Arrestations d’hommes et de femmes présentés comme ayant des liens avec les terroristes : Le coup de filet du Sénégal

Branle-bas de combat au Sénégal. Fin octobre et début novembre, les autorités ont procédé à plusieurs arrestations d’hommes et de femmes présentés comme ayant des liens avec des groupes terroristes, parmi lesquels figurent des imams, dont l’un, Alioune Badara Ndao, est connu pour ses prêches salafistes. Puis, mi-novembre, Abdoulaye Daouda Diallo, le ministre de l’Intérieur, a évoqué la possibilité d’interdire le port du voile intégral, comme au Tchad, au Cameroun ou au Niger, trois pays touchés par des vagues d’attentats ces dernières années. « À l’intérieur du pays, la police, la gendarmerie et l’armée travaillent pour avoir le maximum d’informations en ce qui concerne ce nouveau phénomène », a indiqué le ministre, rappelant que le terrorisme « touche tout le monde ».
Dans son prochain numéro, Jeune Afrique explique qu’à l’origine de cette prise de conscience et de ces mesures qui font débat à Dakar, le démantèlement d’un groupe de Sénégalais qui envisageaient, selon toute vraisemblance, de créer dans leur pays une branche de Boko Haram. Cette découverte est, selon les termes d’un officier nigérien, « le résultat d’une excellente coopération » entre le Sénégal, le Niger et la France, mais aussi le fruit d’un improbable coup de filet.
L’histoire remonte au début de la saison des pluies et se déroule loin de Dakar, dans le sud du Niger. Quatre hommes, tous des ressortissants sénégalais qui ont entre 20 et 30 ans et qui viennent de franchir la frontière en provenance du Nigeria, se font prendre avec des faux billets dans les environs de Maïné-Soroa, une ville située à l’ouest de Diffa, tout près de la frontière. Rien que de très banal a priori. Les hommes sont donc envoyés à la prison de Zinder. Ce que les autorités nigériennes ne savent pas encore, c’est qu’ils viennent de la forêt de Sambissa, l’un des repaires de Boko Haram au nord-est du Nigeria, qu’ils s’y trouvaient depuis près d’un an, qu’ils ont combattu pour la secte, et qu’ils ont pris la route parce que leur chef, un compatriote dénommé Makhtar Diokhané – qui s’est lui aussi battu pour Boko Haram –, leur a demandé de le rejoindre au Sénégal, où il était rentré un peu plus tôt, dans le but, apparemment, d’y créer un réseau jihadiste.
INTERROGATOIRE. Apprenant leur arrestation, Diokhané quitte le Sénégal et se rend au Niger, via le Nigeria, dans le but, très probablement, de régler le problème. Informées de sa venue par les services de renseignements sénégalais et français, qui s’intéressaient déjà à lui (la France avait intercepté des écoutes téléphoniques le concernant), les autorités nigériennes le cueillent à la frontière, dans la région de Zinder. L’interrogatoire des cinq hommes est fructueux : « Nous les avons fait parler. Diokhané s’est mis à table, raconte une source nigérienne. Ils ont avoué qu’ils se rendaient au Sénégal pour y établir une branche de Boko Haram, et qu’ils avaient des liens avec Abubakar Shekau. »
Immédiatement informés, les services sénégalais se mettent en quête de leurs soutiens dans le pays. Ils trouvent notamment chez l’épouse de Diokhané une belle somme d’argent de près de 10 millions F Cfa et un pistolet automatique. Celle-ci est arrêtée, de même que la belle-sœur du chef.
Ils trouvent également des documents faisant l’apologie du terrorisme chez certains imams. Selon une source française, d’autres Sénégalais seraient en lien avec les groupes terroristes qui sévissent au Nord-Mali. Il y a quelques années, le Mujao comptait des Sénégalais dans ses rangs. Aqmi aussi.
Un groupe qui envisageait sans doute de créer une branche de Boko Haram dans le pays a été démantelé. DAKARACTU.COM




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES