Affaire Omar SARR : L’UMS, John Kerry, le Parlement européen et le président de l’Assemblée française saisis

M.Sidy Fall - Coordonnateur du Front Patriotique pour la Défense de la République (FPDR France)
14, rue de Dieppe
92400 – Courbevoie - France

A l’attention de M.Magatte DIOP
Président de l’Union des magistrats du Sénégal
Rue 135, avenue de la Maison de la justice
Dakar - Sénégal
Paris, le 24 décembre 2015

Objet : Demande de révocation par le Conseil supérieur de la magistrature du Juge d’instruction, M.Samba Sall

Monsieur le Président de l’Union des Magistrats du Sénégal,
L’objet de la présente saisine est lié à la situation extrêmement grave que traverse actuellement notre pays, le Sénégal. Depuis plus de 3 ans, le Président de la République Macky Sall, le Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo et le Ministre de la Justice, Garde des sceaux, Sidiki Kaba violent continuellement la Constitution, Charte suprême de la Nation, avec la complicité de certains juges.
Jour après jour, des représentants de partis politiques légalement constitués, des responsables de médias, des journalistes, des leaders d’opinion, des citoyens ordinaires, des étudiants sont arrêtés, et emprisonnés, en violation totale de la loi. Multiplication des interdictions de manifester par les Préfets sans motif légitime, violences policières, usage répété et abusif de l’article 80 du code pénal dit délit d’offense au Chef de l’Etat, violation des franchises universitaires ayant entraîné la mort de l’étudiant Bassirou Faye, détention préventive de citoyens sans aucune base légale, le tout sur confiscation des libertés individuelles et collectives des sénégalais.
Une ligne rouge a été franchie avec l’arrestation illégale et arbitraire du Député Oumar Sarr. En mettant sous mandat de dépôt, le Député Oumar Sarr, le Juge Samba Sall, a violé sciemment les dispositions de l’article 61 de la Constitution et celles des articles 51 et 52 du règlement intérieur de l’assemblée nationale :
Article 51 : Aucun député ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions (article 61, alinéa 2 de la Constitution). Aucun député ne peut, pendant la durée des sessions, être poursuivi ou arrêté en matière criminelle ou correctionnelle qu’avec l’autorisation de l’Assemblée.
Article 52 : Il est constitué, pour chaque demande de levée de l’immunité parlementaire d’un député ou pour chaque demande de suspension de poursuites déjà engagées, une Commission ad hoc de onze (11) membres nommés selon la procédure prévue à l’article 34.
Comme le stipule le règlement intérieur de l’assemblée nationale, la demande de levée de l’immunité d’un député doit être effectuée à chaque fois. En la circonstance, la levée de l’immunité datant de 2013 ne s’applique pas à Oumar Sarr (puisqu’elle concerne une autre procédure), comme précisé par deux spécialistes du droit.
Par cette décision d’une extrême gravité, le Juge Samba Sall a privé un citoyen sénégalais de ses droits, avec comme circonstance aggravante, l’arrestation d’un Député dans l’exercice de ses fonctions (session en cours).
Le FPDR France, exige la révocation du juge Samba Sall par le conseil supérieur de la magistrature, qui a fini par cet acte, de déshonorer l’image de la justice sénégalaise. En effet, l’article 112 du code pénal punit de forfaiture et de privation de droit civique les magistrats qui ordonnent des détentions illégales contre des députés sans les autorisations prescrites par la loi. Le FPDR France exige que le juge Samba Sall soit suspendu immédiatement et dessaisi de tous les dossiers dont il a la charge, et qu’il fasse l’objet de poursuites pénales. Depuis l’avènement de Macky Sall au pouvoir, des sénégalais sont arrêtés et emprisonnés pour des actes insignifiants (critiquer le régime), sur instruction directe du Président de la République, du Ministre de l’Intérieur et du Ministre de la Justice.
Monsieur le Président de l’UMS, votre instance a pour vocation « de défendre et d’illustrer l’indépendance de la Magistrature telle qu’elle a été proclamée par la Constitution sénégalaise ». Il vous appartient de rappeler à vos pairs, que leur rôle n’est pas d’emprisonner des sénégalais sur la base du bon vouloir du Prince, mais de garantir la liberté des citoyens contre tout acte arbitraire. Or, nous constatons que certains juges agissent dans l’illégalité la plus totale et violent impunément les droits des sénégalais, allant même jusqu’à séquestrer des opposants politiques (Serigne Assane M’Backé, Maitre Amadou Sall, Toussaint Manga, Oumar Sarr, Bara Gaye, Victor Diouf…) ou des hommes de médias (Sidy Lamine Niasse).
Monsieur le Président de l’UMS, Macky Sall n’est ni Dieu, ni un prophète. Il n’est pas à la tête d’un royaume, mais d’une République, le Sénégal. Dans l’exercice de leurs fonctions, les juges n’ont pour guide que leur conscience et appliquent la loi, rien que la loi et strictement la loi, telle que prévue par la Constitution. Monsieur le Président de l’UMS, « les hommes passent, les institutions demeurent », et avec elles, les hommes qui les incarnent.
Monsieur le Président de l’UMS, ainsi parlait Maître Sidiki Kaba, Président de la Fédération internationale des droits de l’homme en visite à Alger en 2005 « La justice algérienne est très répressive. La presse nationale subit un harcèlement continu. Il est anormal que la justice condamne des journalistes à des peines de prison ferme. Ce qui est totalement inadmissible ». Le même Sidiki KABA, en sa qualité de Président de la FIDH se fendait d’un courrier au Groupe de travail des nations unies contre la détention arbitraire, donnant des leçons de morale aux Etats Unis sur les conditions d’incarcération de prisonniers à GUANTANAMO.
Monsieur le Président de l’UMS, veuillez appliquer la loi, en libérant immédiatement le Député Oumar Sarr.

Ampliation :
M. Claude BARTOLONE, Président de l’Assemblée Nationale Française
126 rue de l’Université
75007 Paris - France

M. John Kerry, Secrétaire d’Etat des Etats-Unis – Département d’Etat Américain
Harry S. Truman Building
2201 C Street, NW
Washington D.C.
Fédération internationale des droits de l’homme – FIDH
17, passage de la main d’or
75011 Paris - France

Parlement européen
Allée du Printemps
BP 1024F
67070 Strasbourg - France




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES