AFRIQUE : Quel bilan pour le 27e sommet de l’Union africaine ?

Le 27e sommet de l’UA s’est achevé lundi à Kigali. Il aura vu l’élection du nouveau président de la Commission de l’organisation reportée, le retour du Maroc mis à l’ordre du jour et l’UA annoncer sa volonté d’envoyer des troupes au Soudan du Sud.

L’élection du président de la Commission de l’Union africaine est reportée
Commission de l’UA : une nouvelle élection en janvier
Sept tours n’ont pas suffi à l’un des trois candidats pour obtenir la majorité des deux tiers nécessaires pour l’emporter. À l’issue de trois premiers tours, l’Ougandaise Speciosa Wandira-Kazibwe a été la première éliminée, suivie de l’Équato-Guinéen Agapito Mba Mokuy. Au septième et dernier round, pas moins de 28 pays se sont abstenus, mettant définitivement un terme aux chances de la candidate botswanaise.

Constatant l’incapacité des pays membres de l’UA à choisir le successeur de Nkosazana Dlamini-Zuma, le conseiller juridique de l’organisation a alors présenté les modalités applicables dans ce cas. Les débats sur la date de la prochaine élection et l’identité des personnes assurant l’intérim ont été tranchés par le président en exercice de l’UA, Idriss Déby Itno.

Les élections auront lieu en janvier 2017. Pendant ce temps, le mandat de l’actuelle Commission est prolongé. Zuma reste à son poste six mois de plus. Un scénario qui a ravi la Commission économique des États d’Afrique l’Ouest (Cedeao), cette dernière avait appelé dès juin à un report pour permettre la réouverture des candidatures.

Soudan du Sud, l’UA mobilisée
Répondant à une demande du secrétaire général de l’ONU et à une volonté des pays de l’Igad, le Conseil paix et sécurité de l’UA a proposé l’envoi d’une « force régionale de protection » au Soudan du Sud avec un mandat plus robuste que l’actuelle mission des Nations unies sur place. L’Éthiopie, le Kenya et le Rwanda se sont dits prêts à fournir des troupes, tout comme au moins « un pays d’Afrique australe » dont le commissaire à la Paix et à la sécurité de l’UA, Smaïl Chergui, n’a pas dévoilé le nom.

La création de la brigade d’intervention, à l’instar de celle déployée dans l’est de la République démocratique du Congo depuis 2013, devra être approuvée par le Conseil de sécurité de l’ONU. Il faudra également convaincre le président du Soudan du Sud, Salva Kiir, opposé à l’envoi de troupes étrangères.

Le retour du Maroc enclenché
Probablement le sujet qui aura suscité le plus de commentaires : le retour du Maroc dans l’UA, après 32 années d’absence. « Cela fait longtemps que nos amis nous demandent de revenir parmi eux, pour que le Maroc retrouve sa place naturelle au sein de sa famille institutionnelle. Ce moment est donc arrivé », a expliqué le roi Mohammed VI, dans une lettre adressée aux chefs d’État le 17 juillet.

Circulait également dans les couloirs du Convention center de Kigali, une motion signée par 28 pays, demandant notamment la suspension de la République autonome du Sahara démocratique (RASD), ennemi juré du Maroc et dont la reconnaissance en 1984 par l’Organisation de l’unité africaine (OUA) avait provoqué le départ du royaume chérifien. Si le processus de ce retour est amorcé, ses modalités sont encore discutées, et âprement négociées. Certains pays, parmi lesquels l’Algérie, l’Afrique du Sud, ou encore le Tchad, n’entendent pas faire le moindre compromis.

Une nouvelle taxe pour financer l’UA
C’est une des grandes décisions de ce 27e sommet : le financement de l’UA par ses États membres. Car l’institution panafricaine dépend aux trois quarts des bailleurs de fonds internationaux. Les États africains versaient jusque-là ce qu’ils voulaient. « Le continent a pris son destin en main en décidant de son plein financement. Un pas de géant », a lancé le président en exercice de l’UA, Idriss Déby Itno.

Les États membres ont approuvé à l’unanimité le plan présenté par l’ancien président de la BAD, le rwandais Donald Kaberuka. Une nouvelle taxe de 0,2%, sur toutes les importations, devrait être mise en place par les États dès 2017. Selon les calculs de l’économiste, elle devrait rapporter plus d’un milliard d’euros par an, un budget réparti entre les programmes de l’UA (75%) et le fonds Paix et Sécurité (25%). L’objectif est que cette taxe soit inscrite dans les prochains budgets nationaux, qui se votent en général vers octobre/novembre.

Le 27e sommet de l’UA s’est achevé lundi à Kigali. Il aura vu l’élection du nouveau président de la Commission de l’organisation reportée, le retour du Maroc mis à l’ordre du jour et l’UA annoncer sa volonté d’envoyer des troupes au Soudan du Sud.

Sept tours n’ont pas suffi à l’un des trois candidats pour obtenir la majorité des deux tiers nécessaires pour l’emporter. À l’issue de trois premiers tours, l’Ougandaise Speciosa Wandira-Kazibwe a été la première éliminée, suivie de l’Équato-Guinéen Agapito Mba Mokuy. Au septième et dernier round, pas moins de 28 pays se sont abstenus, mettant définitivement un terme aux chances de la candidate botswanaise.

Constatant l’incapacité des pays membres de l’UA à choisir le successeur de Nkosazana Dlamini-Zuma, le conseiller juridique de l’organisation a alors présenté les modalités applicables dans ce cas. Les débats sur la date de la prochaine élection et l’identité des personnes assurant l’intérim ont été tranchés par le président en exercice de l’UA, Idriss Déby Itno.

Les élections auront lieu en janvier 2017. Pendant ce temps, le mandat de l’actuelle Commission est prolongé. Zuma reste à son poste six mois de plus. Un scénario qui a ravi la Commission économique des États d’Afrique l’Ouest (Cedeao), cette dernière avait appelé dès juin à un report pour permettre la réouverture des candidatures.

Soudan du Sud, l’UA mobilisée
Répondant à une demande du secrétaire général de l’ONU et à une volonté des pays de l’Igad, le Conseil paix et sécurité de l’UA a proposé l’envoi d’une « force régionale de protection » au Soudan du Sud avec un mandat plus robuste que l’actuelle mission des Nations unies sur place. L’Éthiopie, le Kenya et le Rwanda se sont dits prêts à fournir des troupes, tout comme au moins « un pays d’Afrique australe » dont le commissaire à la Paix et à la sécurité de l’UA, Smaïl Chergui, n’a pas dévoilé le nom.

La création de la brigade d’intervention, à l’instar de celle déployée dans l’est de la République démocratique du Congo depuis 2013, devra être approuvée par le Conseil de sécurité de l’ONU. Il faudra également convaincre le président du Soudan du Sud, Salva Kiir, opposé à l’envoi de troupes étrangères.

Le retour du Maroc enclenché
Probablement le sujet qui aura suscité le plus de commentaires : le retour du Maroc dans l’UA, après 32 années d’absence. « Cela fait longtemps que nos amis nous demandent de revenir parmi eux, pour que le Maroc retrouve sa place naturelle au sein de sa famille institutionnelle. Ce moment est donc arrivé », a expliqué le roi Mohammed VI, dans une lettre adressée aux chefs d’État le 17 juillet.

Circulait également dans les couloirs du Convention center de Kigali, une motion signée par 28 pays, demandant notamment la suspension de la République autonome du Sahara démocratique (RASD), ennemi juré du Maroc et dont la reconnaissance en 1984 par l’Organisation de l’unité africaine (OUA) avait provoqué le départ du royaume chérifien. Si le processus de ce retour est amorcé, ses modalités sont encore discutées, et âprement négociées. Certains pays, parmi lesquels l’Algérie, l’Afrique du Sud, ou encore le Tchad, n’entendent pas faire le moindre compromis.

Une nouvelle taxe pour financer l’UA
C’est une des grandes décisions de ce 27e sommet : le financement de l’UA par ses États membres. Car l’institution panafricaine dépend aux trois quarts des bailleurs de fonds internationaux. Les États africains versaient jusque-là ce qu’ils voulaient. « Le continent a pris son destin en main en décidant de son plein financement. Un pas de géant », a lancé le président en exercice de l’UA, Idriss Déby Itno.

Les États membres ont approuvé à l’unanimité le plan présenté par l’ancien président de la BAD, le rwandais Donald Kaberuka. Une nouvelle taxe de 0,2%, sur toutes les importations, devrait être mise en place par les États dès 2017. Selon les calculs de l’économiste, elle devrait rapporter plus d’un milliard d’euros par an, un budget réparti entre les programmes de l’UA (75%) et le fonds Paix et Sécurité (25%). L’objectif est que cette taxe soit inscrite dans les prochains budgets nationaux, qui se votent en général vers octobre/novembre.

Un passeport unique pour tous les Africains

La cérémonie, qui a eu lieu lors de l’ouverture du sommet le 17 juillet, se voulait symbolique. Idriss Déby Itno et Paul Kagame, président du pays hôte, se sont vus remettre leur tout nouveau passeport africain par Dlamini-Zuma. « Ne négligez pas l’importance de ce moment, a déclaré IDI. C’est une étape historique. » Les présidents, chefs de gouvernement, ministres des Affaires étrangères et représentants permanents des États membres de l’UA présents lors du sommet ont ensuite reçu leur précieux sésame. En attendant, peut-être, un élargissement à tous les Africains en 2018. Paul Kagame et IDI, aux côtés le présidente de la Commission de l’UA, ont pris la pose, passeports brandis, devant la nuée de photographes qui ont immortalisé ce moment « historique » selon le Tchadien. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES