A Moscou, el-Assad remercie Poutine pour son « aide » en Syrie

Bachar el-Assad a rencontré ce mardi soir 20 octobre à Moscou son homologue russe Vladimir Poutine. Le président syrien a remercié son hôte pour son « aide »dans le conflit syrien.

Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

Pour sa première sortie officielle de son pays depuis le début de la guerre civile en 2011, Bachar el-Assad a choisi de se rendre chez son allié déclaré Vladimir Poutine. Le président russe n’a révélé la venue de son homologue syrien qu’après le retour de celui-ci à Damas, ce mercredi matin, après qu’il ait passé moins de douze heures à Moscou.

Le numéro un syrien a remercié la Russie pour son aide militaire : « Le terrorisme qui s’est répandu dans la région aurait gagné encore plus de terrain s’il n’y avait pas eu vos actions militaires », a-t-il déclaré.

Vladimir Poutine a, pour sa part, précisé que cette intervention avait lieu « à la demande du gouvernement syrien », une façon pour Moscou d’insister une nouvelle fois sur l’aspect « légal » de la démarche russe. Mais le président russe a aussi évoqué un processus de règlement politique : « Nous sommes prêts à faire tout notre possible non seulement dans la lutte contre le terrorisme, mais aussi dans le processus politique », soulignant qu’un tel processus devait être possible « avec la participation de toutes les forces politiques, ethniques et religieuses ».

Ce n’est pas la première fois que le président Poutine évoque la nécessité d’un règlement politique dont il estime que Bachar el-Assad doit faire partie. Le président syrien a, lui, déclaré : « Tout acte militaire doit être suivi par des mesures politiques ». Si les deux hommes ont insisté sur cet aspect c’est sans doute que la Russie souhaite lancer rapidement la phase diplomatique de son action en Syrie.

■ Dialoguer avec Bachar el-Assad est de moins en moins tabou

L’administration Obama l’exigeait : Bachar el-Assad doit partir. Mais petit à petit la position des Etats-Unis évolue et les discours sont réajustés. Les responsables américains font preuve de réalisme. Au printemps dernier, la déclaration du secrétaire d’Etat John Kerry est sans équivoque : il faut parler aux éléments du régime de Damas, affirmait-il.

Et puis les exemples se multiplient. En Europe, c’est l’Allemagne. Pour la chancelière Angela Merkel il faut négocier avec Assad lui-même, explique-t-elle.

Reste la France, son gouvernement et sa ligne intransigeante : Bachar el-Assad est « à l’origine du problème, il ne peut pas faire partie de la solution », selon les propos de François Hollande à l’ONU en septembre dernier. Mais les Français sont divisés. De plus en plus de voix s’élèvent et critiquent la position de l’Elysée. Des élus de la République s’envolent pour Damas et serrent la main de Bachar el-Assad. Ils s’opposent à la rupture du dialogue.

Mais selon un spécialiste contacté par RFI, la position française va devoir évoluer. C’est seulement à l’issue d’une transition politique que se posera la question du départ de Bachar el-Assad et pas avant. RFI




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES