BURKINA : Macky SALL a échoué selon le journal "Le Monde"

Au Burkina Faso, la fin sans gloire du général Diendéré

Le chef du Régiment de sécurité présidentiel reconnaît que son " plus grand tort a été d’avoir fait ce putsch "

Il a l’air un peu perdu dans son treillis trop large pour sa longue silhouette de près de 2 mètres. Assis aux côtés de l’ambassadeur américain, le général Gilbert Diendéré tente de conserver sa dignité d’officier dans le salon VIP de la salle des banquets de Ouaga 2000. Le bâtiment a été inauguré le 8 juin 1998 pour un sommet de l’Organisation de l’unité africaine. Ce même jour, le dictateur nigérian Sani Abacha rendait la vie, officiellement d’une crise cardiaque, selon d’autres versions d’une overdose de viagra en compagnie de deux prostituées. Ces deux " généraux présidents " n’ont que la pratique du coup d’Etat en commun. Dans un exercice de repentance, le général burkinabé a reconnu que son " plus grand tort a été d’avoir fait ce putsch ". " Aujourd’hui, quand on parle de démocratie, on ne peut pas se permettre de faire des actions de ce genre. "

Mercredi 23 septembre, le chef de l’éphémère " Conseil national pour la démocratie ", qui n’aura vécu qu’une semaine, a été tenu à l’écart de la cérémonie de " restauration des autorités de transition " du Burkina Faso. Les honneurs étaient alors pour Michel Kafando, le président intérimaire, qui s’en est pris à " l’acharnement des forces du mal ". Les chefs d’Etat du Bénin, du Niger, du Ghana et le vice-président du Nigeria avaient fait le déplacementpour l’occasion. Pas le président sénégalais, Macky Sall, dont la médiation a totalement échoué après qu’il a proposé d’accéder à l’ensemble des revendications de la junte militaire.
Combats urbains évités
Ennemi intime du général Diendéré, le lieutenant-colonel et premier ministre Isaac Zida, natif, comme lui, de la ville de Yako et issu des rangs du Régiment de sécurité présidentiel (RSP), tout juste libéré et réinstallé dans ses fonctions de premier ministre, a également eu droit à une salve d’applaudissements. Le général Diendéré, alors chef d’état-major particulier de Blaise Compaoré, l’avait placé aux commandes de l’Etat après la chute du président burkinabé, le 31 octobre 2014, mais le " pantin " a rapidement échappé à son manipulateur de l’ombre.

Pourquoi cet homme mystérieux et courtois, discrètement impliqué dans le soutien aux rébellions au Liberia, en Sierra Leone et en Côte d’Ivoire, a-t-il subitement choisi la lumière pour perpétrer le " coup d’Etat le plus bête du monde ", comme l’a surnommé la rue burkinabée ? Pour contenir le mécontentement des sous-officiers et de la base qui craignent de perdre leurs privilèges face aux menaces de dissolution du RSP ? Pour échapper à la justice qui pourrait le viser, notamment en raison de son implication dans l’assassinat du capitaine Thomas Sankara ? Pour permettre à son épouse, Fatou, et à ses amis politiques de l’ancien parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), de concourir aux élections dont ils ont été exclus par le Conseil constitutionnel ? Ou bien encore empêcher aux transfuges honnis, Roch Marc Christian Kaboré et son bras droit Salif Diallo, d’accéder aux commandes du pays ?

Toutes ces raisons s’agrègent sûrement mais un très proche d’un chef d’Etat de la région affirme que " son plan était d’imiter le maréchal Sissi. De renverser des institutions qui ont commis de nombreuses erreurs, de réprimer la -contestation et finalement, de se faire élire à la tête de l’Etat pour perpétuer le régime CDP. Seulement, le Burkina n’est pas l’Egypte et le regard bienveillant de la Côte d’Ivoire ne vaut pas l’appui de l’Arabie saoudite. "
Dissolution du RSP sur les rails
Le général Diendéré n’avait surtout pas mesuré la soif de démocratie de son pays et la capacité de mobilisation de la rue qui a poussé des unités dirigées par de jeunes officiers à la tête de garnisons de province à lancer leurs troupes sur Ouagadougou pendant que les gradés des différents états-majors attendaient de voir dans quel sens le vent tournait. Le rapport de force s’est inversé et à la satisfaction des deux camps, des combats urbains, potentiellement ravageurs, ont été évités. " Je viens de parler à un élément du RSP dont le jumeau était dans l’autre camp ", raconte un officier pour appuyer sa démonstration qu’aucune des deux forces n’était prête " à brûler le pays ".

Cependant, dans leur aventure putschiste, Gilbert Diendéré et les siens ont très vraisemblablement perdu l’ensemble de leurs crédits. Il aurait été un candidat idéal pour diriger une force sahélienne de lutte contre le terrorisme djihadiste, sûrement appuyé par la France où il dispose de nombreux relais dans les services de renseignements, mais le voilà désormais qualifié de " terroriste " par l’Union africaine.

La question de la réintégration des candidats de sa famille politique, qui conservent de nombreux électeurs potentiels pour les scrutins initialement prévus le 11 octobre, semble désormais dépassée. Le désarmement et la disso-lution du RSP sont sur les rails. Ses soldats et leurs familles devront bénéficier de la protection de " leurs frères d’armes " pour échapper à la vindicte d’une population qui les assimilent à tous les maux du Burkina et de l’Afrique (Ebola, Boko Haram, Etat islamique…). La justice, qu’il se dit prêt à affronter en assumant " pleinement a responsabilité " " sans nier qu’il y a eu des morts " lors de ce coup d’Etat (une dizaine), pourrait le rattraper.

Pour son honneur, le général Gilbert Diendéré n’a pas détalé, mais la fin de son parcours est sans gloire.




AFRIQUE-MONDE

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

logo article

Rapport McLaren : le sport russe sous le signe du dopage

09/12/2016 par :

Près de cinq mois après les premières révélations du rapport McLaren sur le « système de dopage (...)

logo article

À Ceuta, 400 migrants forcent la frontière entre le Maroc et l’Espagne

09/12/2016 par :

La barrière entourant l’enclave autonome espagnole de Ceuta, à la frontière marocaine, a été forcée (...)

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

DEPECHES

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES