ACTUALITE : "L’heure est grave au Sénégal" Gadio

MOUVEMENT PANAFRICAIN ET CITOYEN-LUY JOT JOTNA (MPCL)

“L’APPEL DE SAINT LOUIS”

“L’APPEL DE SAINT LOUIS”

MOUVEMENT PANAFRICAIN ET CITOYEN-LUY JOT JOTNA (MPCL)

“L’APPEL DE SAINT LOUIS”

L’exception démocratique sénégalaise a débuté ici même à Saint Louis, quand en 1848 des citoyens de cette ville historique à tous égards sont allés voter pour la première fois indiquant au reste de l’Afrique la voie du futur : démocratie, participation citoyenne et reprise de l’initiative historique pour l’émancipation de nos peuples.

Ville de raffinement, d’élégance et de beauté, Saint Louis a été aussi la sève nourricière et fondatrice de tous nos engagements politiques et idéologiques. Les premiers maires et députés noirs, les premiers docteurs d’état, ministres, poètes, musiciens, les sections garveyistes panafricaines, etc. Tout ceci a fait de la ville de Mame Coumba Mbang le socle et le lieu d’impulsion de la Renaissance du Sénégal et de l’Afrique.

Saint Louis était par conséquent la place tout indiquée pour marquer le retour en force sur la scène politique nationale de notre mouvement panafricain et citoyen LUY JOT JOTNA !

L’heure est grave au Sénégal. En plus du désarroi socio-économique incontestable des populations, les jeunes en particulier, l’exception démocratique sénégalaise, qui était notre précieux acquis et une valeur ajoutée nationale reconnue par tous, est en train d’être ternie par l’échec massif de la politique politicienne et le naufrage collectif des politiciens dont certains sont au pouvoir et d’autres dans l’opposition.

Autrefois, dignement représenté par sa classe politique, ses intellectuels de haute facture, (professeurs, écrivains, philosophes, poètes, cinéastes, artistes…), ses magistrats et avocats, ses ingénieurs, médecins, commerçants et sportifs, bref par ses élites dignes de ce nom, le Sénégal est devenu de nos jours défiguré et méconnaissable, déchu qu’il est de son statut de précurseur et de leader incontesté et incontestable, forgé entre autres par Blaise, Ngalandou, Lamine Senghor, Lamine Gueye, Aliin Sitooy, Léopold Senghor, Mamadou Dia, Cheikh Anta, Ousmane Socé, Birago Diop, Abdoulaye Ly, Abdoulaye Sadji, Makhtar Mbow, Sarr Ibrahima, Abdoulaye Wade, Kéba Mbaye, Émile Badiane, Henriette Bass, Annette Mbaye D’Erneville, Assane seck, Cheikh Hamidou Kane, Jeanne Martin Cissé, Maimouna Kane, Marie Angelique Savané, Sembène Ousmane, Soumanou Vieyra, Babacar Sine, Djibril Mambéty, Ousmane Sow, Jules François Bocandé, Doudou Ndiaye Rose, entre autres…

Notre Mouvement, profondément ancré dans cette tradition d’excellence, abreuvé aux sources du Panafricanisme authentique (Nkrumah, Cheikh Anta, Marcus Garvey), a décidé de refuser la fatalité qui ne mène qu’à la résignation. Le Sénégal, notre patrie, L’Afrique notre destin, méritent tous les deux, plus et mieux ! Or donc le temps de la rupture vraie et du changement paradigmatique a sonné.

Nous ne partageons pas les petites ambitions et les stratégies de renonciation inavouée à la grandeur de notre pays et à son “exceptionnelle exceptionnalité”. Ce n’est pas un accident de l’histoire si Oumar Foutyou, Souleymane Baal, Cheikh Ahmadou Bamba, Seydi El hadj Malik, Xali Amar Fall, Thierno Mamadou Lamine Dramé, Mame Limamou Laye, Serigne Amari Ndack Seck, Cheikh Ibrahima Niass, Chérif Cheikh Sadibou, Boucounta de Ndiassane, Mame Thierno Birahim Mbacké, El hadj Rawane Ngom, El hadj Daouda Dia, Monseigneur Thiandoum, Tafsir Abdou Cissé, El Hadj Daouda Dia, El Hadj Rawane Ngom, Xali Madiakhaté Kala, Serigne Cheikh Anta Mbacké, Thierno Mamadou Seydou Ba, Cardinal Adrien Sarr, Pasteur Dansokho, tous ces érudits, intellectuels, guides spirituels de stature mondiale sont tous nés en terre bénite du Sénégal.

Luy Jot Jotna que nous traduisons par “il est urgent d’agir !”, est plus que jamais la vérité de l’heure.

Luy Jot Jotna pour ré-inventer l’engagement politique et citoyen !

Luy Jot Jotna pour réarmer moralement notre peuple, sa jeunesse en particulier !

Luy Jot Jotna pour redéfinir les voies, moyens et stratégies pour faire “basculer l’Afrique sur la pente de son destin fédéral”, ici et maintenant, aujourd’hui et dès demain.

Les États-Unis d’Afrique Jotna, version régionale ou version continentale, peu importe la formule pourvu qu’elle nous installe dans la trajectoire de l’Etat fédéral, conditionnalité de la Renaissance africaine car l’urgence absolue demeure, hier, aujourd’hui et demain : “Une Afrique unie pour relever les défis du 21ème siècle et rejoindre le peloton des Nations leaders !”

Pour ce faire, le MPCL lance un appel solennel dit “APPEL de SAINT LOUIS” à tous nos compatriotes, en particulier aux femmes, aux jeunes, aux étudiants, aux ruraux dans toute leur diversité et leur dimension sociale, économique, environnementale et technique, aux citoyens des banlieues, aux classes moyennes, aux leaders du secteur privé et aux communautés de la valeureuse et généreuse Diaspora sénégalaise.

L’APPEL de Saint Louis vise pour l’essentiel le lancement dans les tout prochains mois d’une vaste coalition nationale de partis politiques, mouvements citoyens, associations citadines et rurales, groupements féminins et/ou professionnelles, membres de la société civile, personnalités indépendantes, tous les panafricanistes de notre pays, tous les partisans d’une révolution citoyenne authentique, cette coalition est dénommée “Alternative Citoyenne et panafricaine” (ACP) ! Voici en résumé les points de convergence fondamentale des membres de la coalition ACP :

1. L’ACP croit à la liberté d’entreprise et à la libération des énergies mais récuse énergiquement l’arrogance du libéralisme sauvage et de la mondialisation “rouleau compresseur” autant que le dirigisme étatiste, centralisateur, corrompu et inefficace !

2. L’ACP croit en l’État facilitateur qui permet aux citoyens de s’emparer des leviers de l’économie afin de créer des richesses, créer des emplois, et réaliser toutes leurs ambitions et tous leurs rêves de succès et de réussite sociale.

3. L’ACP récuse l’état fiscal qui s’engraisse du sang et de la sueur du secteur privé et des masses laborieuses en les surtaxant pour offrir à ses hauts dirigeants une vie fastueuse de prébendiers et un train de vie indécent.

4. L’ACP s’engage à mener une lutte ferme contre la corruption et la mal-gouvernance publique et privée, fléau et socle de l’économie criminelle et de la confiscation des ressources de la nation par une minorité familiale, clanique ou partisane.

5. L’ACP, après son accession au pouvoir, va mettre en place de façon consensuelle et via une nouvelle constitution un nouveau système politique d’équilibre des trois pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire), système qui mettra fin à la monarchie républicaine de notre système actuel.

6. L’ACP se propose de promouvoir le département de l’Agriculture en premier “ministère de souveraineté” à côté de la Défense, de l’Intérieur, de la diplomatie, etc. Le premier acte de souveraineté, selon notre coalition, est la souveraineté alimentaire et pour cette raison, l’agriculture est pour nous plus qu’une priorité du développement, elle en est une conditionnalité.

7. L’ACP, une fois au pouvoir, va transformer notre pays en plateforme pour la réalisation des États-Unis d’Afrique et en foyer ardent et patrie de tous les panafricanistes du continent ou de la Diaspora. Le droit à la citoyenneté nationale sera reconnu à tous les afro-descendants qui souhaitent s’établir en terre africaine du Sénégal pour enseigner, investir, commercer, développer leur talent, leur savoir-faire, leur art, leur sport ou pour simplement accomplir leur rêve de vivre sur la terre de leurs ancêtres.

8. L’ACP croit en la Diaspora sénégalaise qui sera solennellement invitée au retour, avec tous les privilèges et facilitation que mérite leur acte patriotique de revenir se mettre au service de la construction du Sénégal et de l’Afrique.

9. L’ACP annonce sans ambages qu’elle va former et diriger une liste dans tous les coins et recoins du Sénégal pour aller à la conquête des suffrages de nos compatriotes à l’occasion des législatives de 2017.

10. L’ACP invite une concurrence saine et fraternelle en son sein et n’exclut pas le moment venu d’organiser une primaire pour promouvoir une candidature citoyenne et panafricaine unique à la future présidentielle dans notre pays.

Le leader du MPCL, le Docteur Cheikh Tidiane GADIO, est mandaté par la Concertation des cadres du MPCL pour la promotion de cet APPEL, pour la mise en œuvre diligente de cette COALITION et pour le triomphe de ces IDÉAUX de nouvelle gouvernance, nouvelle citoyenneté et de renouveau du Panafricanisme et de la Renaissance africaine !

Fait à Saint-Louis le 21 février 2016

Fait à Saint-Louis le 21 février 2016




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES