AFRIQUE : L’ONU appelle au dialogue au Burundi pour éviter "un génocide"

Alors que l’ONU s’apprête à envoyer des Casques bleus si le Burundi replonge dans la violence, la communauté internationale a appelé jeudi le gouvernement du pays et l’opposition à se rencontrer "d’urgence" pour trouver une solution à la crise.

La communauté internationale craint des violences à grande échelle au Burundi. Pour tenter de calmer la situation, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté jeudi 12 novembre à l’unanimité une résolution proposant de renforcer la "présence" de l’ONU dans le pays.

Cette résolution proposée par la France permettrait à l’ONU d’envoyer une "équipe" d’experts et de préparer dans les deux semaines à venir des "options". Pour l’ambassadeur français à l’ONU François Delattre, il faut en effet "tout faire pour prévenir un embrasement" du pays et des "violences ethniques".

Selon l’ambassadeur britannique Matthew Rycroft, qui préside le Conseil en novembre, l’une de ces options serait d’envoyer au Burundi certains des 2 000 Casques bleus opérant en République démocratique du Congo (RDC) si la situation tourne au génocide.

Mais pour que ce plan soit mis en place, il faudrait que Bujumbura donne son accord, ou que le Conseil adopte une nouvelle résolution contraignante. L’ambassadrice américaine Samantha Power a reconnu qu’il s’agirait "d’une affaire compliquée". "Notre objectif premier est que le Burundi ne tombe pas dans les violences de masse", a-t-elle cependant insisté.

À Malte, en marge d’un sommet euro-africain, trois hauts responsables de l’ONU, de l’Union africaine et de l’UE ont ainsi souligné "l’urgence d’organiser une réunion entre le gouvernement burundais et des représentants de l’opposition à Addis Abeba ou à Kampala, sous la présidence du président (ougandais Yoweri) Museveni".

Une escalade de violence

Mais cette initiative n’a pas été bien reçue à Bujumbura. "Nous sommes très surpris de voir ce communiqué qui démontre en effet qu’il y en a qui voudraient décider en lieu et place du peuple burundais", a ainsi réagi auprès de l’AFP Willy Nyamitwe, influent conseiller du président Nkurunziza, qui avait annoncé fin avril sa candidature pour un troisième mandat, jugé anticonstitutionnel par l’opposition, la société civile et une partie de son camp.

"Ce n’est ni aux Nations unies, ni à l’Union européenne, et encore moins à l’Union africaine de décider à la place des Burundais", a-t-il ajouté. "Une commission chargée d’organiser ce dialogue est en place et rencontrera les Burundais à l’intérieur et à l’extérieur du pays".

Le Conseil de sécurité de l’ONU est lui-même divisé sur la question. Afin de convaincre la Russie et les pays membres africains (Nigeria, Tchad, Angola), la France a dû retirer de son projet de résolution une référence explicite à des sanctions contre les responsables burundais qui incitent à la violence.

La situation s’est aggravée au Burundi depuis la réélection contestée de Pierre Nkurunziza le 21 juillet. Les violences opposent désormais les autorités à des groupes de contestataires armés. Depuis fin avril, au moins 240 personnes ont été tuées et plus de 200 000 personnes ont déjà quitté le pays. Le Burundi est sorti il y a moins de dix ans d’une longue guerre civile qui a fait quelque 300 000 morts entre 1993 et 2006.

Avec AFP




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

DEPECHES

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES