Afrique- L’affaire des pots de vins de Samuel Mébiame sent mauvais pour des gouvernements ouest-africains

L’odeur des mines et du pétrole dans le cadre d’attribution de permis miniers sur fonds de malversations financières à coups de centaines de millions de dollars, empoissonne une frange de hauts dignitaires ouest-africains de la république. De Conakry à Freetown en passant par Bamako, Niamey, Yaoundé et N’Djaména, les vannes se frelatent et les deals volent en éclats. Confidentiel Afrique livre les premiers échos du tour de chauffe des lambris dorés

« L’affaire Samuel Mebiame », nom du fils de Léon Mebiame, chef du gouvernement de l’état gabonais (1975-1990), arrêté à Brooklyn (New York), le mardi 16 août 2016, par des officiers fédéraux américains, prend des ramifications troublantes jusqu’aux allées insoupçonnées de palais africains. Rapportée par le New York Times et le Wall Street Journal, cette affaire rocambolesque qui fait l’objet d’une enquête judiciaire aux Etats Unis risque d’éclabousser plusieurs dignitaires proches de régimes africains en place. La justice américaine accuse l’homme d’affaires gabonais, magnat du pétrole – d’avoir versé des pots-de-vin à des personnalités de haut rang dont des ministres en charge du secteur des mines et du pétrole. Les pays qui sont dans le viseur de la justice de l’Oncle Sam cités sont le Niger, la Guinée, le Tchad, la Sierra Léone. Le Mali est aussi cité par des sources judiciaires. Ces dignitaires ont bénéficié de sommes mirobolantes en contrepartie dans le cadre des négociations d’octroi de contrats juteux de concessions minières.

Après la réaction de Conakry se disant prêt à l’ouverture d’une enquête internationale sur demande des autorités judiciaires américaines, de hauts dignitaires nigériens de la république n’ont pas fait fine bouche.

Certaines mauvaises langues se sont précipitées à établir des liens « indélicats » , sans preuve , entre l’entrepreneur gabonais et certains officiels nigériens. Plusieurs hypothèses plus ou moins délirantes et hilarantes mènent vers les chemins de caciques indéboulonnables qui ont géré le stratégique secteur des mines ces dix dernières années. Rien n’est certain, même si la ligne médiane des deux régimes qui se sont chevauchés ( celui de Tanja Mamadou 1999 – 2010 et de Issoufou Mahamadou, l’homme fort de Niamey depuis avril 2011, ballote dans un clair-obscur. Seulement, pour éviter une « carambouille » le shadow cabinet de l’ancien Ministre d’Etat, Ministre des Mines et du Développement Industriel, passé ministre des Transports depuis avril 2016, M. Omar Hamidou Tchiana, dit ne pas se faire de soucis pour la réputation du ministre lequel milite sans réserve, pour la manifestation de la vérité. Nous y reviendrons. CONFIDENTIELAFRIQUE.COM




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES