ACTUALITE : La lutte contre les délinquants financiers ne fait que commencer selon Nafy Ngom Keita

Prévue à 10 heures, la cérémonie de passation de service entre Madame Nafi N’gom Keïta et sa remplaçante la magistrate Seynabou N’diaye, a finalement démarré à 14 heures.
Sans qu’aucune explication n’ait été donnée aux personnels, membres de l’OFNAC (office national de lutte contre la corruption), et aux journalistes qui ont patienté dans la salle exiguë, la Présidente sortante de l’OFNAC a sorti des mots durs mais crus pour marquer sa désapprobation suite à son remplacement.
Elle a tenu à expliquer pourquoi elle avait introduit un recours à la Cour Suprême pour abus de pouvoir.
« Ma mission à l’OFNAC, de sa mise en place à la publication du rapport, a été une aventure d’exception à tous points de vue. Mon combat, notre combat, le combat de tout un peuple est une question de responsabilité, pour la postérité. Un combat de principe. Un combat pour la sauvegarde de la démocratie sénégalaise », dira-t-elle.
Ceci expliquant le recours à la Cour Suprême qu’elle a introduit, tout en écartant toute idée de défier le Chef de l’Etat.
« C’est précisément la principale raison de mon recours à la Cour Suprême en vue de l’annulation du décret mettant illégalement un terme au mandat de la Présidence de l’OFNAC. Je tiens à préciser que ce recours ne vise nullement la personne du président de la République, mais bien l’acte illégal qu’il a pris. Il ne vise pas non plus ma remplaçante, Madame Seynabou Ndiaye Diakhaté », dira Nafi N’gom Keïta.
Elle ajoute qu’il est paradoxal que l’OFNAC qui est devenu un espace de libre expression des frustrations nées de la corruption et de diverses formes d’injustices subisse, à travers sa personne, une injustice aussi grave sans la dénoncer par les moyens appropriés.
Mais pour Nafi N’gom Keïta, quelle que soit l’issue de ce recours, le Sénégal en sortira gagnant, car le droit administratif et la jurisprudence administrative n’en sortiront que mieux renforcés. « Et chacun saura que lorsque l’on est à la tête d’un pays, fut-on le Président de la République, on doit respecter les chartes républicaines. Lorsque que l’on crée un état on doit veiller à la bonne application des lois et des règlements. »
Seynabou Ndiaye Diakhaté, la Présidente entrante de l’OFNAC a indiqué « en prenant les rênes de cet office, être habitée par un sentiment de confiance »
« La Présidente sortante me l’a dit, je suis consciente que je vais travailler avec des hommes et de femmes engagés qui dans le respect strict des dispositions légales et réglementaires tendent à faire de cet office un outil qui pourra être cité demain au palmarès des meilleures institutions qui ont participé a la bonne gouvernance de ce pays » dira t-elle…




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES