ! A force de parler de ces institutions et de la communauté internationale comme détentrices de solutions à tout, l’on finit par croire que toutes sont constituées de surhommes ou de quelque improbable divinité, au-dessus de tout. Ce sont des hommes et même souvent, des hommes qui sont loin d’être des génies ou des intelligences supérieures. D’où la nécessité, le devoir, pour les leaders de ces peuples, de lire et de raturer autant que nécessaire les projets d’accord qui leur sont tendus et qui sont censés déterminer l’avenir de leur nation.

Et si c’est cela que l’on reproche aux Burkinabè, alors oui, ils ont pu manquer de déférence, vis-à-vis de Macky Sall. Mais ils n’ont pas à le regretter car lorsque l’avenir de votre patrie est en jeu, il n’y a pas de révérence qui vaille. Les courbettes et autres obséquiosités n’ont plus cours, quand on est face, au destin de son peuple, c’est-à-dire à l’essentiel.




AFRIQUE-MONDE

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

DEPECHES

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES