Accord de « défense » ou Accord d’occupation ? (par Mamadou Bamba Ndiaye)

L’Accord de défense signé le 2 mai 2016 entre le Sénégal et les Etas- Unis me paraît suspect à plusieurs égards. Selon le quotidien français « Le Monde » Cet accord permet « la présence permanente de militaires américains au Sénégal » et vise à « faire face à des difficultés communes en matière de sécurité dans la sous-région … Il est à durée indéterminée… ». Cela n’explique-t-il pas tout le boucan qui a été entretenu depuis plus d’un an autour de la lancinante question du terrorisme, éventuel ou virtuel, au Sénégal ?

En dépit du fait que de proches voisins, tels le Mali, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire soient durement touchés par des actes barbares et inhumains, le Sénégal a souvent fait exception à la règle. Nous avons été le seul pays de l’Afrique de l’Ouest à n’avoir jamais subi de coups d’Etat militaires ! Comme ce fut le cas hier lors du ballet des coups d’Etat militaire post indépendance, notre pays peut encore échapper, par la grâce d’Allah, au phénomène si répandu du terrorisme, à condition que nous n’allions pas le chercher là où il se trouve. Nous ne pouvons pas ne pas évoquer une telle réflexion quand on sait que les Yankees ont usé ailleurs, de la même méthode d’apeurement, pour imposer leur présence militaire- quasi permanente-à des pays pétroliers du monde arabe. Depuis la découverte récente de quantités importantes du pétrole au Sénégal, l’on se demandait si cette « manne » n’allait pas nous exposer davantage au danger de la convoitise des gros requins ?

Permettre à des forces étrangères de rester « en permanence sur le sol sénégalais », me paraît une démarche inappropriée qui risquerait de remettre en cause ce que nous avons de plus cher, c’est-à-dire : notre souveraineté nationale. L’adoption récente des nouveaux droits des citoyens, consacrés par notre Constitution, via le référendum du 20 mai 2016, ne nous laisse plus le loisir d’hypothéquer notre environnement géopolitique, pour quelle que raison que ce soit. Les inquiétudes qui m’habitent depuis la signature de cet « accord militaire » viennent de ces constats dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils sont troublants :

1- Le tintamarre sur la lutte contre le terrorisme, éventuel ou virtuel, avait fini de créer une sorte de psychose dans l’esprit de nos concitoyens. Certains hommes avertis y voyaient déjà, une préparation psychologique de masse, pour de futures décisions majeures. Dès lors, ils guettaient l’avènement de ce qui pourrait justifier un tel matraquage médiatique.

Ce qui vient de se produire le 2 mai 2016, ressemble, à tout point de vue, à la tempête qui annonce l’orage …

2- L’arrivée récente et inopinée des deux ex-détenus de Guantanamo dans notre pays, amenait certains observateurs à dire que, compte tenu du fait que les Américains soient obligés à surveiller eux-mêmes les ex-détenus de Guantanamo, partout où ils se trouvent dans le monde, risquerait de nécessiter la présence permanente de forces américaines sur notre territoire...

3- La procédure d’urgence qui s’attache à la ratification de cet accord de « défense » n’est pas pour nous rassurer, non plus. N’est-ce pas le journal de Madiambal « Le Quotidien » qui constate avec nous, dans son édition du 6 mai 2012 en ces termes : « Macky accélère l’arrivées des Forces américaines : 48 heures après la signature de l’accord de défense entre Dakar et Washington, le Conseil des ministres a adopté le projet de loi qui autorise le chef de l’Etat à le ratifier. Cette accélération de la procédure montre les enjeux liés à l’installation des Forces américaines au Sénégal ».

4- Le caractère « indéterminé » de la durée de l’Accord, pose le problème de sa non conformité avec notre constitution, révisée via le référendum du 20 mars 2016. J’espère, une fois n’est pas coutume, que nos chers députés, seront armés –cette fois-ci- d’une forte dose de vigilance et de patriotisme, pour amender convenablement le dit projet de loi, à défaut de le rejeter purement et simplement. Avec un Barack Obama, en fin de mandat et un Donald Trump qui pointe à l’horizon, tout accord avec les Etats-Unis devrait se faire, en tenant compte des éventuels et prochains changements à la tête du pays.

De telles questions reposent naturellement, et par anticipation, toute l’importance qu’il faudrait accorder à l’élection d’un nouveau type de députés en 2017.

Si les chefs d’Etat africains ne comprennent pas encore, que seule une Force d’une Afrique unie est susceptible de défendre l’intégrité territoriale de nos minuscules Etats, nous risquons malheureusement d’hypothéquer notre souveraineté dans les bazars mondialisés des marchands d’illusion.

Le politologue Babacar Justin Ndiaye a décliné avec pertinence, la jurisprudence des fameux accords de défense entre la France et la Côte d’Ivoire d’Houphouët-Boigny, qui n’ont guère sauvé le pays des Baoulés ni des coups d’Etat militaires, encore moins de la rébellion des Forces nouvelles.

Renforcer la CDEAO et l’Union africaine vaut bien mieux que de se réfugier derrière les Forces G.I. qui n’ont pu rien faire face à la frappe terroriste qui, tel un tremblement de terre, a réduit en ruines le World Trade Center, un certain 11 septembre 2001 !

Je reste convaincu que les vraies réformes constitutionnelles qui interpellent nos petits Etats, sont celles-là même, qui permettront à nos populations, de réduire les pouvoirs tentaculaires de nos gouvernants, en exerçant sur eux, un contrôle rigoureux, à travers des représentants dignes de ce nom, afin que les intérêts supérieurs de la nation ne soient bradés…

A mon Général, le respectable Amadou Niang, je dis : mon général, permettez au profane que je suis, de dire que les Accords de défense, signés le 2 mai 2016 ne me paraissent pas utiles, ni pour le Sénégal, notre pays, ni pour l’Afrique, notre continent !

Mamadou Bamba Ndiaye

Ancien Ministre des Affaires Religieuses

Tel : 77 545 85 59

Email : ndiabamba1949@gmail.com




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES