BABACAR GAYE (PORTE-PAROLE DU PDS) ‘’Macky Sall n’est pas un monarque mais le serviteur d’un Etat’’

La sortie du chef de l’Etat ce week-end sur la tenue du prochain référendum continue de faire débat. Dans un entretien express accordé au journal ‘’EnQuête’’, le porte-parole du Pds, Babacar Gaye, analyse les propos du chef de l’Etat. Il donne également son avis sur la dernière session budgétaire.

Le président de la République a fait une sortie ce week-end pour se prononcer sur le référendum et un peu sur les agitations de l’opposition. Comment appréciez-vous ces propos ?

C’est une énorme incongruité dans une république démocratique de penser que les citoyens ne peuvent pas exercer de pression sur les gouvernants à propos de la date d’un référendum. Ce qui constitue la seule voie légale pour modifier les dispositions de la Constitution relatives à la durée du mandat du président de la République. Qui plus est, l’éthique politique, le respect d’un engagement électoral et la morale suffisent pour contraindre un homme d’Etat vertueux à agir conformément à ses obligations. Le président de la République n’est pas un monarque. Il est un simple serviteur d’un Etat qui a des exigences. La maîtrise du calendrier électoral en est une.

Et Personne n’accepterait une dictature au Sénégal. Ces propos m’inspirent désolation et inquiétudes pour notre stabilité politique. Le Président Macky Sall est inutilement colérique et belliqueux. Il méprise le rôle que notre Constitution lui a assigné. En tant que clé de voûte des institutions, il gagnerait à être plus serein, dompter ses humeurs et bannir les signes d’un agacement récurrent qui caractérise ses discours. Au demeurant, aucune menace ne peut empêcher les coups de boutoir de l’opposition et des citoyens qui peinent à comprendre cette fâcheuse manie de traiter ceux qui ont droit de vie et de mort sur leurs élites.

A votre niveau que préconisez-vous pour lui faire respecter son engagement ? Est-ce obligatoire ?

Le respect d’un engagement est obligatoire du point de vue éthique. Dès lors qu’il n’était pas obligé de faire cette promesse démagogique, Macky Sall assumera seul toutes les conséquences fâcheuses qui découleraient d’un presque probable reniement. Je pense très franchement qu’il devrait clore ce débat en profitant de son adresse à la Nation de fin d’année pour dévoiler définitivement la date et le contenu du référendum. Je rappelle que tout le pays retient son souffle à propos de la suite à donner aux conclusions du rapport de la Commission nationale de réforme des institutions.

Comment analysez-vous le déroulement de la dernière session budgétaire avec un fort taux d’absentéisme des parlementaires et des ministres qui sont passés sans débat ?

On ne peut rien attendre de cette assemblée croupion. Depuis l’indépendance, le Sénégal vit la pire des législatures. Alors que les tenants du pouvoir annonçaient partout des ruptures sur la gouvernance démocratique, économique et financière. J’estime qu’il y a encore des efforts à faire pour donner à l’Assemblée nationale toutes ses lettres de noblesse en renforçant ses prérogatives constitutionnelles et en réformant en profondeur le mode d’élection des députés qui sont toujours inféodés au prince. Je suis pour une élection des députés par circonscription au scrutin uninominal à deux tours. La liste nationale devrait être supprimée. En lieu et place d’un salaire, je préconise une indemnité forfaitaire pour le transport et le logement ainsi qu’une indemnité journalière de session effective.

Cela aiderait à rationaliser l’utilisation des ressources publiques et à encourager l’assiduité et la régularité aux travaux de l’Assemblée. En revanche, le vote sans débat n’est possible que si après la lecture du rapport de la commission compétente, aucun député ne demande la parole. Ce qui prouverait que les députés n’accordent aucun intérêt à l’évaluation des autorisations parlementaires qui avaient été accordées au gouvernement pour la mise en œuvre de politiques publiques dans un secteur donné. Alors, le Président de séance soumet le projet de texte aux voix. En tout état de cause, ce vote en l’absence d’aucun débat ne doit pas découler de la seule volonté d’une majorité de députés pour faire plaisir à un ministre. Cela dénote plutôt d’une paresse parlementaire.

Pourquoi votre parti se rapproche de plus en plus des chancelleries occidentales pour plaider sa cause ?

Les rencontres de l’opposition avec les chefs de mission diplomatique ne sont pas quelque chose de nouveau. Qui plus est, les chancelleries occidentales sont très sensibles à tout ce qui concerne la stabilité politique du Sénégal qui est une denrée rare en Afrique. D’autant que la plupart du temps, elles mettent la main à la pochette pour le bon déroulement de nos élections. Par contre, leur implication dans la résolution des crises politiques devrait céder la place à un dialogue permanent entre la majorité et l’opposition sur les questions d’envergure nationale. La sauvegarde de notre souveraineté et de notre autonomie financière a ma préférence, même si dans ce monde devenu un petit village, la coopération internationale est incontournable.

HABIBATOU TRAORE (STAGIAIRE)




AFRIQUE-MONDE

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

logo article

Rapport McLaren : le sport russe sous le signe du dopage

09/12/2016 par :

Près de cinq mois après les premières révélations du rapport McLaren sur le « système de dopage (...)

logo article

À Ceuta, 400 migrants forcent la frontière entre le Maroc et l’Espagne

09/12/2016 par :

La barrière entourant l’enclave autonome espagnole de Ceuta, à la frontière marocaine, a été forcée (...)

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

DEPECHES

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES