AFRIQUE : Houphouët-Sankara, comme chien et chat

Vingt-huit ans que l’on se pose la question à Ouagadougou : quelle fut l’implication de Félix Houphouët-Boigny, président de la Côte d’Ivoire de 1960 à 1993, dans l’assassinat de Thomas Sankara et de douze de ses camarades le 15 octobre 1987 ?

Voir le sommaire complet
Pour les proches de l’ancien président du Faso, la réponse ne fait guère de doute. « Houphouët a eu un rôle actif, c’est sûr », affirme l’un des confidents de Sankara, qui a accompagné le capitaine tout au long de la révolution. Selon lui, Houphouët aurait dit un jour à Sankara : « Je suis comme un fauve. Je ne me presse jamais avec mes proies. Mais je finis par les avoir. »

Tout séparait les deux hommes, à commencer par leurs convictions politiques. « Pour Sankara, Houphouët représentait le bras de la Françafrique et de l’impérialisme qu’il combattait », se souvient ce confident. L’Ivoirien, de son côté, ne cachait pas son hostilité à l’égard de ce jeune révolutionnaire qu’il considérait, selon Jacques Foccart, le « Monsieur Afrique » de Charles de Gaulle, comme un irresponsable.

La relation tendue entre Houphouët et Sankara

Les premiers contacts furent tendus. Au lendemain de sa prise de pouvoir, le 4 août 1983, Sankara appelle Houphouët. « J’ai aussitôt senti que le courant ne passait pas », confia-t-il. Quelques semaines plus tard, les deux hommes ont un échange féroce lors d’un sommet de la Communauté économique de l’Afrique de l’Ouest (CEAO), à Niamey. Le Burkinabè est censé prendre la présidence de l’organisation. « Non, pas vous ! lance Houphouët. – Pourquoi pas moi ? demande Sankara. – Parce que vous êtes un gamin et que vous êtes mal élevé. – Et vous, un vieux gâteux. »

Durant deux ans, les incidents se multiplient. Sankara reporte plusieurs visites prévues en Côte d’Ivoire. En 1985, une bombe endommage sa suite à Yamoussoukro. Le capitaine menace bientôt d’exporter sa révolution – sans suites. La presse burkinabè accuse Houphouët de vouloir le faire tomber. Plusieurs sources affirmeront rétrospectivement que l’Ivoirien aurait financé la guerre des tracts qui sera fatale à l’amitié entre Compaoré et Sankara.

Houphouët se rend bien à Ouaga en mars 1986. Il tente d’amadouer son cadet (quatre décennies les séparent) en finançant quelques projets. Il fait aussi livrer des valises pleines de billets – de l’argent qui, en dépit des réticences de Sankara, aurait servi à financer la sécurité présidentielle. Mais leur relation sera toujours dominée par la méfiance.

Houphouët s’était mis dans la poche Blaise Compaoré, le successeur de Sankara, soupçonné aussi d’être son tombeur
Cela fait-il du « Vieux » un acteur du complot contre Sankara ? Beaucoup le pensent. Lui-même a toujours démenti. « Il n’a certainement pas conseillé à Compaoré d’éliminer Sankara, affirmait Jacques Foccart avant sa mort. Ce qu’il a pu lui dire, c’est quelque chose comme : « C’est vraiment dommage pour votre pays et pour nos relations d’États que votre ami ait un comportement aussi désordonné. » »

Une chose est sûre : Houphouët s’était mis dans la poche Blaise Compaoré, le successeur de Sankara, soupçonné aussi d’être son tombeur. Au cours d’une mission en Côte d’Ivoire en 1985, Blaise a fait la connaissance de Chantal Terrasson de Fougères. Cette femme issue de la bonne société ivoirienne est la fille du docteur Jean Kourouma Terrasson, un proche d’Houphouët. Lors de leur mariage quelques mois plus tard, Sankara se désolera de perdre à cette occasion « un ami, un frère ». Les années suivantes, Compaoré multipliera les voyages en Côte d’Ivoire et deviendra l’homme d’Houphouët au Burkina. Deux semaines avant l’assassinat de Sankara, les deux hommes s’étaient vus en tête-à-tête à Abidjan. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES