ACTUALITE : La presse Burkinabé demande à Macky Sall de "se livrer à un examen de conscience"

PROJET D’ACCORD POUR UNE SORTIE DE CRISE AU BURKINA : Le mépris de Macky Sall pour le peuple burkinabè

Au terme de son séjour au Burkina pour aider à la recherche d’une issue politique à la grave crise que traverse le Pays des hommes intègres, Macky Sall qui s’est attaché les services du président béninois, Thomas Yayi Boni, et assisté du Dr Mohamed Ibn Chambas et de Kadré Désiré Ouédraogo, respectivement représentant spécial du SG des Nations unies et président de la Commission de la CEDEAO, a porté à la connaissance des Burkinabè et du reste du monde entier le contenu de son plan de sortie de crise. Attendons de voir l’appréciation que les têtes couronnées de cet espace communautaire vont donner à ce schéma de sortie de crise. En attendant, il faut rappeler que le plan Macky Sall comporte 13 points. Nous avons choisi de nous appesantir sur ceux qui sont susceptibles de heurter la conscience du peuple burkinabè. Ces points sont les suivants : le Conseil national de transition (CNT) s’abstiendra de légiférer sur les sujets autres que ceux relatifs à l’organisation des élections et à la mise en œuvre du présent accord, les personnes dont les candidatures ont été invalidées sur la base des articles 135 et 166 de la loi électorale du 7 avril 2015, seront autorisées à participer aux prochaines élections, l’acceptation de pardon et l’adoption d’une loi d’amnistie au plus tard le 30 septembre prochain sur les évènements consécutifs au coup d’Etat du 17 septembre dernier.

Macky Sall devrait se livrer à un examen de conscience

Si d’aventure ces points venaient à être validés par la CEDEAO, le Burkina passerait désormais pour être le chef de file des Républiques les plus bananières du Gondwana et tous ceux qui croyaient que des cendres du régime de Blaise Compaoré, naîtrait un renouveau démocratique susceptible de susciter des émules en Afrique, auraient de quoi déchanter. Dans cette hypothèse, Macky Sall, pour peu qu’il soit démocrate, devrait se livrer à un examen de conscience. Car il aurait contribué consciemment à humilier tout un peuple, à légitimer le coup d’Etat et à dérouler le tapis rouge à l’impunité au pays des hommes intègres. Toute chose qui est en déphasage flagrant avec les textes que la CEDEAO et l’UA ont adoptés à l’effet de tirer la démocratie vers le haut sur le continent noir. Et Macky Sall est au courant de ces textes. Comment se fait-il alors qu’il ait choisi de les ignorer royalement dans son plan de sortie de crise au Burkina ? L’autre question que l’on peut lui poser est de savoir s’il aurait accepté que ce plan s’applique au Sénégal dans l’hypothèse où son pays se trouverait dans la même situation que celle du Burkina.

Un accord qui fait la part belle aux putschistes

L’on peut en douter. Car, Macky a du respect pour son pays. Et les Sénégalais, pour rien au monde, n’auraient accepté d’ingurgiter cette potion à tous les égards nauséeuse, qu’il a sortie de son laboratoire dans l’espoir de la voir appliquer au pauvre Burkina. Lorsqu’il s’était agi du Mali voisin où le capitaine Haya SANOGO, à la tête d’un commando, s’était emparé des rênes de l’Etat par la force, l’on avait vu la même CEDEAO, à l’époque dirigée par Alassane OUATTARA, déployer les grands moyens pour remettre le putschiste malien dans les rangs et ce, sans conditions. Pourquoi alors en ce qui concerne le Burkina, Macky SALL a-t-il suggéré à ses homologues de la CEDEAO de caresser les putschistes dans le sens du poil au point d’envisager une amnistie pour l’ensemble de leurs basses œuvres ? L’on peut aussi prendre l’exemple de la Guinée-Bissau où la CEDEAO avait mis un point d’honneur à régler la crise politique que ce pays avait connue et ce, selon un schéma républicain. Pour toutes ces raisons, l’on ne doit pas craindre de dire que Macky SALL, a un mépris pour le peuple burkinabè. Mais cela n’est pas étonnant, puisque derrière Macky SALL, l’on pourrait voir un lobby de chefs d’Etat africains qui n’ont pas encore fini de ruminer la chute de leur « ami » Blaise Compaoré et qui en veulent à tous ceux qui ont œuvré à sa chute. En plus de cela, l’on peut expliquer le caractère partial du plan concocté par Macky SALL et qui fait la part belle aux putschistes, par la qualité des relations que leur chef, Gilbert DIENDERE, entretient avec l’Occident dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans la sous-région. En tout état de cause, il est bon que les uns et les autres sachent que toute tentative de résolution de la crise actuelle que vit le Burkina, qui reposerait sur l’impunité, a de fortes chances de ne pas être acceptée par le peuple burkinabè. Clique ici http://lepays.bf pour lire le texte du journal LE PAYS
SIDZABDA




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES