AFRIQUE/ ECONOMIE : Et si on ouvrait un vrai débat sur le franc CFA ?

Le Monde, Mediapart, Les Échos… Rarement la presse française s’était autant emparée de la question du franc CFA, cette monnaie utilisée par quatorze pays en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, arrimée à l’euro par une parité fixe et en partie gérée depuis Paris par le Trésor français.

D’abord, elle s’étonne, dans sa grande majorité, que la France soit le seul pays au monde à avoir encore une forme de contrôle sur la monnaie de ses anciennes colonies, cinquante-cinq ans après leurs indépendances. Ensuite, elle n’hésite pas à critiquer l’étrangeté du contenu des accords qui régissent le fonctionnement de ce dispositif monétaire anachronique.

Cet intérêt accru des médias hexagonaux pour ce sujet hautement sensible est peut-être en partie la conséquence de la tonitruante et virulente déclaration du président tchadien Idriss Déby Itno contre le franc CFA en août 2015. Mais aussi et surtout du fait que, ces dernières années, plusieurs économistes sont montés au créneau chaque fois qu’ils avaient l’occasion de s’en prendre à un système qui, selon eux, dote des pays pour la plupart pauvres d’une monnaie trop forte, les lie à une politique monétaire conçue pour des pays riches et pénalise le développement de leurs économies.

Les défenseurs de la monnaie en vigueur dans les huit pays membres de l’UEMOA et dans les six pays de la Cemac sont à peine audibles
Parmi eux, le Togolais Kako Nubukpo, le Sénégalais Demba Moussa Dembélé, le Français Bruno Tinel ou encore le Camerounais Martial Ze Belinga. Dernier fait d’armes de ces bousculeurs d’ordre établi : un livre collectif, auquel ont participé plusieurs autres économistes. Intitulé Sortir l’Afrique de la servitude monétaire, il est attendu en librairie d’ici au mois d’octobre et marquera sans doute l’actualité économique francophone de cette rentrée.

Mais, alors que ces détracteurs du franc CFA, de plus en plus médiatisés, gagnent sérieusement des points dans l’opinion, les défenseurs de la monnaie en vigueur dans les huit pays membres de l’UEMOA et dans les six pays de la Cemac sont à peine audibles. En dehors de l’incontournable Lionel Zinsou et, plus récemment, d‘Edoh Kossi Amenounvé, le patron de la BRVM, trouver des personnalités du monde économique ou politique qui acceptent de défendre publiquement le franc CFA relève d’un véritable parcours du combattant.

À LIRE AUSSI :Franc CFA : pourquoi ils veulent changer les règles
Plus surprenant encore est le silence total des banques centrales. La BCEAO et la Beac, théoriquement chargées des politiques monétaires dans les deux sous-régions, et premières visées par les critiques, brillent par leur absence dans ce débat (et dans d’autres d’ailleurs). Pourquoi déposent-elles auprès du Trésor français plus que les 50 % des réserves de change prévues dans les accords ?

Ce choix, tout comme les dispositions prévoyant le maintien de l’inflation dans les pays membres à 2 %, est-il compatible avec la volonté des États d’investir massivement dans le développement de leurs infrastructures pour accélérer leur croissance économique ? Et surtout, un système monétaire peut-il rester presque figé pendant des décennies et demeurer pertinent dans un environnement économique mondial très évolutif, alors que les partenaires économiques des pays de la zone ne sont plus uniquement européens ? À ces questions et à la multitude d’autres que se posent les près de 150 millions d’habitants de l’UEMOA et de la Cemac, les deux institutions n’apportent aucune réponse.

Mais il est inconcevable que le franc CFA reste un sujet dont tout le monde parle mais autour duquel il n’y a aucun débat
Soit les détracteurs du franc CFA ont tout faux, leurs arguments ne tiennent pas la route et les dirigeants africains, à commencer par ceux des banques centrales, devraient le démontrer publiquement, expliquant clairement aux populations leurs choix et en quoi ceux-ci sont avantageux pour nos pays.

Soit les pourfendeurs ont raison (ne serait-ce qu’en partie) et les institutions émettrices devraient prendre en compte leurs propositions pour faire évoluer le dispositif actuel. Mais il est inconcevable que le franc CFA reste un sujet dont tout le monde parle mais autour duquel il n’y a aucun débat.

par Stéphane Ballong
Stéphane Ballong est le responsable des pages Économie de l’hebdomadaire. Il suit l’actualité du secteur financier et celle des institutions financières de développement.




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES