Algérie : rencontre Valls-Bouteflika à Alger sur fond de boycott de médias français

Le Premier ministre français Manuel Valls doit rencontrer dimanche le président algérien Abdelaziz Bouteflika, au deuxième jour d’une visite marquée par un boycott de médias français protestant contre le refus d’Alger d’accréditer des journalistes du Monde et du "Petit Journal" de Canal+.

Algérie : visite sous tension de Manuel Valls à Alger
Manuel Valls a dit samedi soir sa priorité donnée à « la relation stratégique » entre la France et l’Algérie, dont « rien ne doit nous faire dévier », malgré l’affaire des visas refusés aux deux journalistes.

Lors d’une rencontre en aparté avec la presse après un dîner autour du Premier ministre algérien, M. Valls a assuré n’avoir à aucun moment envisagé d’annuler cette visite officielle prévue jusqu’à dimanche soir, en compagnie d’une dizaine de ses ministres.

« J’aurais l’occasion si vous m’interrogez de le redire, de regretter », le refus de visas a dit le Premier ministre français qui avait précédemment exprimé sur Twitter ses « profonds regrets » face à cette décision et assuré qu’il aborderait le sujet lors de sa visite.

« Mais ce qui compte pour moi c’est cette vision stratégique que nous avons, qui est indispensable au vu des difficultés et des défis que nos pays connaissent », a plaidé M. Valls qui doit s’entretenir avec le président Bouteflika dimanche dans l’après-midi.

« Nous partageons sur bien des sujets une vision commune », avait déclaré M. Valls à son arrivée samedi, en faisant référence notamment à la Libye où Paris et Alger soutiennent la formation d’un gouvernement d’union nationale pour mettre fin au chaos.

« Nous sommes ici parce que l’amitié entre l’Algérie et la France dépasse les petits problèmes », avait-il ajouté dans une référence implicite à la controverse sur les visas.

Fait rarissime : les radios publiques France Culture et France Inter, ainsi que les quotidiens Libération et Le Figaro ne couvriront pas la visite officielle de M. Valls.

La chaîne de télévision France 2 a également décidé de ne pas envoyer de rédacteur pour s’associer à la protestation, mais dépêchera un journaliste reporter d’images pour assurer le « pool », c’est-à-dire faire des images que pourront utiliser d’autres chaînes. « C’est une responsabilité collective par rapport à tous les médias », a expliqué à l’AFP Michel Field, directeur de l’information de France Télévisions.

De même, TF1 n’enverra pas d’ »équipe spécifique ».

Les radios Europe 1 et RTL, tout comme l’AFP et Reuters, couvriront la visite. « Nous comprenons et respectons le mouvement de solidarité avec nos confrères privés de visa. Mais l’AFP se doit d’informer dans le monde entier par respect pour ses clients français et étrangers. C’est sa mission », a expliqué la directrice de l’information de l’AFP, Michèle Léridon.

Accords économiques

Les rédactions protestent contre la décision d’Alger de ne pas accréditer un journaliste du Monde, en raison de la couverture de l’affaire des « Panama Papers » par le quotidien, et une équipe du « Petit Journal », émission satirique de Canal+ qui ironise régulièrement sur l’état de santé du président algérien Abdelaziz Bouteflika.

La colère du pouvoir algérien contre Le Monde remonte à mardi. La une du quotidien montrait alors une photo de M. Bouteflika parmi les dirigeants mis en cause dans le scandale financier. Le journal a ensuite précisé que le nom du chef de l’État algérien « n’apparaît pas dans les +Panama Papers+ ».

M. Valls, a tenté d’obtenir la levée de la sanction visant les journalistes auprès de son homologue algérien mais sans succès.

Cette poussée de fièvre diplomatico-médiatique intervient alors que la relation bilatérale, souvent tumultueuse, traverse une phase d’apaisement depuis l’arrivée de François Hollande à l’Élysée.

L’affaire pourrait faire passer au deuxième plan des accords économiques que Paris espère voir finalisés, dont un pour l’implantation d’une usine PSA à Oran, la deuxième ville d’Algérie, afin de desservir le marché automobile local.

Le ministre de l’Économie Emmanuel Macron doit lui rencontrer l’influent ministre de l’Industrie algérien Abdesselam Bouchouareb, qui fait lui partie des personnalités mises en cause dans les « Panama Papers ».

Selon Le Monde, ce dernier a détenu une société établie au Panama, qui avait pour objet « la gestion d’un portefeuille de valeurs immobilières d’un montant de 700.000 euros, détenu actuellement à titre personnel » par le ministre. Pour sa défense, une société de gestion luxembourgeoise a affirmé que cette structure n’avait jamais été « active ». JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES