A Moscou, el-Assad remercie Poutine pour son « aide » en Syrie

Bachar el-Assad a rencontré ce mardi soir 20 octobre à Moscou son homologue russe Vladimir Poutine. Le président syrien a remercié son hôte pour son « aide »dans le conflit syrien.

Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

Pour sa première sortie officielle de son pays depuis le début de la guerre civile en 2011, Bachar el-Assad a choisi de se rendre chez son allié déclaré Vladimir Poutine. Le président russe n’a révélé la venue de son homologue syrien qu’après le retour de celui-ci à Damas, ce mercredi matin, après qu’il ait passé moins de douze heures à Moscou.

Le numéro un syrien a remercié la Russie pour son aide militaire : « Le terrorisme qui s’est répandu dans la région aurait gagné encore plus de terrain s’il n’y avait pas eu vos actions militaires », a-t-il déclaré.

Vladimir Poutine a, pour sa part, précisé que cette intervention avait lieu « à la demande du gouvernement syrien », une façon pour Moscou d’insister une nouvelle fois sur l’aspect « légal » de la démarche russe. Mais le président russe a aussi évoqué un processus de règlement politique : « Nous sommes prêts à faire tout notre possible non seulement dans la lutte contre le terrorisme, mais aussi dans le processus politique », soulignant qu’un tel processus devait être possible « avec la participation de toutes les forces politiques, ethniques et religieuses ».

Ce n’est pas la première fois que le président Poutine évoque la nécessité d’un règlement politique dont il estime que Bachar el-Assad doit faire partie. Le président syrien a, lui, déclaré : « Tout acte militaire doit être suivi par des mesures politiques ». Si les deux hommes ont insisté sur cet aspect c’est sans doute que la Russie souhaite lancer rapidement la phase diplomatique de son action en Syrie.

■ Dialoguer avec Bachar el-Assad est de moins en moins tabou

L’administration Obama l’exigeait : Bachar el-Assad doit partir. Mais petit à petit la position des Etats-Unis évolue et les discours sont réajustés. Les responsables américains font preuve de réalisme. Au printemps dernier, la déclaration du secrétaire d’Etat John Kerry est sans équivoque : il faut parler aux éléments du régime de Damas, affirmait-il.

Et puis les exemples se multiplient. En Europe, c’est l’Allemagne. Pour la chancelière Angela Merkel il faut négocier avec Assad lui-même, explique-t-elle.

Reste la France, son gouvernement et sa ligne intransigeante : Bachar el-Assad est « à l’origine du problème, il ne peut pas faire partie de la solution », selon les propos de François Hollande à l’ONU en septembre dernier. Mais les Français sont divisés. De plus en plus de voix s’élèvent et critiquent la position de l’Elysée. Des élus de la République s’envolent pour Damas et serrent la main de Bachar el-Assad. Ils s’opposent à la rupture du dialogue.

Mais selon un spécialiste contacté par RFI, la position française va devoir évoluer. C’est seulement à l’issue d’une transition politique que se posera la question du départ de Bachar el-Assad et pas avant. RFI



AFRIQUE-MONDE

logo article

Quand Melania refuse de prendre la main de Donald Trump

23/05/2017 par :

Melania Trump est une épouse discrète, mais dont les réactions non verbales sont parfois plus (...)

logo article

Les services de sécurité pensent avoir identifié l’auteur de l’attaque

23/05/2017 par :

Les services de sécurité pensent avoir identifié l’auteur de l’attentat perpétré lundi soir lors du (...)

logo article

Trump promet de faire "tout son possible" pour un accord de paix au Proche-Orient

23/05/2017 par :

Le président des Etats-Unis Donald Trump s’est engagé mardi à Bethléem en Cisjordanie occupée à (...)

logo article

Des pirates liés à la Corée du Nord très probablement derrière WannaCry

23/05/2017 par :

Le groupe de pirates informatiques Lazarus, soupçonné d’avoir partie liée avec la Corée du Nord, (...)

logo article

Attentat de Manchester : Au moins 22 morts

23/05/2017 par :

Un attentat suicide a fait au moins 22 morts, dont des enfants, et 59 blessés à l’issue d’un (...)

logo article

L’Iran dénonce le "show" de Ryad et rejette les accusations de Trump

23/05/2017 par :

Le président iranien Hassan Rohani a répondu lundi aux attaques des Etats-Unis et de l’Arabie (...)

logo article

Soudan du Sud : Salva Kiir annonce un cessez-le-feu

23/05/2017 par :

Le président sud soudanais a déclaré un cessez-le-feu unilatéral qui selon lui était effectif à (...)

logo article

Un sniper abat un terroriste de l’EI à 2,4 km de distance

22/05/2017 par :

Selon le Daily Mail, un sniper de l’armée britannique a utilisé "le fusil le plus puissant du (...)

logo article

Des centaines de personnes arrêtées dans un club gay en Indonésie

22/05/2017 par :

La police de Djakarta a investi un club gay de la capitale indonésienne et procédé à 141 (...)

logo article

KIM JONG-UN DIT QU’IL N’EST PAS KADHAFI, ET QUE LES OCCIDENTAUX NE PEUVENT RIEN CONTRE LUI

21/05/2017 par :

Dépeint par les médias occidentaux comme un personnage excentrique, personnage qui lâche les (...)

logo article

Gabon : les millions bloqués du lobbyiste américain qui portait les valises d’Ali Bongo

21/05/2017 par :

Ce sont plus de 8 millions de dollars qui auraient transité par les comptes de Joseph Szlavik, (...)

DEPECHES

19 mai 2017

VIOLENT ACCIDENT SUR L’AUTOROUTE : PAS DE MORT ; QUE DES DÉGÂTS MATÉRIELS IMPORTANTS

3 mai 2017

Sénégal : Khalifa Sall et ses co-détenus restent en prison

12 avril 2017

Un élève de Limamoulaye kidnappé et tué

10 avril 2017

RDC : les manifestations de l’opposition prévues ce lundi interdites par la police

10 avril 2017

Égypte : le président al-Sissi déclare l’état d’urgence pour trois mois après les attentats de l’EI contre des Coptes

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES