Attentats : "Aucun pays d’Afrique ne peut garantir la sécurité de ses citoyens"

L’Express - Après la sanglante attaque du Radisson Blu de Bamako en novembre dernier, l’attentat perpétré ce vendredi en plein cœur de Ouagadougou, au Burkina Faso, est venue rappeler à quel point le continent africain est démuni face aux poussées de fièvre djihadiste.

La veille du carnage de Ouagadougou, l’ancien ministre des Affaires sénégalais Cheikh Tidiane Gadio, invité à Paris du think tank Afrikamanao, créé voilà peu par d’anciens étudiants de Sciences-Po, dressait un amer constat.

"Cinquante-cinq ans après les indépendances, souligne le président de l’Institut panafricain de stratégie, aucun pays du continent ne peut garantir la sécurité de ses citoyens sur son territoire. Les terroristes ont compris ce que les thuriféraires de la souveraineté peinent à admettre : la mutualisation des moyens de lutte n’est pas un luxe, mais un impératif vital. Ou l’on se met ensemble, ou l’on meurt ensemble."

Dénonçant un "déficit grave et persistant de leadership" et un processus "d’hyper-balkanisation de l’Afrique", Gadio déplore une "absence de stratégie" continentale et préconise la mise sur pied, en urgence, de bases militaires panafricaines de dimension régionale.

Rivalités régionales contre besoin de sécurité

Dans une adresse télévisée, le nouveau président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, a justement appelé ce samedi les nations voisines à "mutualiser nos moyens de défense et nos informations pour présenter un front uni contre les fléaux qui menacent l’existence même de nos Etats." Objurgation maintes fois entendue dans l’aire sahélienne, mais qui pour l’essentiel relève encore du vœu pieux.

Les rivalités régionales, les vieux contentieux historiques et une conception étriquée de la souveraineté nationale ont entravé l’émergence d’une véritable coopération entre les capitales concernées, notamment en matière de partage du renseignement et d’actions militaires coordonnées. Carence dont la nébuleuse djihadiste a amplement tiré profit.

Pour freiner l’essor de la secte djihadiste nigériane Boko Haram, il a fallu que le Tchadien Idriss Déby Itno engage ses troupes, y compris sur les territoires nigerien, camerounais et... nigérian, secouant ainsi l’apathie des pays riverains du lac Tchad.

Les 4x4 des assaillants venaient du Niger

La tragédie de Ouaga atteste une fois encore la porosité des frontières sahéliennes, reflet de la fragilité des institutions étatiques. Les deux véhicules de type 4x4 utilisés par les assaillants étaient immatriculés au Niger. Les commandos armés naviguent aisément entre le Mali, le Niger, le Fezzan libyen et le grand sud algérien.

Quelques heures avant l’attaque, un couple d’octogénaires australiens, établi dans l’ancienne Haute-Volta depuis 1972, a été kidnappé à Baraboulé (Nord), non loin du Niger et du Mali. Enlévement revendiqué par Ansar-Eddin, la mouvance du Touareg malien Iyad ag-Ghali, et attribué à l’"Emirat du Sahara", l’un des satellites de la planète Aqmi (al-Qaeda au Maghreb islamique).

Par ailleurs, et même s’ils n’apparaissent pas sur les écrans radars médiatiques, les accrochages et embuscades survenus chaque semaine confirment la persistance de la capacité de nuisance des cellules djihadistes, notamment dans le nord et le centre du Mali.

Le même jour -vendredi-, des attaques perpétrées à Tombouctou et Mopti ont coûté la vie à deux soldats locaux et à un supplétif paramilitaire. Le danger perdure donc, en dépit du travail accompli par le dispositif français Barkhane, déployé dans cinq pays, de la Mauritanie au Tchad. Mais comment 3000 hommes pourraient-ils sécuriser 5 millions de kilomètres carrés ?

Le Burkina, symbole de progrès et allié français

Les boutefeux du djihad global ont-il voulu, comme l’avancent certains analystes, frapper un symbole du progrès démocratique ? Pas si sûr. Certes, le Burkina Faso a, grâce à l’insurrection civique de l’automne 2014, politiquement fatale à Blaise Compaoré, puis à la vigilance citoyenne qui mit en échec le putsch vintage de septembre dernier, conquis un statut de modèle. Certes, l’élection le 29 novembre de Kaboré -un ex-pilier du système Compaoré, entré en dissidence sur le tard- peut dans un tel contexte passer pour exemplaire.

Mais rien ne prouve à ce stade que ce critère guide le "ciblage" des tueurs djihadistes, entrés dans une logique de châtiment des "croisés" -les Occidentaux, Français en tête- et de leurs alliés africains. Aucun pays de la région n’est à l’abri, quel que soit son degré de pluralisme, d’orthodoxie constitutionnelle et de transparence.
CRIDEM




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES