BASSIROU KEBE : "Au Sénégal, les droits de l’enfant ne sont pas respectés comme nous l’aurions souhaité.

La communauté internationale célèbre ce 20 novembre 2015 l’anniversaire de la Convention relative aux Droits de l’Enfant adoptée par l’assemblée générale des Nations Unies le 20 novembre 1989. Ladite convention bâtie sur les principes directeurs de la non discrimination, de la priorité donnée à l’intérêt supérieur de l’enfant, du droit à la vie, à la survie et au développement et du droit de participation des enfants, devrait garantir et promouvoir les droits enfants. Ainsi, l’innovation de taille introduite par la CDE a-t-elle été de faire de l’enfant, désormais un sujet de droits et de l’Etat, des communautés et de la famille des obligataires de droits.
L’application du modèle écologique à la gouvernance des droits des enfants pose la question des responsabilités des parties prenante pour un accès équitable à une éducation de qualité, a des soins de santé, a une bonne alimentation, à un logement décent, aux loisirs, entres autres mais aussi pour une protection contre toutes les formes de violences et de négligences.
Au Senegal, en dépit de l’existence d’un système juridique ou d’un cadre légal plus ou moins conforme à ladite Convention, nous pouvons sans embages affirmer que les droits de l’enfant ne sont pas respectés comme nous l’aurions souhaité.
À titre d’illustrations, malgré un taux brut de scolarisation dépassant les 90%, il est déplorable de constater qu’une catégorie d’enfants, appelée talibes, est exclue du système scolaire formel sans accompagnement ou soutien de l’Etat.
Dans le domaine de la santé, nos enfants issus du milieu rural ou de familles vulnérables ont difficilement aux infrastructures et soins de santé.
Malgré l’existence d’un cadre légal, nos enfants sont victimes d’exploitation , d’abus et de négligences. Toutes les formes de violences sont exercées sur eux : mendicité, pires formes de travail, abus et exploitations sexuels, traite, etc.
A cet effet, il est important de rappeler que le Senegal dispose depuis 2011-2012, d’un modèle d’intervention reposant sur les pieux de la prévention, de la prise en charge et de la promotion pour un changement de comportement durable. Cependant, la situation actuelle des enfants est plus qu’alarmante et inquiétante. Toutes les statistiques disponibles corroborent ce constat.
C’est pourquoi, il nous semble urgent d’inviter l’Etat à plus de volonté et de courage politique pour une application des lois, un financement adéquat pour la réalisation des droits de l’enfant. Rien qu’avec la loi des finances 2016, les ressources allouées à la protection de l’enfant représentent moins de 1% du budget national de plus de 3000 milliards de francs CFA.
Aux familles et communautés, nous leur demandons d’assumer leurs responsabilités.
Bonne fête à tous les enfants du monde.
Mamadou Bassirou KEBE Ancien Directeur de l’Agence de Lutte contre le pires forme de travail des Enfants




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

DEPECHES

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES