Attentats de Paris : premiers coups de canif portés à l’unité nationale

Derrière les velléités de rassemblement affichées par les principaux chefs de partis dimanche, les premières critiques contre la politique de François Hollande ont sérieusement mis à mal l’unité nationale. Tour d’horizon des réactions politiques.

Tweets assassins, conseils déguisés, déclarations empreintes de critiques... François Hollande aura bien du mal à recréer l’unité politique nationale de l’après-Charlie. Dix mois après la première vague d’attentats de janvier, le président espère tout de même rassembler les chefs des principaux partis derrière lui en les recevant tour à tour à l’Élysée dimanche 15 novembre. Mais déjà les flèches décochées par l’opposition contre sa politique sécuritaire et étrangère ont fusé de toute part.

Après plus d’une heure d’entretien avec François Hollande dimanche 15 novembre dans la matinée, le patron du parti Les Républicains Nicolas Sarkozy a réitéré ses appels au président pour une nouvelle politique, sans même évoquer l’idée d’un quelconque rassemblement. "J’ai dit au président Hollande que nous devions construire des réponses adaptées, ce qui veut dire une inflexion de notre politique étrangère, des décisions au plan européen et des modifications drastiques de notre politique de sécurité dans le respect des convictions qui sont les nôtres", a-t-il fait savoir à l’issue de sa rencontre avec le chef de l’État. "Sur le plan international, il me semble que nous devons tirer les conséquences de la situation en Syrie, nous avons besoin de tout le monde pour exterminer Daech et notamment des Russes, il ne peut pas y avoir deux coalitions en Syrie."

Une "évolution" de la politique présidentielle

La veille, François Fillon et Alain Juppé ont tous les deux plaidé pour une unité nationale sans oublier toutefois de formuler quelques critiques à l’égard de l’exécutif. "L’unité nationale doit se construire autour d’un consensus entre la majorité et l’opposition, autour de deux questions fondamentales : est-ce qu’on a une politique étrangère adaptée à la situation [...], deuxièmement est-ce qu’on a fait tout ce qu’il fallait pour assurer la sécurité intérieure ? À ces deux questions, ma réponse est non", a critiqué François Fillon sur TF1, demandant une "évolution" de la politique étrangère et une "opération militaire d’envergure" contre l’organisation État islamique (EI).


Quant à Alain Juppé, il a appelé l’exécutif à abandonner sa ligne "ni Daech, ni Bachar [al-Assad]" qu’il partageait jusqu’à présent. "Il y a des hiérarchies, il y a des priorités, il faut écraser Daech", a-t-il souligné sur France 2.

"Irresponsable"

Plus à droite, Marine Le Pen, qui a d’abord exprimé sa compassion et interrompu sa campagne pour les élections régionales comme tous les autres partis, est rapidement passée à l’offensive. "La France et les Français ne sont plus en sécurité, mon devoir est de vous le dire. Et des mesures d’urgence s’imposent". Et de poursuivre : "il est indispensable que la France retrouve la maîtrise de ses frontières nationales définitivement". Louis Alliot, son compagnon et vice-président du FN, s’est montré plus virulent sur Twitter. "Monsieur Valls, vous voyez où est le danger ? Le vrai ! Irresponsable !"

Mais chez d’autres proches du FN, les attaques ont été plus virulentes encore. Entre autres saillies, le député du Gard Gilbert Collard, allié au parti frontiste, a demandé samedi dans un communiqué la "démission" pure et simple du président François Hollande et de son gouvernement, qualifié de "traîtres à notre Nation, à nos vies", et "guignols".

Philippe de Villiers, ancien président de la région vendéenne, a pour sa part dénoncé sur Twitter "le laxisme et la mosqueïsation de la France".

Même au centre, les appels à l’union nationale du président peinent à convaincre. Jean-Christophe Lagarde (UDI) a lui exprimé des réserves, en appelant François Hollande à "faire réellement la guerre" contre les "barbares de Daech", et "pas seulement avec des moyens secondaires".

"Un effet de retour […] très douloureux"

C’est à l’extrême gauche que l’union nationale a trouvé un écho plus favorable. Jean-Luc Mélenchon, du Parti de gauche, a notamment appelé à "refuser la division" afin de "faire échec aux objectifs des meurtriers".

Le politologue Jérôme Sainte-Marie (PollingVox) n’est pas surpris de cette discorde. Après un "réflexe immédiat de solidarité de l’opinion", le président risque "un effet de retour peut-être très douloureux".

"Autant dans l’épisode de janvier, cela pouvait être très favorable au chef de l’État, autant là, peut-être que la répétition des choses peut provoquer une réflexion politique sur les choix élyséens, des critiques. D’une part sur l’efficacité de la prévention, l’aspect sécuritaire, mais également l’aspect diplomatique, ‘est-ce que les choix français en matière diplomatique sont les bons’ ?", conclut-il.

Avec AFP




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

logo article

L’état d’urgence « devrait être prolongé jusqu’à l’élection présidentielle »

13/11/2016 par :

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le premier ministre souhaite que les mesures d’exceptions restent en (...)

DEPECHES

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

29 octobre 2016

ACTUALITE : Monsieur Gorgui Ndong, Spécialiste en Gestion des Ressources humaines, précédemment membre du Collège du Fonds de Développement du Service Universel des Télécommunications (FDSUT), est nommé Ministre délégué auprès du Ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, chargé de la Restructuration et de la Requalification des banlieues, en remplacement de Madame Fatou Tambédou.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES