ACTUALITE : Les dossiers chauds du sommet de la Cedeao qui s’ouvre samedi à Dakar

La 49ème session ordinaire de la conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Cedeao se tiendra le samedi 4 juin à Dakar. Voici les principaux enjeux de ce sommet.

Les chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) se pencheront sur la grave crise politique que traverse la Guinée-Bissau depuis la destitution, le 12 mai dernier, du gouvernement de Carlos Correia par le président José Mario Vaz. La nomination de Baciro Dja au poste de Premier ministre par le chef de l’État, le 26 mai, a déclenché la fureur du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), vainqueur des élections législatives en 2014. Selon la Constitution, le choix du Premier ministre revient en effet au parti majoritaire à l’Assemblée nationale. Mais le PAIGC, première formation politique du pays, a depuis perdu sa majorité parlementaire absolue de 57 sièges à la suite de la fronde de 15 députés.

Alors que Baciro Dja vient d’annoncer la composition de sa nouvelle équipe gouvernementale, les ministres du gouvernement de Carlos Correia, soutenu par le PAIGC, refusent de quitter le pouvoir et continuent d’occuper le Palais du gouvernement, à Bissau. Le blocage est donc total, le pays se retrouvant, de fait, avec deux gouvernements : l’« ancien » de Carlos Correia et le « nouveau » de Baciro Dja. Dépêchée sur place, la médiation de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) dirigée par Lancina Dosso n’a pour l’instant obtenu aucun résultat.

Les relations tendues entre le Sénégal et la Gambie
La Gambie et le Sénégal entretiennent des relations tendues depuis le début de l’année. En cause ? Le blocage de la frontière entre les deux pays pendant plus de trois mois, de mi-février à fin mai, provoqué par la décision unilatérale du président Yahya Jammeh de multiplier par cent la taxe douanière imposée aux camions sénégalais qui traversent quotidiennement son pays pour rejoindre la Casamance.

Finalement levé le 24 mai, ce blocus a laissé des traces dans les rapports déjà très complexes qu’entretiennent les deux voisins. La venue de Yahya Jammeh à Dakar est donc une des inconnues de ce sommet de la Cedeao. Interrogé le 2 juin par nos confrères de RFI, Macky Sall a indiqué qu’il ne savait pas encore si son homologue gambien serait présent. Le président sénégalais a précisé que si Jammeh venait, « nous aurons à nous expliquer comme nous l’avions du reste fait à Istanbul la dernière fois, lors du sommet de l’OCI [Organisation de la coopération islamique, le 14 avril 2016] ». Et d’ajouter : « Vous savez des voisins, parfois, ils peuvent se heurter et cela se comprend. L’essentiel, c’est que chacun comprenne les limites à ne pas dépasser ».

La succession de Macky Sall à la tête de la Cedeao
Le Sénégalais Macky Sall, président en exercice de la conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Cedeao, va officiellement terminer son mandat d’un an à la tête de l’organisation régionale ouest-africaine lors de ce sommet à Dakar. Comme le veut l’usage, cette présidence tournante alterne chaque année entre pays francophones et pays anglophones. Le successeur de Macky Sall sera donc anglophone et devrait, selon différentes sources diplomatiques, être une femme : Ellen Johnson-Sirleaf, la présidente du Liberia.

De son côté, Macky Sall clôt un an de présidence bien remplie à la tête de la Cedeao, entre les nombreuses élections présidentielles (Guinée, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Bénin…), la tentative de coup d’État à Ouagadougou, mi-septembre 2015, ou encore l’extension de la menace terroriste à plusieurs pays ouest-africains.

La lutte contre le terrorisme toujours d’actualité
Comme d’habitude au cours des derniers sommets de la Cedeao, la lutte contre le terrorisme sera aussi au centre des discussions entre chefs d’État et de gouvernement à Dakar. Plusieurs pays ouest-africains ont été frappés par des attentats de masse ces derniers mois (Bamako le 20 novembre 2015, Ouagadougou le 15 janvier dernier, Grand-Bassam, en Côte d’Ivoire, le 13 mars…). Face à des commandos terroristes très mobiles qui se jouent des frontières, la coopération sécuritaire sous-régionale s’impose plus que jamais comme une urgente nécessité.

La situation sécuritaire préoccupante au Mali sera aussi probablement évoquée. Les attaques contre les Casques bleus de la Minusma ou les soldats de l’armée malienne se multiplient dans le nord et le centre du pays ces dernières semaines. Le 31 mai, une double attaque contre la Minusma a fait quatre morts à Gao. Face à cette recrudescence de la menace terroriste, Ban Ki moon, le secrétaire général de l’ONU, a récemment recommandé l’envoi de 2 500 Casques bleus supplémentaires au Mali. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES