Alinard Ndiaye : « Jusqu’à preuve du contraire nous considérons que Karim n’a perdu aucun de ses droits… »

Fidèle parmi les fidèles de Karim Wade, Alinard Ndiaye a porté sur les fonts baptismaux le Mouvement libérez Karim (Mlk) au lendemain de l’incarcération de son mentor. Et, pendant quatre ans, ledit mouvement a été implanté dans les quatorze régions du Sénégal pour mener la bataille de libération du fils de Me Wade qui a été gracié, jeudi dernier, par le Président Macky Sall. Dans cet entretien accordé à DAKAR7.COM, Alinard Ndiaye considère que son leader est en pleine possession de ses droits civiques, récuse le deal entre Macky et Wade, tire à bouts portant sur le président de Rewmi, Idrissa Seck, dément le Garde des Sceaux et vilipende ceux qui se disent opposer à la grâce accordée à de Karim Wade.

Entretien : M. Ndiaye, votre leader a été libéré nuitamment, ce jeudi, par le biais d’une grâce présidentielle. Est-ce que vous vous attendiez à cette diligence de la procédure ?

Cela n’a pas été une grande surprise pour nous parce que l’idée a été agitée depuis quelques temps par le Président de la République lui-même, dans un premier temps, à l’étranger et, tout récemment, au sortir d’une série de visites successives à Touba et Tivaouane. Ce qui importe c’était la libération de Karim quelle que soit la formule, n’en déplaise aux jaloux, comploteurs et politiciens de tous ordres. Nous remercions le Khalife général des Mourides et l’ensemble des chefs religieux qui ont pleinement joué leur rôle de régulateurs sociaux.

En tant que souteneurs de Karim, n’êtes pas vous pas en colère après qu’il vous a zappés pour prendre les airs vers le Qatar ?

Absolument pas ! Comme il l’a dit dans sa déclaration rendue publique, il n’avait pas voulu sa libération de cette manière. Ce qui a expliqué la déception de ses milliers de militants qui s’attendaient à le voir et qui, finalement, ont compris. Et c’est l’occasion de dire à l’opinion que Karim Wade, en bon talibé mouride, a respecté à la lettre les consignes de son vénéré guide Serigne Chjeikh Sidy Moukhtar Mbacké à travers son fils aîné, Serigne Moustapha qui a fait le déplacement pour lui transmettre les prières et le ‘’ndigël’’ du Saint homme. Pour rappel, c’est ce même marabout qui lui avait donné, il y a un an, le ‘’ndigël’’ d’arrêter sa fameuse grève de la faim. Nous sommes des Karimistes de conviction et faisons entière confiance à notre leader en qui nous renouvelons notre confiance totale. Nous sommes debout et soudés plus que déterminés à l’accompagner pour son projet politique qui est intact. Cette libération n’est rien d’autre qu’une nouvelle étape dans le combat politique que nous menons depuis bientôt quatre ans autour d’un homme et de ses ambitions pour un Sénégal meilleur. Pour la bonne information, Karim Wade est devenu, aujourd’hui, une réalité politique incontournable avec qui il faudra désormais compter.

Depuis Touba, Idrissa Seck a qualifié la sortie de votre mentor d’un deal international ignoble. Sa libération nocturne et son départ vers Doha ne lui donnent-il pas raison ?

En fait, Karim Wade a chamboulé l’agenda politique de beaucoup de mastodontes de la sphère politique dont Idrissa Seck. Ce qui explique ses séries de déclarations insensées et incompréhensible. Nous tenons à préciser qu’il n’y a aucun deal national ou international autour de la libération de Karim Wade. Il n’est pas un dealer et n’a rien dealer avec qui ce soit. Nous ne sommes pas dans le cadre d’un protocole de Rebeuss bis. A tous ces politiciens, enfants égarés ou rappeurs, avocats du diable etc., nous les invitons à plus de retenue et de responsabilité dans leur prise de position. Parce que, malgré leurs diatribes, combines, calomnies, la montagne a accouché d’une souris. Parce que Karim Wade a recouvré la liberté et continuera à exister politiquement. Que Monsieur Idrissa Seck qui, depuis Touba, a versé dans une tentative de mettre en mal Karim et ses ‘’Karimistes’’ arrête. Parce que, plus qu’hier, les Karimistes que nous sommes restent attachés à leur leader.

Outre Idrissa Seck, le Garde des Sceaux a révélé à la presse que 50 milliards de F Cfa ont été recouvrés dans le cadre du procès de Karim. Est-ce le cas ?

C’est archi-faux ! C’est une énième manipulation de l’opinion. Et nous le défions d’en apporter les preuves. Il se trouve que l’Etat du Sénégal, à travers l’Agent judiciaire de l’Etat, est en plein dans une procédure de recouvrement de comptes bancaires à Monaco qui n’appartiennent pas à Karim Wade mais à des privés. Et cette procédure est loin, trop loin même, de connaitre son épilogue. S’agissant de l’appartement de Paris de la rue Faisanderie, appartenant à Karim Wade, ils doivent dire aux Sénégalais que, pour recouvrer cet appartement, l’Etat du Sénégal est tenu de payer la somme de 250 millions F Cfa à la Sgbs Roume de Dakar. Parce que l’appartement en question a été acquis dans le cadre d’un Prêt personnel immobilier (Ppi) non encore remboursé. Donc, l’appartement est sous hypothèque de la Sgbs.

Certes, Karim est libre mais il devra mener un autre combat pour recouvrer ses droits civiques. Comment comptez-vous vous y prendre ?

Ecoutez ! Jusqu’à preuve du contraire nous considérons que Karim n’a perdu aucun de ses droits et l’avenir nous donnera raison. Le reste, c’est une question d’ordre technique à laquelle ses avocats apporteront des réponses le moment venu. Pour nous, l’heure est à la massification de nos bases en perspective des prochaines joutes électorales. Je veux nommer les élections législatives de juin 2017 et l’élection présidentielle de février 2019.

Karim Wade libre, le Mlk va-t-il changer de nom ou disparaitre tout simplement ?

En réalité, la discussion est engagée et dans les prochains jours nous en saurons davantage. Mais, d’ores et déjà, je peux vous dire que le Mlk va se muer en un mouvement politique en faveur de Karim Wade.

Propos recueillis par ABDOU MBAYE (DAKAR7.COM)




AFRIQUE-MONDE

logo article

Yahya met le cap sur Malabo : le film des trois heures d’escale de l’ex-président gambien à Conakry comme si vous y étiez !

22/01/2017 par :

Il est 20 heures à l’aéroport de Conakry ce vendredi 21 janvier 2017. Un petit groupe de badauds (...)

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES