ACTUALITE : L’O.C.D.I demande au président de respecter scrupuleusement son engagement de réduire son mandat de 7 à 5 ans.

En droit, les principes sont soutenus soit par une base légale (constitution, loi, règlements etc.), soit par la coutume c’est-à-dire une règle qui n’est pas édictée en forme de commandement par les pouvoirs publics, mais qui est issue d’usage général et prolongé et de la croyance en l’existence d’une sanction à l’observation de cet usage. Ceci, démontre à suffisance que, pour mettre fin à toute polémique, lorsqu’une question de droit se pose l’on se réfère aux textes de droit ou à la coutume. C’est dans ce cadre qu’on doit justement analyser l’engagement pris par le chef de l’Etat devant l’instance souveraine qu’est le peuple. En effet, le président Macky SALL, lors des campagnes présidentielles de 2012, et même après son élection à la magistrature suprême, affirmait avec vigueur devant la communauté nationale et internationale qu’il s’engage à réduire son mandat de 7 à 5 ans. Ces mots exprimés par le président de la république ont un caractère solennel, donc sérieux.
La mise en œuvre de cet engagement met nécessairement à contribution l’analyse conjuguée de (3) trois articles de notre charte fondamentale. Il s’agit d’abord, de l’article 27 qui légifère sur la durée et le nombre de mandat qu’un président de la république peut avoir. Cet article qui a subi une modification en 2008, prévoit dans son alinéa 2 que la durée du mandat et son renouvellement ne peut se faire que par la voie référendaire, en verrouillant du coup la voie de la procédure délégataire à savoir la voie législative ou parlementaire. Ensuite, l’article 51 indique les voies et moyens qui s’offrent au président de la république pour soumettre le projet de loi constitutionnelle au référendum. Selon ce texte, le président peut, avant de solliciter une sanction populaire, recueillir l’avis du président de l’assemblée nationale et celui du conseil constitutionnel. Ici, le législateur, au vue de l’intérêt que suscitent les projets de loi constitutionnelle, a voulu instaurer un dialogue entre les trois principaux pouvoirs à savoir l’exécutif à travers la personne du président de la république, le législatif en passant par son président et le judiciaire par l’organe du conseil constitutionnel. Mais ce dialogue doit simplement permettre au chef de l’Etat de ne recueillir que des avis afin de mieux préparer son projet (texte). Le lexique des termes juridiques définit l’avis comme étant un terme juridique s’appliquant dans toutes les branches du droit au résultat de consultations, facultatives ou obligatoires selon le cas (…). En l’espèce, il s’agit, ici, d’un avis consultatif et non conforme, à titre d’un simple renseignement. Par conséquent, l’avis que donneront les cinq sages ne peut en aucun cas lier le président de la république. C’est pourquoi, l’Observatoire Citoyens pour la Défense des Institutions (O.C.D.I) fidèle à son objectif et ses valeurs fondatrices ne saurait se taire sur la sortie malheureuse et impertinente du conseiller juridique du chef de l’Etat dans l’émission remue-ménage d’Alassane Samba DIOP. Cette sortie que l’on qualifie de tentative de manipulation de l’opinion publique, a été fort heureusement battue en brèche par d’éminentes personnalités du monde universitaire. Le virus de la politique qui commence petit à petit à piquer l’éminent constitutionnaliste, le meilleur de sa génération et avec cette impertinence qui lui est inconnue jusque là, le Professeur FALL a tout simplement préféré descendre de son trône du savoir pour se retrouver au bas fond de la médiocrité. Et comme s’ils s’étaient passé le mot un autre manipulateur, dont le seul but est d’enliser ou d’obscurcir le débat, nous revient avec une démonstration aussi tordue qu’incongrue. En effet, le super Directeur de la BSDA, le constitutionnaliste Mouhamadou Mounirou SY soutient que le conseil constitutionnel ne rende que décisions qui s’imposent erga omnes à tous les pouvoirs publics et non des avis en vertu de l’article 92 de la constitution. Cette position ne résiste pas à l’analyse car l’article 51 de la constitution est claire « le président de la république peut, après avoir recueilli l’avis du président de l’assemblée nationale et celui du conseil constitutionnel, soumettre tout projet de loi constitutionnelle au référendum. » Donc, il est clair qu’il n’apparait nulle part dans les dispositifs de cet article, le mot décision mais plutôt avis. L’avis est un point de vue, une opinion que l’on exprime. Une autre remarque non moins importante de l’article 51, le législateur a employé le verbe pouvoir à la place de devoir. Or, le verbe pouvoir n’introduit pas une obligation mais une capacité. En conséquence, au vue de ce qui précède nous pouvons affirmer que l’avis qui émanera du conseil constitutionnel ne lie pas le président. Hier comme aujourd’hui, l’O.C.D.I attaché à son idéal se braquera et refusera toute tentative de l’opinion au fin d’un intérêt privé. L’O.C.D.I exhorte le président Macky SALL de respecter scrupuleusement son engagement afin que son nom soit inscrit définitivement dans les annales de la république. L’O.C.D.I regrette également que jusqu’à présent le peuple ne soit pas édifié sur la tenue exacte des échéances présidentielles à venir, il interpelle, dans la même foulé, le président et lui demande d’être au dessus de la mêlé pour fixer rapidement la date de ces élections. C’est ainsi qu’il dénonce, par ailleurs, que le chef de l’Etat veuille imposer au peuple souverain son agenda caché, en retardant la date de la tenue des échéances présidentielles. Il y va de la vitalité et de la crédibilité de notre démocratie. Il est inacceptable et voir même inadmissible que dans un Etat de droit comme le nôtre le peuple soit encore maintenu dans ce suspens.

Djibril GANGADJI
Chargé des affaires juridiques de l’Observatoire
Citoyens pour la Défense des institutions (O.C.D.I)




AFRIQUE-MONDE

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES