BURKINA : Macky SALL a échoué selon le journal "Le Monde"

Au Burkina Faso, la fin sans gloire du général Diendéré

Le chef du Régiment de sécurité présidentiel reconnaît que son " plus grand tort a été d’avoir fait ce putsch "

Il a l’air un peu perdu dans son treillis trop large pour sa longue silhouette de près de 2 mètres. Assis aux côtés de l’ambassadeur américain, le général Gilbert Diendéré tente de conserver sa dignité d’officier dans le salon VIP de la salle des banquets de Ouaga 2000. Le bâtiment a été inauguré le 8 juin 1998 pour un sommet de l’Organisation de l’unité africaine. Ce même jour, le dictateur nigérian Sani Abacha rendait la vie, officiellement d’une crise cardiaque, selon d’autres versions d’une overdose de viagra en compagnie de deux prostituées. Ces deux " généraux présidents " n’ont que la pratique du coup d’Etat en commun. Dans un exercice de repentance, le général burkinabé a reconnu que son " plus grand tort a été d’avoir fait ce putsch ". " Aujourd’hui, quand on parle de démocratie, on ne peut pas se permettre de faire des actions de ce genre. "

Mercredi 23 septembre, le chef de l’éphémère " Conseil national pour la démocratie ", qui n’aura vécu qu’une semaine, a été tenu à l’écart de la cérémonie de " restauration des autorités de transition " du Burkina Faso. Les honneurs étaient alors pour Michel Kafando, le président intérimaire, qui s’en est pris à " l’acharnement des forces du mal ". Les chefs d’Etat du Bénin, du Niger, du Ghana et le vice-président du Nigeria avaient fait le déplacementpour l’occasion. Pas le président sénégalais, Macky Sall, dont la médiation a totalement échoué après qu’il a proposé d’accéder à l’ensemble des revendications de la junte militaire.
Combats urbains évités
Ennemi intime du général Diendéré, le lieutenant-colonel et premier ministre Isaac Zida, natif, comme lui, de la ville de Yako et issu des rangs du Régiment de sécurité présidentiel (RSP), tout juste libéré et réinstallé dans ses fonctions de premier ministre, a également eu droit à une salve d’applaudissements. Le général Diendéré, alors chef d’état-major particulier de Blaise Compaoré, l’avait placé aux commandes de l’Etat après la chute du président burkinabé, le 31 octobre 2014, mais le " pantin " a rapidement échappé à son manipulateur de l’ombre.

Pourquoi cet homme mystérieux et courtois, discrètement impliqué dans le soutien aux rébellions au Liberia, en Sierra Leone et en Côte d’Ivoire, a-t-il subitement choisi la lumière pour perpétrer le " coup d’Etat le plus bête du monde ", comme l’a surnommé la rue burkinabée ? Pour contenir le mécontentement des sous-officiers et de la base qui craignent de perdre leurs privilèges face aux menaces de dissolution du RSP ? Pour échapper à la justice qui pourrait le viser, notamment en raison de son implication dans l’assassinat du capitaine Thomas Sankara ? Pour permettre à son épouse, Fatou, et à ses amis politiques de l’ancien parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), de concourir aux élections dont ils ont été exclus par le Conseil constitutionnel ? Ou bien encore empêcher aux transfuges honnis, Roch Marc Christian Kaboré et son bras droit Salif Diallo, d’accéder aux commandes du pays ?

Toutes ces raisons s’agrègent sûrement mais un très proche d’un chef d’Etat de la région affirme que " son plan était d’imiter le maréchal Sissi. De renverser des institutions qui ont commis de nombreuses erreurs, de réprimer la -contestation et finalement, de se faire élire à la tête de l’Etat pour perpétuer le régime CDP. Seulement, le Burkina n’est pas l’Egypte et le regard bienveillant de la Côte d’Ivoire ne vaut pas l’appui de l’Arabie saoudite. "
Dissolution du RSP sur les rails
Le général Diendéré n’avait surtout pas mesuré la soif de démocratie de son pays et la capacité de mobilisation de la rue qui a poussé des unités dirigées par de jeunes officiers à la tête de garnisons de province à lancer leurs troupes sur Ouagadougou pendant que les gradés des différents états-majors attendaient de voir dans quel sens le vent tournait. Le rapport de force s’est inversé et à la satisfaction des deux camps, des combats urbains, potentiellement ravageurs, ont été évités. " Je viens de parler à un élément du RSP dont le jumeau était dans l’autre camp ", raconte un officier pour appuyer sa démonstration qu’aucune des deux forces n’était prête " à brûler le pays ".

Cependant, dans leur aventure putschiste, Gilbert Diendéré et les siens ont très vraisemblablement perdu l’ensemble de leurs crédits. Il aurait été un candidat idéal pour diriger une force sahélienne de lutte contre le terrorisme djihadiste, sûrement appuyé par la France où il dispose de nombreux relais dans les services de renseignements, mais le voilà désormais qualifié de " terroriste " par l’Union africaine.

La question de la réintégration des candidats de sa famille politique, qui conservent de nombreux électeurs potentiels pour les scrutins initialement prévus le 11 octobre, semble désormais dépassée. Le désarmement et la disso-lution du RSP sont sur les rails. Ses soldats et leurs familles devront bénéficier de la protection de " leurs frères d’armes " pour échapper à la vindicte d’une population qui les assimilent à tous les maux du Burkina et de l’Afrique (Ebola, Boko Haram, Etat islamique…). La justice, qu’il se dit prêt à affronter en assumant " pleinement a responsabilité " " sans nier qu’il y a eu des morts " lors de ce coup d’Etat (une dizaine), pourrait le rattraper.

Pour son honneur, le général Gilbert Diendéré n’a pas détalé, mais la fin de son parcours est sans gloire.




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES