A mes frères ainés Mody Niang et Mamadou Daffé : SAVOIR RAISON GARDER

« L’émotion est nègre ; la raison hellène » a dit Senghor. Plus d’un Africain en avait été choqué, mais le fils de Diogoye n’avait pas tout à fait tort et son dicton est plus que jamais d‘actualité si on en juge par le ton de vos contributions. La passion en soit n’est pas un mal, car inhérente à la personne humaine et pas seulement au nègre comme le soutien Senghor, toutefois, j’estime que le croyant, de surcroît intellectuel, doit pouvoir prendre du recul, s’élever au-dessus des contingences, bref, quitter l’état de passion pour celui de la raison. Il ne s’agit pas ici de la raison d’Etat qui est unilatérale et impériale mais de la raison nationale qui est, elle, partagée. En d’autres termes, chaque citoyen à quelle que posture soit-il, doit être conscient des grands principes qui fondent la république et guident la vie de la nation.
Il est heureux de constater à cet égard, que les Sénégalais n’ont pas versé dans l’antagonisme ethnique et religieux connu dans d’autres pays africains du fait de la colonisation qui a découpé le continent par des frontières artificielles sans tenir compte des entités ethnoculturelles . Il y va donc de l’intérêt de chacun d’œuvrer pour préserver et consolider le ciment social qui a fait du Sénégal un exemple de cohésion nationale et de démocratie.
En effet, comme nous l’a rappelé le Président Obama, l’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts mais d’institutions fortes car les hommes passent et les institutions restent. Le mandat représentatif qu’exercent les tenants des trois pouvoirs étatiques est fondé sur un contrat social les engageant à une obligation de moyen et de résultat mais aussi, engageant le mandant qu’est le citoyen, à une obligation de contrôle en cours d’exercice dudit mandat et de sanction en fin d’exercice et seulement en fin d’exercice.
C’est dire que le seul combat qui vaille c’est celui de la consolidation de nos institutions. Pour cela, la raison commande que le citoyen, dans l’exercice de la plénitude de ses droits, demeure conscient et respecte ses limites normées. Je dis « normées » en référence à notre droit positif et à nos us et coutumes.
Les invectives et les violences qu’on observe au sein de la classe politique sont inquiétantes et doivent faire réfléchir ceux qui sont au pouvoir comme ceux qui aspirent à y être. Il en est de même dans la vie courante des citoyens où on note cette tendance à recourir à la violence pour exprimer les moindres revendications. Il y a là les signes réels de danger à la paix sociale et à la vie de nos institutions.
S’il est du devoir des citoyens et des partis politiques de participer à la gouvernance du pays par la critique positive et les propositions constructives , ils doivent demeurer conscients que les dites critiques et propositions ne sont, pour les gouvernants , autre chose que des aides à la décisions . C’est pour cela qu’on parle de « décideurs ». Les propositions ou autres recommandations fussent-elles émaner des Assises Nationales ou de la Commission Nationale de Réformes des Institutions, ne s’imposent pas juridiquement et même politiquement au Président de la République. Soutenir le contraire et soutenir en même temps que l’avis/décision du Conseil Constitutionnel ne s’impose pas au Président de la république est contradictoire.
Si on se souvient que la Constitution actuelle a été plébiscitée à plus de 90 % et qu’une petite decennie après on découvre qu’elle renfermait de graves insuffisances, comment avoir la certitude qu’en intégrant toute de suite l’ensemble des 53 recommandations de la CNRI ou en adoptant son projet de nouvelle constitution, le Sénégal aurait le texte fondamental plus que parfait comme la Bible ou le Coran ?
Pourquoi cette attitude du « tout ou rien » ?
En quoi une disposition qui a pour seule fonction d’organiser un événement ponctuel ( les élections présidentielles en 2017 ) peut-elle être plus vitale ou substantielle ( dixit Me Aissata Sall ) que celles qui réorganisent la marche de nos institutions après un constat quasi unanime de leur disfonctionnement ?
Seul l’ex-Premier Ministre Abdoul Mbaye a justifié son choix après une analyse qualifiable d’ « objective » . Il a en effet, opéré une classification tripartite des points de la réformes en celles qui constituent des avancées, celles qui renferment des insuffisances et celles purement oubliées, avant de conclure par son option pour le NON
S’il faut saluer la démarche, par contre il y a de quoi s’étonner de la conclusion surtout provenant de quelqu’un qui a été le nr 2 de l’Exécutif. En effet , pour un homme d’Etat et pour le militant de l’Etat de droit que je suis , l’attitude devrait être , au lieu de verser le bébé et l’eau du bain , de consacrer les avancées, de relever les insuffisances et de rappeler constamment les oublis .
Tous les partisans du NON semblent privilégier les élections présidentielles anticipées sur les « avancées » démocratiques et institutionnelles. En d’autres termes, du « lèves-toi que je me mette » plus que les « petits pas » vers le renforcement de la stabilité institutionnelle et au-delà, celui de l’Etat de droit.
Un maître coranique a fait la pertinente remarque suivante : préférer les élections à la vie des institutions c’est organiser le baptême et divorcer.
Avec ton mon attachement et mon estime

Colonel de Gendarmerie à la retraite Sankoun FATY Membre du Collectif des organisations de la société civile de Sédhiou
Tel . 33 995 02 75 –Port. 77 413 11 95




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES